Se connecterS'abonner en ligne

Le fort ralentissement allemand va-t-il générer une transformation de la gouvernance politique outre-Rhin ?

Référence de l'article : MPA7389
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Adrien de TRICORNOT,Rédacteur en chef de XERFI Canal,(24 Février 2019)

 

Les années de vaches grasses semblent terminées pour l’économie allemande. Elle a frôlé la récession au second semestre 2018, un coup de froid attribué en partie à des facteurs exceptionnels, mais qui va en réalité se prolonger en 2019, et qui interroge son modèle fondé sur l’exportation. Les prévisions économiques ont été nettement revues en baisse ces derniers mois. Cette perspective a déjà commencé à rouvrir des débats cachés sous le tapis pendant des années de croissance plus généreuse : sur les inégalités, ou sur le rôle de la demande intérieure.



Certes, il n’y a pas encore péril en la demeure, mais une forme de fébrilité commence à apparaître. Le gouvernement allemand ne table plus que sur une croissance de 1% du PIB en 2019, au lieu de 1,8% cet automne. Il se fait ainsi le plus prudent de tous les prévisionnistes. Les grands instituts de conjoncture estiment, eux, que ce niveau devrait être dépassé de quelques dixièmes de point, depuis l’IFO qui parie sur 1,1%, jusqu’à l’IWK, pour qui une hausse de 1,7% reste possible.De leur côté, la Commission européenne attend une croissance de 1,1% et le FMI de 1,3% … Rien de catastrophique. Et le marché du travail reste favorable.

Ce n’est donc pas ce train de sénateur qui inquiète vraiment les milieux politiques et économiques, ou qui fait dire au président du patronat de l’industrie, Dieter Kempf, qu’« économiquement, les temps les meilleurs sont terminés ».



Ce n’est pas le présent mais l’avenir : quel sera l’ampleur du ralentissement économique en Chine et aux Etats-Unis, qui pourrait coûter cher aux constructeurs automobiles et de machines-outils et marquer ainsi la fin d’un cycle ? Pourra-t-on éviter un Brexit désordonné, un « hard Brexit », dont l’institut IWH estime qu’il pourrait coûter jusqu’à 100 000 emplois à l’Allemagne, pays étranger qui serait le pays le plus touché ?

Les attentes des chefs d’entreprise en matière d’activité sont au plus bas depuis décembre 2012, et près de 60% d’entre eux se déclarent dans l’incertitude, selon l’enquête de l’institut IFO de janvier. Mais ce type d’indicateur reste, il est vrai, très volatil.

Mais cette vulnérabilité pousse l’Allemagne à s’interroger sur les relais  qui stabiliseraient aujourd’hui la croissance allemande, et qui pourraient la conforter demain. Multipliant les excédents budgétaires, commerciaux ou de la balance des paiements, le pays conserve des marges de manœuvre appréciables pour rééquilibrer son modèle vers une demande interne accrue.
C’est l’objet du débat politique qui a commencé ces derniers mois, et qui prend de l’ampleur.


 

Ainsi, la coalition au pouvoir projette de supprimer en 2021 le supplément d’impôt sur le revenu créé pour financer… la réunification allemande ! Plus récemment, l’accent a été mis sur des préoccupations plus sociales. Environ 4 millions d’actifs, selon une étude de la Hans Boeckler Stiftung, n’auront connu ces dernières années que des formes précaires d’emploi, et n’ont pas profité de ces belles années qui s’évanouissent.  Le ministre social-démocrate du travail Hubertus Heil a présenté pour eux un projet d’une retraite minimale de base, plus élevée que le minimum vieillesse, afin de sécuriser les salariés n’ayant pas pu valider l’ensemble de leurs annuités. Les contours de cette mesure restent à négocier au sein de la coalition avec la CDU-CSU d’Angela Merkel.

Plus largement, le parti social-démocrate pèse pour un virage social et veut dire adieu à « Hartz IV », le symbole des années Schröder. Le SPD veut faire le chemin inverse : rallonger la durée d’indemnisation des chômeurs, exercer moins de pressions les obligeant à accepter n’importe quel emploi, et accorder plus de soutiens aux chômeurs de longue durée.Des propositions qui ne satisfont pas le parti d’Angela Merkel, dominant dans la coalition, mais qui l’obligent à formuler d’autres options, par exemple d’offrir davantage de formations aux chômeurs.

D’autres sujets sont sur la table : le SPD défend aussi une hausse de 30% du salaire minimum, plus qu’en Espagne, pour le porter à 12 euros à l’heure. Ce n’est pas pour tout de suite. Et le débat reste vif sur la rigueur budgétaire.

Il n’empêche.  La prise de conscience de la question sociale et des risques de dérapage extrémistes qui lui sont liés, le retour au centre du jeu économique du marché intérieur, sont porteurs d’une inflexion majeure de la politique économique. De ce ralentissement allemand pourrait naître une opportunité, non seulement pour l’économie allemande, mais aussi pour ses partenaires européens.

_____________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
https://www.xerficanal.com/economie/emission/Adrien-de-Tricornot-Allemagne-vers-un-tournant-economique-et-social-_3746903.html 
 
(Mis en ligne le 24 Février 2019)

Articles similaires
Mais qu’a fait l’Allemagne de ses énormes...L'Allemagne: un modèle mercantiliste...L'Angleterre financière s'accroche,...Un modèle Allemand à bout de souffle....Le risque bancaire majeur est situé en.......Blockchain et cryptomonnaies : l’Allemagne pour...Les 3 fragilités actuelles de l'AllemagneCrise politique en Allemagne : une illustration...Après la malédiction des Pays producteurs de...Angela Merkel vers une quatrième victoireL'Allemagne plus compétitive que jamais:...Un secrétaire d'Etat du gouvernement...Angela Merkel revendique le leadership de la...Les excédents massifs allemands profitent très...L'Allemagne s'arrime de plus en plus au...L'Allemagne va (enfin) stimuler la...Evolution commentée de la population et du solde...20 milliards€ seulement : exportations allemandes...Allemagne: excédent commercial de 248 milliards...La croissance allemande "ne paie pas"Virage à 180° : pourquoi l'Allemagne va...L'affaire Volkswagen, révélatrice d'une...Stagnation de l’industrie allemande : un problème...Marges : les vrais écarts entre les entreprises...Mais que fait l'Allemagne de son épargne?Allemagne, c’est reparti ?Étude économique approfondie de l’Allemagne...Le défi démographique de l’AllemagneAllemagne : à la conquête du Sud... et de...Allemagne : l’heure des vrais choixLes Allemands furieux contre la baisse des tauxL'Allemagne: une locomotive roulant...France-Allemagne : 20 ans d’histoire économique...Allemagne : taux de chômage à 6,9%, au plus bas...Contraction du PIB allemand au quatrième...L’agriculture allemande produit davantage, malgré...Chine-Allemagne : délicat voyage officiel...Allemagne : 0,6% d’excédent des dépenses...Recul de 4,9% des commandes à l'industrie de...Récession : nul n’y échappe, pas même...Le Bade-Wurtemberg devrait-il plutôt poursuivre...L’industrie allemande perd à son tour du...