Se connecterS'abonner en ligne

Soutenir l'offre OU la demande : le faux débat

Référence de l'article : IP3861
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,XERFI

La crise gouvernementale qui vient d’éclater polarise le débat français entre partisans et opposants de l’austérité, partisans et opposants d’un soutien à la demande. Au risque de la caricaturer.

Car rare sont les pures partisans d’une stratégie de l’offre ou d’une pure stratégie de la demande. La ligne de fracture porte en fait bien plus bien plus sur l’appréciation des marges de manœuvre françaises et la répartition des rôles en Europe pour remédier à un déficit de la demande qui fait de plus en plus figure de diagnostic partagé :  

Autrement dit, le débat ne porte pas sur le diagnostic :

  • L’enjeu de la restauration de la compétitivité des entreprises françaises constitue un point de ralliement.
  • La nécessité d’oxygéner le patient en veillant à ne pas fragiliser à l’excès la demande, est là encore largement admise. Les pays qui ont réussi ce type d’ajustement par le passé, Etats-Unis, Royaume-Uni, les pays scandinaves, ou l’Allemagne ont été aidé, par une conjoncture porteuse et/ ou par un relâchement de la discipline monétaire.
  • Enfin,  l’idée que la croissance des économies avancées bute sur une crise généralisée de la demande rallie un nombre croissant d’économistes de tous bords. Préférence pour l’épargne de populations vieillissantes et  défaut de coordination économique mondiale et européenne sont au premier rang des accusés.

La hiérarchie des performances de croissance depuis 2010, ne dit rien d’autre et renvoie dos à dos les jusqu’au-boutistes de l’offre et de la demande.

L’Allemagne a évité les à-coups budgétaires de ses partenaires en partant d’une situation de ses finances bien plus saine. Résultat, elle a pu, contrairement à ses partenaires, s’éviter une cure d’austérité depuis 2010. Les Etats-Unis tout comme le Royaume-Uni, ont laissé filer leurs déficits et ont joué sur la dépréciation de leur taux de change réel.Mario Draghi n’a rien dit d’autre à Jackson Hole le 22 août, lorsqu’il affirme que la politique monétaire ne peut pas tout et qu’un soutien à la demande globale européenne doit accompagner les politiques de l’offre.

Sur quoi porte le débat dès lors ? Il est sur le degré d’autonomie des options françaises.

  • Pour les uns, le défaut de coordination et la rigueur synchrone européenne sont certes préjudiciable, mais dictent la politique française : la France ne peut faire cavalier seul dans le climat de déflation larvée et ne peut répondre à cet environnement que par une baisse des coûts au risque d’être toujours plus déclassée, sans possibilité de remonter la pente ensuite… Conscient néanmoins qu’un délitement excessif de la demande serait préjudiciable pour l’offre, le gouvernement prévoit une action ciblée sur les bas salaires, ceux qui ne peuvent puiser sur leur épargne pour amortir le choc, et sur l’investissement immobilier, dont le contenu en importation est faible. Mais surtout, c’est à l’Allemagne qu’est assignée la mission décisive de relancer la demande européenne.
  • Pour les autres, fort d’avoir raison et d’être en communauté de vue avec un nombre croissant d’économistes, qui à travers l’Europe et outre-Atlantique pointent les excès d’épargne et le déficit de demande mondial, il faut soutenir en priorité la demande et rompre avec la rigueur. Ils assignent donc à la France de casser la synchronisation des politiques d’austérité européennes.

En substance, personne ne nie que la rigueur est préjudiciable à la demande, mais pour les premiers, mieux vaut avoir tort avec tous que raison tout seul. Le salut viendra d’un appel à la coordination Européenne qui vire à l’incantation impuissante. Pour les seconds, la France aurait les moyens d’avoir raison seule. Mais ce faisant, ils confrontent l’économie française à une seconde forme d’impuissance et prétendent régler à échelle nationale, un déséquilibre de la demande qui relève de l’échelle mondiale.

Nota : cet article est également disponible en version video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-Soutenir-l-offre-OU-la-demande-le-faux-debat_1778.html

(Mis en ligne le 29 Août 2014)

Articles similaires
La révision de la réglementation des ESAs...Coup de froid sur les Anglais à Tallinn, où un...Remettre la fiscalité de l’épargne à...L’ESMA demande aux autorités nationales d’être...Mise à jour des recommandations de l’OICV sur la...Evaluer la compétence et la connaissance du...Révision d’EMIR : les professionnels ont été en...Il serait temps de mieux évaluer l’impact des...Le répertoire des représentants d’intérêts se met...Parlons français : « incitations » doit être...L'essentiel sur le "Step in risk"...Pour le FSB aussi, il existe le "Discours de...3 propositions pour renforcer la solidité des ETF...Suspension d'OPCVM immobiliers anglais : la...Big data en matière financière : les Autorités de...Ce que l’AMF retient de sa consultation sur le...Comment financer la supervision des registres...Le FSB montre qu’il a compris la spécificité de...L’OICV débusque des pratiques contraires à la...Bientôt 5 amendements à la directive actuelle «...Jurisprudence de la Commission des sanctions : 5...Voici les 10 RTS préparés par l’ESMA pour le...Aimez-vous les FROGS (French (Routes and...Procès et sanctions : la composition...Comment faire face à une crise grave d’une...La fin de vie des fonds: les bonnes pratiques...Analyse financière: avenir et modes de...La Commission veut relancer les EuVECA et EuSEFL'ESMA prête à reporter l'obligation de...Comment organiser l'éducation financière à...Fin de la classification AMF des OPCVM ? ...PRIIPS (3) : scénarios de performance et...PRIIPS (deuxième partie) : présentation des...PRIIPS niveau 2 : commentaire global sur un...Quelques surprises, bonnes ou mauvaises, dans le...Les sondages de marché : commentaires sur le...Indices de référence (BMR) : le règlement en...L’ESMA soupçonne que des fonds passivement gérés...Le Fichier FIBEN, géré par la Banque de France,...Et si les banques soutenaient le shadow banking à...Vers l’Europe digitale des services financiers :...Le casse-tête juridique du versement des «...Que répondre à la consultation des ESAs sur...La norme IFRS 9 = danger de MORT pour la gestion...La FCA lance une « Asset management market study...Consultation AMF sur l’octroi de prêts par des...Taxe sur les transactions financières (TTF) :...Rapport de l’OICV sur la réglementation des fonds...Vers un nouveau LIBOR, remanié de fond en combleEMIR : abondance de textes cet été !Combien devrait coûter un fonds ? Vous avez...Etat d’avancement des textes européens concernant...