Se connecterS'abonner en ligne

Croissance: cassure, ou simple accident de parcours ?

Référence de l'article : MPF5022
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et des prévisions,(11 décembre 2015)

Le niveau du climat des affaires en novembre dernier confirmait la bonne séquence dans laquelle se trouvait l'économie française… avant.

Avant, que deux indicateurs, la consommation des ménages et le nombre de chômeurs, ne douchent tout excès d’optimisme. Avant que les attentats du 13 novembre mettent le doute sur la reprise sans compter les inquiétudes du patronat sur le vote FN. Une chose est sûre, le 4ème trimestre est en partie perdu et le report sur le 1er trimestre 2016 sera partiel.

Cela remet-il pour autant en cause notre scénario de montée en régime de la croissance avec ses deux éléments clés :1-l’accélération, sans emballement, de l’investissement des entreprises 2- le redressement de l’investissement en logement des ménages ? Je ne le crois pas.

Revenons sur les faits. D’abord, le recul de la consommation (-0,7% en octobre) se concentre uniquement sur 3 postes : les dépenses d’énergie qui coutent 0,2 point. Certes, mais c’est la météo le facteur explicatif  et cela ne reflètent donc en rien la tendance de fond. Difficile aussi d’interpréter la baisse des dépenses d’habillement (qui contribue pour 0,1 point au recul d’ensemble) car la météo joue aussi son rôle dans ce chiffre. Enfin, reste les 0,4 point lié à l’automobile. Oui mais depuis les immatriculations de véhicules particuliers ont bondi de 5,7% en novembre.De même, les Français se sont rendus à nouveau en masse dans les magasins : le groupement Carte bancaire a comptabilisé 37,9 millions de transactions le samedi 28 novembre et le record du samedi 6 décembre 2014 est battu. Quant au chiffre du chômage, ils ne sont pas bons, c’est certain. Mais c’est parce que l’on ne crée pas assez d’emplois pour absorber les nouveaux entrants, pas parce que l’on en détruit. Revenons donc aux fondamentaux de notre scénario. La hausse de l’investissement. Celui des entreprises d’abord.

Depuis la reprise avortée de 2010, l’investissement des sociétés non financières se traine sur un rythme trimestriel moyen de 0,2%. Mais les temps changent. Les chefs d’entreprise sont plus offensifs et l’investissement dans sa composante matérielle et immatérielle est déjà reparti. Cela montre bien que les entreprises sont entrées dans un nouveau cycle de renouvellement, de modernisation, d’automatisation de leurs parcs de machines.Et les 3 conditions pour faire mieux seront réunies l’année prochaine :

d’abord, les conditions de financement seront bonnes avec des taux d’intérêt collés à leur plancher et un accès aux crédits toujours aisés. Ensuite, avec la confirmation de la remontée des taux de marge (effet CICE, coûts des matières premières au plus bas), les entreprises auront les moyens d’être plus offensives. 3ème condition, la demande (domestique et européenne) sera assez dynamique pour garnir les carnets de commandes. Mais attention pas d’emballement, car nous sommes toujours en phases de restructuration, de rationalisation, de consolidation des secteurs et des marchés. Notre prévision ressort à 4%, c’est un maximum, très loin des performances d’autrefois quand, en phase montante du cycle de croissance, le compteur pouvait afficher plus de 12%. Deuxième élément clé : le redressement de l’investissement logement des ménages.

Là aussi, tous les clignotants resteront au vert : taux bas, banques offensives, coup de pousse du gouvernement avec l’élargissement et le renforcement du PTZ à partir du 1er janvier, puis amélioration progressive du marché de l’emploi qui dégagera l’horizon des futurs accédants.  

Nous pourrons donc pour la première fois depuis 2008 avoir une reprise complète. Le 4ème trimestre 2015 sera plombé, mais nous ne remettons pas en cause, pour  l’heure, notre scenario d’une reprise graduelle qui peut nous amener à 1,8% de croissance en 2016. 

Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Croissance-cassure-ou-simple-incident-de-parcours-_3052.html

(Mis en ligne le 11 Décembre 2015) 

Articles similaires
CSA : naissance annoncée d’un BIG BROTHER...Les 5 transformations majeures de l'emploi...Étonnamment, le taux des investissements des...Où en est véritablement le redressement du...Une grande partie des mesures en faveur du...France et UE : quelques récentes statistiques...Evolution des salaires, impôts et taxes, et...Les choix d'implantation des entreprises...Chômage : quand l’exception française invalide...Ecologie : Nathalie Loiseau veut dépenser mille...Quelques causes structurelles au déficit...La vérité sur les dépenses publiques et...Le gouvernement dans l’impasse face à «...Fonction publique : plusieurs méthodes pour...TVA à 0% sur les produits de base ? Une mesure...Pourquoi les exportations françaises sont-elles...Prix de l’essence : évolution comparée...En nommant Sibeth Ndiaye, Macron fait-il l’éloge...Salaires / dividendes : Benoît Hamon, candidat au...France : bilan des principales erreurs de...Comptes publics 2018 : sauts de cabri de...« Cette décision d’utiliser Sentinelle est...ZE : combien de temps peut durer le delta de...Inégalités Homme-Femme : pourquoi ne pas évoquer...Fin du Grand Débat : va-t-on tenir compte du VRAI...Radioscopie des hauts revenus : quid du premier...Le départ de Virginie Calmels, parfaite...Quand l’obésité du secteur public pénalise notre...L'intérim représente environ 50% de la...France : le mystère du taux d'épargne aussi...Médias français : le mode "Full...Les deux maux principaux de nos retraitesAviateurs du Mirage 2000 et pompiers de Paris :...Evolution du pouvoir d'achat : quel rôle...Pourquoi la France a-t-elle choisi « chômage et...L’opportunisme inaltérable de SégolèneBilan 2018 : quels ont été les députés les plus...Comparaison de l'évolution du pouvoir...« Vivent les taxes » chantent ceux qui en...Les classes moyennes et populaires victimes des...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...