Se connecterS'abonner en ligne

France : l'ardente nécessité d'une fierté industrielle

Référence de l'article : IP3349
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,XERFI

Le gouvernement affirme de plus en plus clairement sa mobilisation en faveur d’une relance de la production. Il multiplie les dispositifs

(pactes de compétitivité, pacte de responsabilité, les plans de reconquête industrielle, les actions en faveur de l’attractivité etc.). Mais cette inflation des moyens et des instruments bute au mieux sur l’indifférence, au pire sur le défaitisme collectif.

Et on le sent bien. Le discours sur le rebond productif est en mal d’objectifs mobilisateurs que chaque concitoyen pourrait s’approprier simplement.

Ce souffle, longtemps la politique industriel l’a trouvé à dans quelques grands projets bien indentifiables, sur lesquels se bâtissait une fierté collective. Longtemps cette fierté s’est incarnée dans nos grands groupes, nos fameux « champions ». Et derrière ces champions, il y avait des produits fortement symboliques, marqueurs de notre rattrapage sur les Etats-Unis. Ariane dans l’aéronautique, Airbus dans l’aviation, le TGV dans le ferroviaire. Quelques produits phares bien tangibles, qui symbolisaient à eux seuls notre reconquête d’après-guerre. Des objets dont la population pouvait s’emparer simplement.

Ces champions sont certes toujours là. Leur déploiement international demeure un élément clé de puissance. La France est certes une économie intermédiaire.

Mais elle compte encore 31 groupes dans les 500 premiers mondiaux. En quatrième position derrière les Etats-Unis, la Chine et le Japon, elle devance toujours l’Allemagne et le Royaume Uni. Et huit de ses champions font encore partie du top 100.

Pourtant, l’étendard des champions et des grands projets colbertistes n’a plus la même portée symbolique que par le passé.

D’abord parce que les géants de la production ont pris le large et mènent des stratégies de moins en moins liées aux intérêts nationaux. Leur ancrage territorial s’affaiblit. Leur emploi stagne sur le territoire, tandis que tout leur développement s’effectue offshore. Cet étendard n’a plus la même portée également, parce que nos grands groupes incarnent des secteurs matures sur lesquels  les pays émergents montent en puissance.

Or l’enjeu  n’est plus celui du rattrapage mais bien

celui de la création de nouveaux produits, de nouveaux usages. Il est aussi dans la maîtrise des grandes plateformes d’information (de type Amazon ou google) qui placent en sous-traitance  tout le reste du système productif. Ces nouveaux sur-traitants qui captent une part croissante de la valeur, sans payer d’impôt, sans participer à l’effort d’investissement collectif.  Il est dans la constitution de clusters de taille mondiale, lieux d’agglomération du savoir et des compétences. Il est dans un foisonnement entrepreneurial qui fait germer les innovations.

Face à une innovation diffuse, où la taille n’est plus toujours le nerf de la guerre, la politique industrielle peine à trouver ses symboles. En quête de grands projets, elle se noie dans les projets. Or la mobilisation naîtra du dépoussiérage de notre discours autour d’objectifs crédibles susceptibles de créer une fierté. Faut-il focaliser davantage notre attention sur la puissance ne nos métropoles qui font de notre territoire un « hub technologique » de rang mondial ? Qui connaît aujourd’hui par exemple la puissance de feu de Paris Saclay? Faut-il mieux valoriser ce qui fait la force de la marque France, une alliance d’ingéniosité, d’esthétique, de créativité?

Nous ne disposons pas d’une réponse à ce stade. Mais ce travail sur les objectifs et sur les mots est tout, sauf superficiel. Produire du sens est probablement ce qui manque le plus à la politique industrielle aujourd’hui.

(Rédigé le 17 Février 2014)
Articles similaires
Mise à jour des recommandations de l’OICV sur la...Evaluer la compétence et la connaissance du...Révision d’EMIR : les professionnels ont été en...Il serait temps de mieux évaluer l’impact des...Le répertoire des représentants d’intérêts se met...Parlons français : « incitations » doit être...L'essentiel sur le "Step in risk"...Pour le FSB aussi, il existe le "Discours de...3 propositions pour renforcer la solidité des ETF...Suspension d'OPCVM immobiliers anglais : la...Big data en matière financière : les Autorités de...Ce que l’AMF retient de sa consultation sur le...Comment financer la supervision des registres...Le FSB montre qu’il a compris la spécificité de...L’OICV débusque des pratiques contraires à la...Bientôt 5 amendements à la directive actuelle «...Jurisprudence de la Commission des sanctions : 5...Voici les 10 RTS préparés par l’ESMA pour le...Aimez-vous les FROGS (French (Routes and...Procès et sanctions : la composition...Comment faire face à une crise grave d’une...La fin de vie des fonds: les bonnes pratiques...Analyse financière: avenir et modes de...La Commission veut relancer les EuVECA et EuSEFL'ESMA prête à reporter l'obligation de...Comment organiser l'éducation financière à...Fin de la classification AMF des OPCVM ? ...PRIIPS (3) : scénarios de performance et...PRIIPS (deuxième partie) : présentation des...PRIIPS niveau 2 : commentaire global sur un...Quelques surprises, bonnes ou mauvaises, dans le...Les sondages de marché : commentaires sur le...Indices de référence (BMR) : le règlement en...L’ESMA soupçonne que des fonds passivement gérés...Le Fichier FIBEN, géré par la Banque de France,...Et si les banques soutenaient le shadow banking à...Vers l’Europe digitale des services financiers :...Le casse-tête juridique du versement des «...Que répondre à la consultation des ESAs sur...La norme IFRS 9 = danger de MORT pour la gestion...La FCA lance une « Asset management market study...Consultation AMF sur l’octroi de prêts par des...Taxe sur les transactions financières (TTF) :...Rapport de l’OICV sur la réglementation des fonds...Vers un nouveau LIBOR, remanié de fond en combleEMIR : abondance de textes cet été !Combien devrait coûter un fonds ? Vous avez...Etat d’avancement des textes européens concernant...EMIR : une V2 pour le collatéral sur opérations...ESMA / Emir : nouveaux élus à la compensation...L’AFG a un nouveau PrésidentTouchez pas au grisbi