Se connecterS'abonner en ligne

Étonnamment, le taux des investissements des entreprises françaises se porte bien

Référence de l'article : MPF7603
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et de la prévision,XERFI (8 Juin 2019)

Que cache l’investissement des entreprises françaises ? Avant tout, un effort considérable.



A plus de 24%, le taux d’investissement des sociétés non-financières est aujourd’hui historiquement élevé et le pic d’avant la grande récession est largement dépassé. Parmi les 7 premières puissances économiques européennes, seules la Suède et l’Espagne font mieux. Surtout, la France dépasse l’Allemagne sans discontinuer depuis 2002.
 
Bien entendu, l’évolution du taux d’investissement combine deux dynamiques,



celle de la formation brute de capital fixe, l’agrégat qui mesure l’investissement placé au numérateur, et celle de la valeur ajoutée au dénominateur. Dès lors, l’augmentation de l’effort d’investissement pourrait tenir moins à l’évolution dynamique de la FBCF qu’à une plus faible croissance de la valeur ajoutée. L’analyse comparée entre la France et l’Allemagne montre que cette hypothèse ne tient pas, pas plus que celle liée à un quelconque effet de composition, c’est-à-dire d’un poids plus élevé des secteurs fortement investisseurs dans la valeur ajoutée.
 
Bien au contraire, le taux d’investissement français est élevé malgré un effet de composition plutôt défavorable aux activités capitalistiques.
 

 
La base sectorielle du taux d’investissement ne dit pas autre chose : parmi les 10 principales branches d’activité marchandes (hors agriculture et industrie extractive), la France devance l’Allemagne 6 fois sur 10 et encore, quand les entreprises allemandes sont devant, c’est plutôt de façon marginale, excepté dans les services aux entreprises.  Et sur les 10 branches analysées, l’effort d’investissement augmente pour 8 d’entre elles sur moyenne période.
Regardons maintenant de plus près le contenu de l’investissement en zoomant sur ces 3 composantes principales

  • l’investissement en matériels, biens d’équipement et de transport notamment,
  • la construction (c’est-à-dire les locaux professionnels) et enfin
  • l’investissement immatériel (les dépenses de logiciels, de brevet, de R&D).

 
Cette répartition permet de mettre en valeur



le poids encore déterminant de la construction qui représente toujours près de 53% de l’investissement, devant la composante immatérielle, près de 25%, et l’investissement en machines et équipements, à un peu moins de 23%. Ce découpage sommaire suffit néanmoins à montrer que lorsque l’on parlait investissement, il y a 30 ou 40 ans, on ne parlait pas de la même chose qu’aujourd’hui. Jusque dans les années 70-80, c’était du dur, du concret. De la machine et du bâtiment, à longue durée d’amortissement.
 
Aujourd’hui, c’est toujours du bâtiment, mais moins qu’auparavant et de l’incorporel, du service, bref le noyau dur de l’investissement s’est déplacé vers l’immatériel. Si ce mouvement traverse toutes les économies européennes,



il est particulièrement marqué en France qui détonne par une part de l’investissement immatériel bien plus élevée qu’en moyenne dans la zone euro (plus de 5 points d’écart) mais aussi, à un degré moindre, de la construction, c’est un trait commun avec les pays du sud ou beaucoup d’entreprises possèdent leurs murs.

Le corollaire de ces différences, c’est une part des investissements en machines et équipements inférieure de près de 11 points à la moyenne eurolandaise. Un tel écart reflète certainement une tendance forte en France : une concentration sur le territoire des fonctions de conception, alors que la fabrication a été en partie délocalisée. Autre trait de l’investissement des entreprises françaises, il est supporté par un nombre très limité d’acteurs.



Sur les 2,4 millions d’entreprises, 1,1 million ont réalisé des investissements en 2016, soit près d’une sur deux. C’est une moyenne.
En fait, 96% des entreprises de plus de 250 salariés avaient investi, 90% de celles de 10 à 250 personnes jusqu’à tomber à 30% pour les plus petites structures. Les montants ne sont évidemment pas les mêmes et finalement 2,2% des entreprises ayant les plus investi cette même année concentraient près de 86% du total. En niveau ou en intensité, l’investissement des entreprises françaises surpasse celui de ses plus proches concurrentes.
 
Toutes les branches ou presque sont concernées. Elles investissent notamment beaucoup dans les actifs immatériels tels que les logiciels, la R&D, qui sont au cœur de la compétitivité hors-prix. Cela ne cadre pas ni avec notre perte de compétitivité ni avec l’érosion continue de nos parts de marché. Visiblement, le problème ne vient pas de là !

____________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Vidéo :
https://www.xerficanal.com/economie/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Le-taux-d-investissement-des-entreprises-s-envole-en-France_3747370.html 
 
(Mis en ligne le 8 Juin 2019)

Articles similaires
CSA : naissance annoncée d’un BIG BROTHER...Les 5 transformations majeures de l'emploi...Où en est véritablement le redressement du...Une grande partie des mesures en faveur du...France et UE : quelques récentes statistiques...Evolution des salaires, impôts et taxes, et...Les choix d'implantation des entreprises...Chômage : quand l’exception française invalide...Ecologie : Nathalie Loiseau veut dépenser mille...Quelques causes structurelles au déficit...La vérité sur les dépenses publiques et...Le gouvernement dans l’impasse face à «...Fonction publique : plusieurs méthodes pour...TVA à 0% sur les produits de base ? Une mesure...Pourquoi les exportations françaises sont-elles...Prix de l’essence : évolution comparée...En nommant Sibeth Ndiaye, Macron fait-il l’éloge...Salaires / dividendes : Benoît Hamon, candidat au...France : bilan des principales erreurs de...Comptes publics 2018 : sauts de cabri de...« Cette décision d’utiliser Sentinelle est...ZE : combien de temps peut durer le delta de...Inégalités Homme-Femme : pourquoi ne pas évoquer...Fin du Grand Débat : va-t-on tenir compte du VRAI...Radioscopie des hauts revenus : quid du premier...Le départ de Virginie Calmels, parfaite...Quand l’obésité du secteur public pénalise notre...L'intérim représente environ 50% de la...France : le mystère du taux d'épargne aussi...Médias français : le mode "Full...Les deux maux principaux de nos retraitesAviateurs du Mirage 2000 et pompiers de Paris :...Evolution du pouvoir d'achat : quel rôle...Pourquoi la France a-t-elle choisi « chômage et...L’opportunisme inaltérable de SégolèneBilan 2018 : quels ont été les députés les plus...Comparaison de l'évolution du pouvoir...« Vivent les taxes » chantent ceux qui en...Les classes moyennes et populaires victimes des...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...La pauvreté s'étend en France