Se connecterS'abonner en ligne

14 Juillet : attention quand même de ne pas transformer un défilé militaire en spectacle de cirque

Référence de l'article : MPF6980
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Henri GIZARDIN,Ancien pilote de chasse,(15 Juillet 2018)

 

Le Président de la République est verni. Dans les armées, on utiliserait un terme plus fort, mais par trop trivial pour qualifier cette baraka…
Un ciel immaculé ! Ses nombreux prédécesseurs ont tous subi au moins une fois un contretemps météorologique ce jour-là avec orage, pluie ou nuages bas. Certes, ce ciel immaculé a failli faire grise mine durant quelques secondes lorsqu’une fumée rouge inattendue s’échappa d’un des avions de la Patrouille de France. Un vilain symbole, car je ne pourrais imaginer un complot de l’armée de l’Air. À moins que ce soit, ce que je pense au final, un hommage au Japon qui n’a pas été commenté.

Votre serviteur lui-même, « leader » d’une double patrouille de vingt-quatre Mirage, parmi un très important dispositif aérien, dut faire demi-tour à deux minutes du passage au-dessus des Champs-Élysées, en 1974, à cause de la météo dégradée et plafond bas sur la capitale !

Prestations impeccables des diverses et très nombreuses unités aériennes et terrestres. Certes, les peintures très fraîches sur les véhicules ne pouvaient tromper un œil curieux ou expert avec des engins aussi anciens que ma prestation ratée. Exemple, ce beau logo « Berliet » marquant la calandre de nombreux camions.

Et que dire de la disponibilité des aéronefs, en particulier des hélicoptères aux noms sonnant « collector ». Une étude récente a fait état d’une disponibilité générale des moyens matériels de moins de 40 %…

Bon, la nouvelle loi de Programmation militaire va corriger cette énorme faiblesse, pour autant que le budget des armées ne subisse pas, selon une coutume bien établie, de nouvelles contributions involontaires aux déficits budgétaires…

Pour revenir à la parade de ce 14 juillet, je dois avouer mon humeur un peu chagrine à voir exécuter des spectacles de lever de rideau puis de fin, plus proches des performances de cirque que des parades militaires.

Je pense que le Premier ministre singapourien et le représentant de Schinzo Abe – absent pour cause de cataclysme au Japon – ont dû être surpris, voire fatigués, par la durée des numéros. Nonobstant le choc entre deux motocyclistes qui valorisait involontairement la précision des diverses chronologies et le calme olympien – jupitérien ? – des chevaux, spectaculaire, ces entrelacements variés et répétitifs, dignes d’un carnaval, n’étaient pas une marque valorisante des capacités de combat des acteurs.

Mais le pire fut les sauts de deux motards montant des pétrolettes loin de la dignité des gros cubes. Après la loi, adoptée à la quasi-unanimité, sanctionnant les rodéos – déposée par la députée Mireille Clapot – cette démonstration risque de provoquer de nouvelles vocations…

On sait que le Président aime les spectacles burlesques — se rappeler la fête de la musique au Palais —, mais le jour de la Fête nationale, cette bouffonnerie était de trop.

____________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/14-juillet-2018-parade-moderne/?mc_cid=3c01535725&mc_eid=e4617e9091 
 
(Mis en ligne le 15 Juillet 2018)

 

Articles similaires
Rémunérations : quels sont les couples...Commerce extérieur : la débâcle française...La pauvreté s'étend en FranceCapital et travail : sommes-nous vraiment...Macron est-il vraiment pro-business ?France : la dépense publique par habitant est...France : la dette publique au-dessus de 100%,...La doctrine Macron sur les revenus expliquée de A...Pourquoi la croissance française est inférieure à...Report ou transformation du prélèvement de...La plus grave erreur de Macron : il a cassé la...France : le pouvoir d'achat en forte baisseDepuis 2009, les sous-investissements en...Le chantier de la réduction des emplois publics...Constitution : les dangers d'une révision...Liens entre gros revenus et gros patrimoines:...Assemblée nationale : les frais de personnel les...Réforme des retraites : les gagnants et les...Financer les retraites ne suffira pas : il faut...« Economies publiques » et « industries de pointe...Budget de l'Etat : zéro progrès, la Cour des...Que penser du bilan 2017 de la Commission...Consignes données aux CRS le 1er mai : « S’il y a...La France, qui n'est plus une nation...Les PME et l’emploi : pourquoi tout reste à...Fake news de Tolbiac : l'hallucinante...Mai 68 : quel était le contexte économique à...La France est bien un pays socialiste : la preuve...Pour une réforme du droit de grève : la Loi doit...Réforme du lycée : pourquoi ce que propose...France : il faudrait mieux défendre la...Blocages des facs : l’ultra-gauche et LFI tentés...La cagnotte n'existe pas : les pertes sont...France : pourquoi l’économie est elle en panne ?...Ce que révèle la réforme de la SNCF sur les...Innovation : le principe de précaution inhibeFrance : dégradation brutale du solde des...La volonté de réforme de Macron peut-elle...Sur les 5,8 millions de salariés des groupes...Génération « J’ai le droit », de Barbara...Une France fortement pénalisée par son...Dans une économie qui marche, qui crée de...Transferts sociaux excessifs et compétitivitéLa baisse du chômage sera forcément très faible...Le naufrage de la balance française des services...Vouloir appliquer le modèle scandinave en France...Déplacement de Macron en Corse : oui, mais....Revue des 4 secteurs économiques eu-pho-ri-ques...Notre-Dame des Landes : défaite de l’État ou...Modernisation sociale : mieux en qualité, moins...Comment les ménages ont modifié leur consommation...Baisse des dépenses de l'Etat: pourquoi la...