Se connecterS'abonner en ligne

Consommation : le contrecoup

Référence de l'article : MPF3298
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,XERFI

L’embellie de la consommation au dernier trimestre ne doit pas nous tromper. La reprise sera bien atypique, incomplète car « sans consommation et sans investissement logement » cette année. Regardons d’abord les enquêtes d’opinions.

En très légère amélioration en janvier, la confiance des ménages demeure à des niveaux très inférieurs à ses niveaux de longue période : à 86, l’indicateur est à 14 points en dessous de sa moyenne de long terme. C’est considérable. Le détail de l’enquête montre que les fondamentaux de la dépense des ménages demeurent plombés et qu’il ne faut attendre aucune dynamique solide dans les mois qui viennent. En arrière-plan de cela,

il y a d’abord une situation financière personnelle qui campe nettement en dessous de sa valeur « normale », et des perspectives futures fortement dégradées, en ligne avec le ralentissement des salaires et la hausse de la pression fiscale. Surtout les ménages qui semblaient vouloir puiser dans leur épargne pour amortir les évolutions défavorables du pouvoir d’achat, se ravisent :

l’opportunité d’épargner, qui était repassée sous sa moyenne longue à l’automne, progresse à nouveau depuis deux mois maintenant. Un mouvement de précaution qui accompagne une inquiétude grandissante sur l’avenir, alors même que le chômage n’est pas complètement stabilisé. C’est donc un tableau très sombre que nous renvoie cette enquête. Un tableau très sombre qui ne cadre pas du tout avec les derniers chiffres sur la consommation publiés par l’INSEE. Malgré un petit accroc en décembre dernier,

les dépenses des ménages en biens ont progressé de 0,8% au 4ème trimestre soit sur une cadence annuelle supérieure à 3%, malgré des dépenses énergétiques en baisse. C’est de loin la meilleure performance de l’année, le rythme le plus soutenu depuis le 3ème trimestre 2010. Il y a donc visiblement un hiatus entre le discours et les actes. Mais il faut aller dans le détail des chiffres pour séparer le bon grain de l’ivraie.

Si les dépenses ont bien tenu c’est d’abord en raison du bon score réalisé dans l’automobile. (+2,2% sur le dernier trimestre) Un rebond spectaculaire en lien direct avec le durcissement de la fiscalité à venir sur le malus et le relèvement du taux de TVA qui ont précipité les achats avant le 1er janvier. Autant dire que le 1er trimestre 2014 est plombé. Cela vaut aussi pour l’équipement du logement. En hausse de 1,9% en fin d’année, l’impact TVA sur ces gros achats n’a pas été neutre compte tenu de l’importance des budgets engagés. Certaines dépenses ont donc été anticipées. Dans les services, l’entretien du logement est sur la même trajectoire. Autant de dépenses qui feront défaut sur les 3 premiers mois de l’année. Quant au sursaut du textile-cuir, +1,2%, tout s’est joué en novembre dernier avec le plongeon des températures. Et si la douceur de décembre n’a pas suffit à inverser la tendance, celle de janvier l’aura fait. Tous les moteurs qui ont fait la croissance de la fin 2013, s’éteignent les uns après les autres. Le contrecoup c’est maintenant. La consommation va malheureusement se remettre au diapason des enquêtes.

Pour nous à Xerfi, le 1er trimestre est déjà joué. Il ne sera pas bon avec un recul anticipé de 0,1%. Ensuite, la consommation va se caler dans le sillage d’un pourvoir d’achat poussif. Cela ne permet pas d’espérer une consommation en hausse de plus de 0,5% cette année.

(Rédigé le 7 Février 2014)
Articles similaires
Le gouvernement dans l’impasse face à «...Fonction publique : plusieurs méthodes pour...TVA à 0% sur les produits de base ? Une mesure...Pourquoi les exportations françaises sont-elles...Prix de l’essence : évolution comparée...En nommant Sibeth Ndiaye, Macron fait-il l’éloge...Salaires / dividendes : Benoît Hamon, candidat au...France : bilan des principales erreurs de...Comptes publics 2018 : sauts de cabri de...« Cette décision d’utiliser Sentinelle est...ZE : combien de temps peut durer le delta de...Inégalités Homme-Femme : pourquoi ne pas évoquer...Fin du Grand Débat : va-t-on tenir compte du VRAI...Radioscopie des hauts revenus : quid du premier...Le départ de Virginie Calmels, parfaite...Quand l’obésité du secteur public pénalise notre...L'intérim représente environ 50% de la...France : le mystère du taux d'épargne aussi...Médias français : le mode "Full...Les deux maux principaux de nos retraitesAviateurs du Mirage 2000 et pompiers de Paris :...Evolution du pouvoir d'achat : quel rôle...Pourquoi la France a-t-elle choisi « chômage et...L’opportunisme inaltérable de SégolèneBilan 2018 : quels ont été les députés les plus...Comparaison de l'évolution du pouvoir...« Vivent les taxes » chantent ceux qui en...Les classes moyennes et populaires victimes des...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...La pauvreté s'étend en FranceCapital et travail : sommes-nous vraiment...Macron est-il vraiment pro-business ?France : la dépense publique par habitant est...France : la dette publique au-dessus de 100%,...La doctrine Macron sur les revenus expliquée de A...Pourquoi la croissance française est inférieure à...Report ou transformation du prélèvement de...La plus grave erreur de Macron : il a cassé la...France : le pouvoir d'achat en forte baisseDepuis 2009, les sous-investissements en...Le chantier de la réduction des emplois publics...