Se connecterS'abonner en ligne

Bilan 2018 : quels ont été les députés les plus assidus… et les plus absents ?

Référence de l'article : MPF7275
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Laurent SAILLY,(28 Décembre 2018)


 
 

Le vendredi 21 décembre dernier, l’Assemblée nationale a suspendu ses travaux pour la période des festivités de fin d’année. Voici un classement de l’activité des députés de l’actuelle législature sur l’année 2018.

Nous vous invitons à vous reporter aux annexes [1] pour plus de précisions.



1. Joël GIRAUD, député LREM dans la 2ème circonscription des Hautes-Alpes, est le meilleur député de l’année 2018. Né le 14 octobre 1959 à Gap (Hautes-Alpes), administrateur civil hors-classe, il est rapporteur général de la commission des finances. Il est également membre du conseil municipal de L’Argentière-la-Bessée. Joël GIRAUD a été présent dans l’hémicycle pendant 40 semaines au cours desquelles il est intervenu 684 fois et a vu 823 des amendements signés adoptés en séance. Il est également l’auteur de 12 rapports, ce qui fait également de lui le député le plus prolixe.

Selon le barème ci-dessous, il obtient la note globale de 17,44/20.
À noter que le site internet est alimenté régulièrement, la dernière mise à jour datant du 24 décembre. Le style du blog est à l’image de son député : simple mais sérieux et un peu « démodé ».
 
2. Thibaut BAZIN, jeune député L.R. de 34 ans, né le 27 octobre 1984 à Nancy, fait honneur à son électorat de la 4ème circonscription de Meurthe-et-Moselle, en prenant la deuxième place. Il a obtenu la note globale de 17,17/20.

C’est juste récompense pour le député Meurthe-et-Mosellan qui a obtenu double 20/20 en assiduité, totalisant 44 semaines de présence dans l’hémicycle et 196 présences en commission.
De plus, le site du jeune député est à son image : moderne et dynamique. Il est riche d’information et l’activité de notre élu est facile à suivre (rubrique agenda à jour).
 
3. Barbara Pompili. À la troisième place de notre classement, on trouve une « figure de l’Assemblée nationale » : Mme Barbara Pompili, députée LREM de la Somme (2ème circonscription). Présidente de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, la députée samarienne, née le 13 juin 1975 à Bois-Bernard (Pas-de-Calais), obtient la note globale de 15,43/20. Cette moyenne est en grande partie due à la très bonne moyenne d’assiduité au Palais Bourbon.
Le site internet est agréable, riche et à jour.

Le classement 2018 des députés est disponible ci-dessous, en bas de page, sous format PDF.
__________________

[ 1 ] Annexe 1 : Méthode de calcul

Trois notes ont été attribuées :

Une note dite d’assiduité sur 40 points, décomposée comme suit :

  • Une note sur 20 attribuée en fonction du classement de l’élu sur l’item : nombre de semaine de présence.
  • Une note sur 20 attribuée en fonction du classement de l’élu sur l’item : nombre de présence en commission.

Une note dite de participation sur 15 points, décomposée comme suit :

  • Une note sur 5 attribuée en fonction du classement de l’élu sur l’item : nombre d’interventions en commission.
  • Une note sur 5 attribuée en fonction du classement de l’élu sur l’item : nombre d’interventions longues en hémicycle.
  • Une note sur 5 attribuée en fonction du classement de l’élu sur l’item : nombre de questions écrites posées.

Une note dite d’activité sur 15 points, décomposée comme suit :

  • Une note sur 5 attribuée en fonction du classement de l’élu sur l’item : nombre d’amendements proposés et adoptés.
  • Une note sur 5 attribuée en fonction du classement de l’élu sur l’item : nombre de rapports écrits.
  • Une note sur 5 attribuée en fonction du classement de l’élu sur l’item : nombre de propositions de lois déposées.

La note finale correspond à la moyenne sur 20 de ces trois notes.
Informations concernant les items :

  • Semaines d’activité : nombre de semaines où le député a été relevé présent en commission ou a pris la parole (même brièvement) en hémicycle
  • Commission réunions : nombre de réunions de commission où le député a été relevé présent
  • Commission interventions : nombre d’interventions prononcées par le député en commissions
  • Hémicycle interventions longues : nombre d’interventions de plus de 20 mots prononcés par le député en hémicycle
  • Questions écrites : nombre de questions au gouvernement écrites soumises par le député
  • Amendements adoptés : nombre d’amendements signés par le député qui ont été adoptés
  • Rapports écrits : Nombre de rapports ou avis dont le député est l’auteur
  • Propositions écrites : nombre de propositions de loi ou de résolution dont le député est l’auteur.

Annexe 2 : Avertissement concernant ce classement

Classement des députés sur l’année 2018 entrés en fonction au plus tard le 2 janvier 2018.

Toutes les données relatives à l’activité parlementaire présentées sur ce site sont issues des sites de l’Assemblée nationale et du Journal Officiel. Il s’agit donc d’informations intégralement publiques (article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle). Ces informations sont mises à jour toutes les 8 heures à partir des sites officiels. Les données des dernières semaines sont donc amenées à évoluer régulièrement et ne sauraient refléter la présence en temps réel des députés à l’Assemblée.

Ce classement est établi à partir du retraitement des informations disponibles sur le site nosdeputes.fr. Nous remercions à l’occasion le travail de RegardsCitoyens.org.
Si les présences en commission sont enregistrées et diffusées publiquement à tous, les présences en hémicycle ne le sont pas. Pour détecter la présence d’un député en séance d’hémicycle, le site nosdeputes.fr détecte la participation orale au sein des comptes rendus de séance diffusés. Il est cependant rare que tous les députés présents parlent lors d’une séance : ne peuvent donc pas être comptabilisées de manière exhaustive les présences des députés en hémicycle.

Comme le définit la Constitution, les députés ne sont pas élus selon le principe du mandat impératif et tout député est donc un élu de la Nation avant d’être celui de sa circonscription. C’est pourquoi nous nous intéressons exclusivement au travail législatif et de contrôle du gouvernement propres à la fonction parlementaire. Nous conseillons aux visiteurs de ce classement s’intéressant à l’activité en circonscription de leurs élus de consulter les sites/blogs des députés qui peuvent être une bonne source d’information.
 
Tout classement porte en lui une part d’arbitraire et d’injustice. Notamment, il ne rend pas compte de la complexité ou de la qualité du travail fourni. Par ailleurs, au cours d’une législature, certains députés ne peuvent parfois plus siéger à l’Assemblée pour diverses raisons (nomination au gouvernement, mission gouvernementale prolongée…). Ils sont alors remplacés par leurs suppléants, puis reprennent parfois leur siège plus tard au cours de la législature. Il y a également des députés malades ou ayant des responsabilités extra-parlementaires qui peuvent expliquer une activité plus réduite à l’Assemblée nationale. Ces responsabilités sont indiquées sur la page dédiée à chaque député. Nous invitons donc les visiteurs à consulter toutes ces pages avant de faire des jugements hâtifs uniquement fondés sur ce classement.

Nous sommes conscients que les réunions de groupe, ainsi que les participations à divers travaux préparatoires ou une présence dans les bureaux de l’Assemblée ne sont pas visibles via ces sources d’informations, mais il est impossible de les prendre en compte sans source exhaustive. De même, nous ne pouvons prendre en compte la présence en hémicycle à partir des informations relatives aux votes car les informations publiées sont malheureusement incomplètes (pas de mention des délégations de vote, ni de tous les votants pour les scrutins publics).

Faute de compte-rendu public ou exploitable, les réunions des groupes politiques et de nombreuses délégations ou missions parlementaires internationales restent en revanche difficiles à prendre en compte. Bien qu’elles représentent une charge de travail importante limitant naturellement la participation aux travaux à l’Assemblée, les missions confiées individuellement à quelques députés par le gouvernement ou l’Élysée ne sont malheureusement pas documentées et ne peuvent donc être prises en compte en l’état.
Ce classement ne doit donc être appréhendé que comme une introduction à l’activité des députés.

__________________________________________________________________________
 
Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
https://www.contrepoints.org/2018/12/28/333442-quels-ont-ete-les-deputes-les-plus-assidus-et-les-plus-absents-en-2018 
 
(Mis en ligne le 28 décembre 2018)
 

Articles similaires
ZE : combien de temps peut durer le delta de...Inégalités Homme-Femme : pourquoi ne pas évoquer...Fin du Grand Débat : va-t-on tenir compte du VRAI...Radioscopie des hauts revenus : quid du premier...Le départ de Virginie Calmels, parfaite...Quand l’obésité du secteur public pénalise notre...L'intérim représente environ 50% de la...France : le mystère du taux d'épargne aussi...Médias français : le mode "Full...Les deux maux principaux de nos retraitesAviateurs du Mirage 2000 et pompiers de Paris :...Evolution du pouvoir d'achat : quel rôle...Pourquoi la France a-t-elle choisi « chômage et...L’opportunisme inaltérable de SégolèneComparaison de l'évolution du pouvoir...« Vivent les taxes » chantent ceux qui en...Les classes moyennes et populaires victimes des...Crise en France : quelques éléments de réflexion...Evolution du pouvoir d’achat : ce sont les...Gilets Jaunes : "pouvoir d’achat" ?...Les Gilets Jaunes sont les victimes indirectes de...5 107 milliards€ : l'épargne financière...L'évolution du patrimoine net des Français...Retraites : TOUT ce qui se prépare et TOUT ce que...La radicalisation islamiste a-t-elle pénétrée les...Loi Pacte : il faut que tout change pour que rien...Pendant que la France s’endette, l’Allemagne et...Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...La pauvreté s'étend en FranceCapital et travail : sommes-nous vraiment...Macron est-il vraiment pro-business ?France : la dépense publique par habitant est...France : la dette publique au-dessus de 100%,...La doctrine Macron sur les revenus expliquée de A...Pourquoi la croissance française est inférieure à...Report ou transformation du prélèvement de...La plus grave erreur de Macron : il a cassé la...France : le pouvoir d'achat en forte baisseDepuis 2009, les sous-investissements en...Le chantier de la réduction des emplois publics...14 Juillet : attention quand même de ne pas...Constitution : les dangers d'une révision...Liens entre gros revenus et gros patrimoines:...Assemblée nationale : les frais de personnel les...Réforme des retraites : les gagnants et les...Financer les retraites ne suffira pas : il faut...« Economies publiques » et « industries de pointe...Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...