Se connecterS'abonner en ligne

Centrer la baisse des charges sur les bas salaires : une erreur stratégique

Référence de l'article : MPF3426
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,XERFI

Le débat sur la baisse des charges est décidément bien mal engagé. J’aimerais vous dire à nouveau ici en quoi et comment la coalition qui se dessine en faveur d’une baisse centrée sur le SMIC, pousse à une erreur stratégique lourde, même si je n’ignore pas la puissance des arguments en sa faveur. Car :

  • Oui la baisse des charges ciblées sur le smic crée bel et bien de l’emploi. Et même beaucoup. Les travaux empiriques, et les plus récents encore, en attestent.
  • Oui la mesure se double d’un effet favorable sur la demande et la croissance à court terme.
  • Oui la mesure a donc la vertu rare de rallier les tenants d’une politique de l’offre, puisqu’elle offre un antidote au SMIC élevé… et les keynésiens pour qui toute impulsion en faveur de la demande est bonne en temps de crise.
  • Oui la mesure rallie un très grands nombre d’experts académiques crédibles comme en témoigne une tribune signée par 34 spécialistes de l’emploi « Le Monde » du 4 février  dernier.

Mais ce n’est pas parce l’efficacité d’un médicament est reconnue, que l’on doit en recommander l’administration quelques soit la maladie, quelque soient les circonstances…or c’est exactement ce que fait aujourd’hui la communauté des experts. Avec des arguments qui laissent parfois pantois.

Car pour ces derniers, s’il y a un problème de compétitivité au niveau des activités à forte valeur ajoutée, réglons-le en comblant notre écart de R&D avec l’Allemagne. L’emploi c’est l’affaire des bas salaires… la productivité c’est l’affaire de la R&D… or cette séparation des problèmes est tout simplement insensée.

Car si la question posée au gouvernement

est bien de trouver une prescription pour résorber un handicap de compétitivité. Et si l’on s’accorde sur ce diagnostic, alors on peut avancer tous les chiffres que l’on veut en matière d’emploi, avec les protocoles scientifiques les plus rigoureux… cela ne répond pas à la question posée. Le vrai enjeu  est de trouver  la mesure qui permet aux entreprises de reprendre pieds en termes de parts de marché.

Si l’on s’accorde sur ce diagnostic,

la spécialisation par secteur et par type d’entreprise de l’emploi est bien un enjeu majeur. Non, il n’est pas indifférent de charger une économie en emploi dans des TPE à faible valeur ajoutée ou dans les services à la personne ou dans le commerce, quand cette économie perd des marchés et que le nombre de ses entreprises exportatrices régresse.

Ensuite la R&D est d’abord une affaire de spécialisation.

Notre écart de R&D avec l’Allemagne, permanent depuis plus de 30 ans, est  le fait de notre écart de spécialisation dans les activités à forte intensité technologique. Il faut vraiment avoir une vision bien éthérée de l’économie pour penser que la R&D se décrète, sans lien avec la nature de nos structures productives.

Alors non, recommander la neutralité dans la diminution des charges, ce n’est pas simplement vouloir faire le jeu du « lobbying des grandes entreprises du secteur industriel ». Ce n’est pas faire le jeu d’entreprises qui agiteraient en permanence le spectre de la perte de compétitivité » pour empocher la mise, si l’on en croit les soupçons de certains experts du marché du travail. C’est simplement être attentif au diagnostic, à l’histoire, à l’environnement international, avant de proposer un remède.

(Rédigé le 12 Mars 2014)

Nota: cet article est également disponible en version video
http://www.xerficanal.com/emission/Olivier-Passet_Centrer-la-baisse-des-charges-sur-les-bas-salaires-une-erreur-strategique_1425.html

Articles similaires
Étonnamment, le taux des investissements des...Où en est véritablement le redressement du...Une grande partie des mesures en faveur du...France et UE : quelques récentes statistiques...Evolution des salaires, impôts et taxes, et...Les choix d'implantation des entreprises...Chômage : quand l’exception française invalide...Ecologie : Nathalie Loiseau veut dépenser mille...Quelques causes structurelles au déficit...La vérité sur les dépenses publiques et...Le gouvernement dans l’impasse face à «...Fonction publique : plusieurs méthodes pour...TVA à 0% sur les produits de base ? Une mesure...Pourquoi les exportations françaises sont-elles...Prix de l’essence : évolution comparée...En nommant Sibeth Ndiaye, Macron fait-il l’éloge...Salaires / dividendes : Benoît Hamon, candidat au...France : bilan des principales erreurs de...Comptes publics 2018 : sauts de cabri de...« Cette décision d’utiliser Sentinelle est...ZE : combien de temps peut durer le delta de...Inégalités Homme-Femme : pourquoi ne pas évoquer...Fin du Grand Débat : va-t-on tenir compte du VRAI...Radioscopie des hauts revenus : quid du premier...Le départ de Virginie Calmels, parfaite...Quand l’obésité du secteur public pénalise notre...L'intérim représente environ 50% de la...France : le mystère du taux d'épargne aussi...Médias français : le mode "Full...Les deux maux principaux de nos retraitesAviateurs du Mirage 2000 et pompiers de Paris :...Evolution du pouvoir d'achat : quel rôle...Pourquoi la France a-t-elle choisi « chômage et...L’opportunisme inaltérable de SégolèneBilan 2018 : quels ont été les députés les plus...Comparaison de l'évolution du pouvoir...« Vivent les taxes » chantent ceux qui en...Les classes moyennes et populaires victimes des...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...La pauvreté s'étend en FranceCapital et travail : sommes-nous vraiment...