Se connecterS'abonner en ligne

Depuis 1991, la population active a progressé de 14,5% en France, contre 6,5% en Allemagne

Référence de l'article : MPF5640
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et des prévisions,XERFI (21 Oct. 2016)

Personne ne doute un instant que l’économie allemande soit nettement supérieure à celle de la France et de prendre comme principal témoin de cette supériorité le taux de chômage :

c’est un fait, à environ 4%, l’Allemagne est proche du plein emploi, alors que la France n’est toujours pas parvenue à casser le plancher des 10%, c’est plus du simple au double. Il n’y a donc, a priori, pas de match possible entre les deux pays, visiblement l’un sait créer des emplois et pas l’autre, c’est structurel, mais c’est faux. Il manque en effet un élément fondamental à l’analyse : l’évolution de la population active.

Car le chômage n’est rien d’autre qu’un résidu entre la population active et l’emploi. Population active que l’on retrouve une seconde fois au dénominateur du taux de chômage. Population active qui, de fait, constitue de loin la première source de variation du ratio. Or,cette variable décisive est systématiquement passée sous silence… c’est l’angle mort du commentaire du taux de chômage ! Car contrairement à ce que l’on croit, la population active est une variable qui bouge, qui bouge même beaucoup. Pour schématiser, plusieurs forces sont capables de la faire dévier. D’abord des forces structurelles, mais non nécessairement stables :

1/ les flux démographiques liés aux variations des soldes naturels et migratoires.
2/ Les modifications de la législation avec notamment les changements de l’âge du départ à la retraite.
3/ Et enfin, les effets sociologiques,  comme la féminisation de l’emploi dans les années 60-70 en France. Or, cette variable n’a pas évolué, mais vraiment pas évolué, de la même manière des deux côtés du Rhin. En prenant en compte les données depuis 1991, c’est-à-dire juste après la réunification,

la population active allemande a progressé jusqu’à aujourd’hui de 6,5%, l’équivalent de 2,6 millions personnes de plus à absorber par le marché du travail. Pour la France, le défi est de toute autre ampleur, la hausse de la population active approche les 14,5%, c’est 3,6 millions de personnes en plus à qui il faut trouver du travail ; 1 million de plus par rapport à l’Allemagne. C’est tout, sauf neutre. Une fois n’est pas coutume, il faut mettre les chiffres à plat : la France aura créé sur les 25 dernières années environ 2 millions 750 mille emplois, c’est autant que l’Allemagne, alors que la taille de notre économie est bien plus réduite. Un peu de statistique fiction :
 
si la population active française avait suivi la même trajectoire que celle de l’Allemagne et qu’elle ait conservé ses propres chiffres de créations d’emplois, elle serait à moins de 4% de chômeurs ! En faisant le raisonnement inverse, c’est-à-dire en appliquant à l’Allemagne la hausse de la population active française, son taux de chômage dépasserait les 11%. Nous sommes là à un front renversé. Bien sur ce que l’on attend d’une économie, c’est d’absorber la croissance de sa population active, mais il n’en demeure pas moins que la démarche comptable mesure l’effort à fournir. L’accueil massif d’immigrés sera donc bien pour l’Allemagne un défi de taille : ça passe ou ça casse !

____________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Le-chomage-en-Allemagne-et-en-France-a-contre-emploi_3744135.html

(Mis en ligne le 21 Octobre 2016)

Articles similaires
14 Juillet : attention quand même de ne pas...Constitution : les dangers d'une révision...Liens entre gros revenus et gros patrimoines:...Assemblée nationale : les frais de personnel les...Réforme des retraites : les gagnants et les...Financer les retraites ne suffira pas : il faut...« Economies publiques » et « industries de pointe...Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...Les PME et l’emploi : pourquoi tout reste à...Fake news de Tolbiac : l'hallucinante...Mai 68 : quel était le contexte économique à...La France est bien un pays socialiste : la preuve...Pour une réforme du droit de grève : la Loi doit...Réforme du lycée : pourquoi ce que propose...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...Dans une économie qui marche, qui crée de...Transferts sociaux excessifs et compétitivitéLa baisse du chômage sera forcément très faible...Le naufrage de la balance française des services...Vouloir appliquer le modèle scandinave en France...Déplacement de Macron en Corse : oui, mais....Revue des 4 secteurs économiques eu-pho-ri-ques...Notre-Dame des Landes : défaite de l’État ou...Modernisation sociale : mieux en qualité, moins...Comment les ménages ont modifié leur consommation...Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...France en 2018 : et si la croissance atteignait...L’étude choc : mais que font les députés En...Hausses de salaires : + 2,3% prévu en 2018Corse : à élections confuses, interprétations des...Flexisécurité française : de la montagne promise...France : où dégraisser un Etat devenu obèse ?12.000 millionnaires ont quitté la France en...Pourquoi l'industrie n'arrive plus à...Les oubliées du Budget 2018 : les TPE et les PMEAPL, HLM : pourquoi cela tourne au vinaigre entre...Le Général Vincent Desportes réagit à la...Pompiers : quand un urgentiste CGT justifie leur...Curieux: l'étonnante progression des...