Se connecterS'abonner en ligne

Faut-il repenser la France ?

Référence de l'article : IP4092
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
Débat avec Xavier FONTANET, organisé par Le Club des Vigilants,


Ex-PDG et ex-président jusqu’en 2012 du conseil d’administration d’Essilor, Xavier Fontanet enseigne à HEC et tient une chronique hebdomadaire au journal Les Echos. Il est intervenu, vendredi 10 octobre lors d’un petit-déjeuner débat organisé par Le Club des Vigilants, sur le thème : « Faut-il repenser la France ? Si oui, comment ? ».
 
Avec près de 175 jours par an à l’étranger pendant près de 40 ans, Xavier Fontanet est aux premières loges pour voir ce qui se passe ailleurs et surtout ce qui y marche. Cela lui permet aussi, inversement, de prendre du recul avec la situation française, d’effectuer une forme de "Benchmarking" avec les autres pays, d’en analyser les blocages et de détecter les voies possibles de redressement. Cette volonté de "servir son pays", « qu’il n’a pas quitté comme tant d’autres », de comprendre, le mène, dit-il, après avoir quitté Essilor en 2012, à créer une fondation avec pour objectif d’expliquer l’économie de l’entreprise concurrentielle. Cette fondation, abritée par HEC, lui offre l’opportunité de donner un cours de stratégie économique. Cette passion de convaincre l’amène à prêcher la bonne parole « stratégique » auprès de publics divers : députés, administration, syndicats, journalistes, jeunes de banlieue … Passionné enfin de journalisme, il tient, depuis deux ans, une chronique dans le journal Les Echos.
 
Ce sont des députés, dit-il, qui, après une intervention sur les maux de la France et les moyens d’y remédier, l’auraient exhorté à en faire un livre. Cela donnera : Pourquoi pas nous ? (Les Belles Lettres – Fayard, 2014).
 
« La stratégie c’est l’art de se positionner par rapport à l’extérieur. Or, les Français ont tendance à se positionner les uns par rapport aux autres. » Pour un grand voyageur tel Xavier Fontanet, casser cette logique, c’est déjà inverser la tendance en regardant ce qui se passe ailleurs et comment des pays, avec des difficultés similaires, ont réussi à rétablir leur situation. Il cite, à cet égard, l’Allemagne, le Canada, la Suisse ou encore la Nouvelle Zélande, tous pays qui ont, dans des domaines divers, ont fait les réformes nécessaires avec, affirme-t-il, succès. Or, la situation française est telle que le pays ne peut plus remettre à plus tard les réformes nécessaires.
 
Problème central, la sphère publique dont il faudrait, estime-t-il, baisser le poids, actuellement de 57 % du PIB (1150 milliards d’euros par an ), de 250 milliards d’euros sur 10 ans (-12 points de PIB), pour le remettre au niveau de l’Allemagne (45 % du PIB). Un pays similaire par la taille et par la sphère publique (Etat, régions, pôle social…). Un pays qui était à 55 % du PIB dans les années 90, réunification oblige, alors que la France était à 47 % à la même époque. Mais, dans les années 2000, il y a eu Schröder et le ministre Hartz pour mener des réformes difficiles, notamment dans le domaine de la flexibilité de l’emploi, les indemnisations du chômage ... Ce qui a permis à l’Allemagne de rétablir sa situation concurrentielle.
 
Où trouver les 250 milliards d’euros d’économies en 10 ans? Xavier Fontanet, qui a beaucoup travaillé sur des graphiques simples pour son livre, décompose les 1150 milliards de dépenses publiques actuelles en trois paquets.

  • Le premier paquet, le régalien - l’armée, la police, la justice, l’éducation, le gouvernement …- pèse aujourd’hui 450 milliards.
  • Le deuxième, ce sont les collectivités locales. Elles n’ont pas donné lieu à une décentralisation de certaines parties du régalien mais ont, hélas, constitué une couche supplémentaire qui revient, tout de même, à 150 milliards d’euros !
  • Enfin, le troisième paquet, c’est le social avec les retraites (230 milliards), la santé (190 milliards), le travail (70 milliards), la famille (40 milliards) et quelques autres broutilles. Au total, ce sont 640 milliards d’euros de dépenses sociales, le niveau le plus élevé du monde. Soit 32 % du PIB contre 25 % pour l’Allemagne.

 
Pour Xavier Fontanet, il faut partir de là et "sabrer" dans tous les paquets simultanément pour trouver les économies nécessaires. « Le Canada l’a fait pour le régalien, la Suisse, la Nouvelle Zélande et l’Allemagne pour le social. Pourquoi pas nous ? » conclut-il.
 
(Rédigé par M. S. D.et mis en ligne le 12 Novembre 2014)


Articles similaires
Steven Maijoor s’est exprimé hier sur 3 thèmes...Faut-il réglementer les ICOs ?La révision de la réglementation des ESAs...Coup de froid sur les Anglais à Tallinn, où un...Remettre la fiscalité de l’épargne à...L’ESMA demande aux autorités nationales d’être...Mise à jour des recommandations de l’OICV sur la...Evaluer la compétence et la connaissance du...Révision d’EMIR : les professionnels ont été en...Il serait temps de mieux évaluer l’impact des...Le répertoire des représentants d’intérêts se met...Parlons français : « incitations » doit être...L'essentiel sur le "Step in risk"...Pour le FSB aussi, il existe le "Discours de...3 propositions pour renforcer la solidité des ETF...Suspension d'OPCVM immobiliers anglais : la...Big data en matière financière : les Autorités de...Ce que l’AMF retient de sa consultation sur le...Comment financer la supervision des registres...Le FSB montre qu’il a compris la spécificité de...L’OICV débusque des pratiques contraires à la...Bientôt 5 amendements à la directive actuelle «...Jurisprudence de la Commission des sanctions : 5...Voici les 10 RTS préparés par l’ESMA pour le...Aimez-vous les FROGS (French (Routes and...Procès et sanctions : la composition...Comment faire face à une crise grave d’une...La fin de vie des fonds: les bonnes pratiques...Analyse financière: avenir et modes de...La Commission veut relancer les EuVECA et EuSEFL'ESMA prête à reporter l'obligation de...Comment organiser l'éducation financière à...Fin de la classification AMF des OPCVM ? ...PRIIPS (3) : scénarios de performance et...PRIIPS (deuxième partie) : présentation des...PRIIPS niveau 2 : commentaire global sur un...Quelques surprises, bonnes ou mauvaises, dans le...Les sondages de marché : commentaires sur le...Indices de référence (BMR) : le règlement en...L’ESMA soupçonne que des fonds passivement gérés...Le Fichier FIBEN, géré par la Banque de France,...Et si les banques soutenaient le shadow banking à...Vers l’Europe digitale des services financiers :...Le casse-tête juridique du versement des «...Que répondre à la consultation des ESAs sur...La norme IFRS 9 = danger de MORT pour la gestion...La FCA lance une « Asset management market study...Consultation AMF sur l’octroi de prêts par des...Taxe sur les transactions financières (TTF) :...Rapport de l’OICV sur la réglementation des fonds...Vers un nouveau LIBOR, remanié de fond en combleEMIR : abondance de textes cet été !