Se connecterS'abonner en ligne

Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les services contraints qui aggravent le plus la situation

Référence de l'article : MPF7234
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et de la prévision,XERFI (2 décembre 2018)

Les Français ont toujours l’impression que les prix augmentent, et de plus en plus rapidement. Les chiffres de l’INSEE montrent le contraire :



sur les 10 dernières années ils ont beaucoup moins progressé que sur les 10 précédentes, selon un rapport de 1 à 2. D’où vient alors ce ressenti des Français.
Premier constat, ce n’est pas du côté de l’alimentaire qu’il faut chercher les foyers d’inflation. Plutôt que de partir de l’évolution globale des prix de l’alimentaire, les comparaisons sont faites en tenant compte du temps de travail nécessaires pour faire l’acquisition du produit pour une personne payée au SMIC.



La baguette de pain coutait 83 centimes en moyenne il y a 10 ans contre 88 centimes aujourd’hui. Compte tenu du SMIC net horaire passé de 6 euros 81 à 7 euros 82 sur la même période, le temps de travail nécessaire passe lui de 7 minutes et 19 secondes à 6 minutes et 45 secondes, soit une baisse de 7,7%. En reproduisant ce même type de calcul avec un ensemble de produits emblématiques de notre alimentation courante,



du sucre en morceaux en passant par l’huile de tournesol jusqu’au kilo de bifteck dans la bavette, les baisses dominent et les hausses sont limitées. Depuis 10 ans se nourrir coute donc relativement moins cher. S’habiller aussi.



La hausse des prix de la ligne « habillement-chaussures » est très faible 4% sur 10 ans, soit légèrement moins de 0,4% en moyenne par an. Une hausse concentrée entre 2012-2013 dans le sillage de la flambée des cours du coton, de la laine et des fibres synthétiques. Regardons le poste logement maintenant. La méthodologie retenue par l’Insee, sur l’évolution du prix du logement est très discutable, car elle exclut de l’indice tous les logements achetés qui sont considérés comme un investissement. Cela minore le poids du logement et passe à côté des flambées immobilières.



Toutefois, force est de constater que de 2008 à 2018, les prix de l’immobilier sont restés relativement sages exceptés à Paris et dans quelques métropoles stars. Mesurée en nombre d’années de revenus, la pression est ainsi restée relativement stable en France au cours des 10 dernières années. Et idem du côté de l’équipement de moins en moins coûteux sur le papier. Bref, la complainte des classes moyennes paraît en première analyse déconnectée de la réalité. Mais c’est passer à côté de l’essentiel, car ce n’est pas du côté du monde des objets, et de l’agriculture et de leur coût d’acquisition qu’il faut rechercher les hausses, mais bien plus du côté de leur coût de fonctionnement et de tous les services qu’ils incorporent.



Prenons la question du logement. Là, la hausse de 15% du SMIC ne pèse pas lourd face à l’explosion de la facture d’électricité, de la collecte des ordures ménagères, du gaz, ou de l’eau. Reprenons aussi la question de l’équipement :



la forte baisse des prix des appareils ménagers, des ordinateurs ou des téléviseurs est plus que trompeuse. Toute innovation technologique ou amélioration d’un produit ou de puissance de calcul entraine mécaniquement une baisse de prix dans le cas de l’électroménager du matériel audiovisuel ou de la micro-informatique. C’est ce que l’on appelle les prix hédoniques. Sauf que cette montée en performance n’est pas choisie par le consommateur et qu’elle déclasse de plus en plus rapidement le matériel. Les prix baissent peut-être, à performance égale, mais l’obligation de renouvellement accélérée et la montée en gamme subie, fait que le poste de dépense ne diminue pas pour les ménages. Prenons enfin la mobilité, qui pour beaucoup reste liée exclusivement à l‘automobile. Comme pour le logement, ce n’est pas tant le prix à l’acquisition qui s’envole que celui de son fonctionnement :



hausse de 23% de l’assurance auto sur la période, du prix du contrôle technique, contrôle technique qui, en devenant plus sévère, occasionne plus de réparations dont le coût a flambé. Le prix d’une heure de main d’œuvre s’est envolé de 34% sur les dix dernières années. Finalement, ce n’est pas le prix du gazole qui la plus pesé. Le plein de 50 litres compte tenu de l’évolution du Smic horaire net coute aujourd’hui légèrement moins cher en temps de travail qu’en 2008.

Bref, ce qui étouffe le pouvoir d’achat des français, ce n’est pas le prix des objets, mais tous les services qu’ils embarquent et des astreintes attenantes à leurs possessions vécues comme des dépenses contraintes.

____________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
https://www.xerficanal.com/economie/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Le-pouvoir-d-achat-etouffe-Les-vrais-chiffres_3746575.html 
 
(Mis en ligne le 2 Décembre 2018)

Articles similaires
Les classes moyennes et populaires victimes des...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...Pourquoi, à paramètres macro-économiques...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...La pauvreté s'étend en FranceCapital et travail : sommes-nous vraiment...Macron est-il vraiment pro-business ?France : la dépense publique par habitant est...France : la dette publique au-dessus de 100%,...La doctrine Macron sur les revenus expliquée de A...Pourquoi la croissance française est inférieure à...Report ou transformation du prélèvement de...La plus grave erreur de Macron : il a cassé la...France : le pouvoir d'achat en forte baisseDepuis 2009, les sous-investissements en...Le chantier de la réduction des emplois publics...14 Juillet : attention quand même de ne pas...Constitution : les dangers d'une révision...Liens entre gros revenus et gros patrimoines:...Assemblée nationale : les frais de personnel les...Réforme des retraites : les gagnants et les...Financer les retraites ne suffira pas : il faut...« Economies publiques » et « industries de pointe...Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...Les PME et l’emploi : pourquoi tout reste à...Fake news de Tolbiac : l'hallucinante...Mai 68 : quel était le contexte économique à...La France est bien un pays socialiste : la preuve...Pour une réforme du droit de grève : la Loi doit...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...