Se connecterS'abonner en ligne

Les USA proches d'un déficit budgétaire de 7% du PIB et d'un hard landing

Référence de l'article : MPE7374
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et de la prévision,XERFI (17 Février 2019)

Vu d’aujourd’hui, tout va bien aux Etats-Unis :



la croissance est solide, encore proche de 3% en 2018, et les deux objectifs de la banque centrale sont dans leur cible : les Etats-Unis se rapprochent du plein emploi et le taux de chômage est à 4% environ. Quant à l’inflation, elle se situe à 2,2% pour les prix à la consommation des ménages (hors nourriture et énergie). Et tout va bien depuis longtemps ! L’économie américaine est sortie de récession en juin 2009. Elle pourrait pourtant se prendre en pleine face trois murs.

Le premier, c’est celui de son déficit budgétaire. L’endurance de l’économie américaine doit pour beaucoup depuis l’élection de Donald Trump à l’impulsion budgétaire donnée par la nouvelle administration : grande réforme fiscale avec à la clé forte baisse des prélèvements obligatoires (de l’ordre de 1,5 point de PIB sur 2018-2019), relance de la dépense publique, notamment militaire, ont fortement contribué à la croissance.
Les dépenses publiques



ont d’ailleurs changé d’orbite depuis le 4ème trimestre 2017 et croissent sur une base annuelle 3 fois plus rapide que lors de la période précédente. Avec cette politique budgétaire expansionniste, le déficit s’est fortement creusé en 2018 et va de nouveau se détériorer cette année.



Les niveaux sont hors normes, hors période de crise ou de guerre. Rapporté au PIB, le déficit s’est établi à environ 4,7% du PIB en 2018 et devrait atteindre 5,5% en 2019 (et même 7% corrigé des effets de la conjoncture). En deux ans, c’est un gonflement de près de 2 points de PIB. Cela donne une idée du « boost »  donné à la croissance. Or,  dès 2020, la perfusion va être retirée.
Le deuxième mur, c’est celui de l’énergie. Longtemps les Etats-Unis ont vécu comme une bénédiction la baisse des cours du pétrole. Pour ce pays consommateur net d’hydrocarbures, c’était synonyme d’un coup de fouet au pouvoir d’achat, à la croissance et d’un allégement de la facture extérieure. Maintenant



que l’économie américaine est redevenue l’un des trois premiers producteurs mondiaux, grâce à ses pétrole et gaz de schiste, dont la production atteignent des sommets historiques, et est devenue (au moins brièvement) exportatrice nette, cela change complètement la donne.Ne serait-ce que parce que l’industrie pétrolière est devenue l’un des piliers de la croissance industrielle américaine.



Il suffit de mesurer l’écart entre deux courbes, celle de la production manufacturière (donc hors énergie) et celle de la production industrielle y compris l’énergie pour mesurer l’impact direct de la filière pétrolière depuis 2011. Selon une étude de PWC pour l’Institut Américain du Pétrole, le nombre de personnes directement employées par la filière pétrolière en 2015



était proche de 2,8 millions, un chiffre qui passe à 10,3 millions avec tous les emplois indirects et induits, soit 5,6% de l’emploi américain. Quant à la richesse créée, mesurée par la valeur ajoutée, en comptabilisant tous les effets en cascades, le total passe de près de 603 milliards de dollars à 1 318 milliards, soit 7,6% du PIB. Or, une des caractéristiques de l’industrie pétrolière non conventionnelle est d’être très réactive aux variations du cours du pétrole,



comme le montre le lien très étroit entre le prix du baril et le nombre d’appareils de forage en service. Or, à 60 dollars le baril, voire moins, l’effet d’entrainement de la filière s’affaiblit. Il suffit donc que la croissance mondiale baisse d’un cran, ce qui est de plus en plus probable, que des doutes apparaissent sur la demande mondiale de pétrole, et que les cours flanchent, pour que les Etats-Unis perdent l’un des soutiens essentiel de la croissance de ces dernières années.

Le troisième et dernier mur est financier et lié à la montée de la perception du risque comme cela s’est vu après l’été 2018 avec,



à la clé, le recul du marché des actions qui déclenche des effets en cascade :

1/ de richesse négatifs pour les ménages, avec un recul de la demande. Et,

2/ pour les entreprises, l’ouverture des spreads de crédits qui durcit leur accès à la dette et entame leur capacité à poursuivre leur politique de rachat d’actions pour soutenir les cours, un « sport national » aux Etats-Unis.

Entre freinages budgétaire, énergétique et financier, tout se met en place pour une récession américaine. Et, en absence de cartouches budgétaires, pour amortir le choc, c’est peut-être bien un hard landing qui s’annonce.

____________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
https://www.xerficanal.com/economie/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Etats-Unis-vers-un-hard-landing_3746875.html 
 
(Mis en ligne le 17 Février 2019)

Articles similaires
Donald Trump : finalement, sa réélection ne...Joe Biden pense pouvoir gagner face à Trump en...Pourquoi D. Trump doit obligatoirement signer un...Les Démocrates, plus quelques Républicains,...Pourquoi Trump a fait un "package" de...Démocrates, Républicains et Services secrets US...Le piège de la dette publique se referme...La campagne pour faire passer Trump pour...Trump, çà marche ! (sauf pour les déficits...USA : l'accélération des salaires...Les trois paramètres qui expliquent en partie la...USA : deux décisions de la Cour Suprême passées...La doctrine économique promue par Trump devient...Pourquoi les USA présentent la Russie comme...Trump et les taxes douanières : un éléphant dans...USA (1960-1980): naissance et crépuscule du...Donald Trump, président de l’investissement,...L’establishment américain se dispute comme des...Trump voulait quitter la Syrie, 3 événements...Trump lance tellement de leurres qu'il...Russiagate aux USA : quid du puissant Bill...USA : une croissance à 5,4% ?Trump : le sacre de DavosPourquoi les Démocrates se sont débrouillés pour...Trump a abandonné sa base et semble rouler pour...Pourquoi les Etats-Unis surmontent si facilement...Steve Bannon : Amérique d'abord, ou Business...Trump : supprimer la déductibilité des impôts...Fiscalité US new look : com-pé-ti-ti-vi-té !L'impeachment de Trump devient de plus en...Trump, un an après : serait-il en train de gagner...Avec son dernier livre, Hillary Clinton aide...La passionnante histoire du 4 Juillet...Si Trump était assassiné, faudra-t-il instruire...Impeachment ou démission forcée ?Après le limogeage du patron du FBI, Washington...Le revirement militariste de Trump : voici le...Changement de régime aux USA : George W. Trump...Aux USA, relever le plafond de la dette de 106% à...Cour Suprême des USA: sans doute la meilleure...Trump lutte contre un impeachment qui semble se...USA : que penser du choix de Neil Gorsuch pour la...Qui est le nouveau Secrétaire d'Etat...Trump avance ses pions très (trop?) vite....La Trump Tower est devenue la...Congrès américain: sanctions contre les partis...Les objectifs de cette phobie anti-russe...USA: McCain et Graham lancent leur campagne de...USA: un écart grandissant entre indicateurs de...Trump lutte contre un cartel militaire russophobe...Comment Donald Trump utilise efficacement les...Mitt Romney va-t-il remplacer Trump à la...