Se connecterS'abonner en ligne

Allemagne-Japon: l'inévitable affrontement

Référence de l'article : IP3750
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,XERFI

La confrontation commerciale entre l’Allemagne et la Japon va se durcir, c’est inévitable. Cela n’a a priori rien d’une évidence tant les terrains de chasse de ces deux champions de l’export, semblent géographiquement espacés. Avec d’un côté, l’Europe pour les exportateurs allemands :

parmi les 12 pays destinations privilégiées du « made in Germany » qui absorbent quand même près des 2/3 des exportations totales, seuls trois les Etats-Unis, la Chine et la Russie sont hors d’Europe. Pour les producteurs japonais, les 12 premiers partenaires ont encore plus de poids et concentrent près de 75% des exportations. L’Asie et l’Océanie assurent l’essentiel et là aussi seuls trois pays se situent sur autre continent : par ordre, il y a les Etats-Unis, l’Allemagne et le Canada. Dans cette approche statique, les zones de friction potentielles se limitent donc essentiellement à deux pays :

les Etats-Unis

et à la Chine. Un 1er constat s’impose, l’enjeu est beaucoup plus déterminant pour le Japon,

ces deux pays comptant pour 37,5% de ses exportations alors que pour l’Allemagne, le compteur reste bloqué en dessous de 14%. Mais cet écart c’est réduit, l’Allemagne ayant mené un offensif tout azimut sur les marchés asiatiques. On le sait, l’Allemagne est un pays extraverti. En d’autres termes son modèle de développement repose sur 5 piliers :

la force de son industrie, le haut niveau de compétitivité de ses entreprises, l’accumulation d’excédents extérieurs, l’atrophie de sa demande domestique, une démographie déclinante ou sur le point de le devenir. Le modèle japonais repose sur des fondamentaux similaires, mais à une différence près, le marché naturel de l’Allemagne, l’Europe, est en panne de croissance alors que l’Asie, marché naturel du Japon est une terre d’opportunité. Les industriels allemands ne s’y trompent pas et ont redoublé d’efforts pour s’y imposer :

sur les 10 dernières années, les exportations allemandes, exprimées en dollars, ont progressé d’un peu moins de 9% l’an en valeur. C’est beaucoup, mais ce n’est qu’une moyenne car pour les pays asiatiques c’est beaucoup plus : les ventes allemandes ont crû de 20% en moyenne par an en Chine, de 18% au Vietnam, de 13% en Corée du Sud. Du côté du Japon, la progression des exportations a défaut d‘être identique, à celle de l’Allemagne est comparable, avec un peu moins de 7% l’an. Mais nulles traces d’une percée dans les chasses gardées allemandes. Certes, ici ou là, dans les PECO, mais sur des montants trop faibles pour être significatifs. L’avancée allemande en Asie, ne poserait pas de problèmes aux Japonais si les productions entre les deux pays étaient complémentaires. Or il n’en est rien. Que ce soit sur le type de production ou la hauteur de gamme, ces deux pays s’affrontent :

la décomposition sectorielle des exportations montre qu’Allemagne et Japon ont en commun 8 des 10 principaux produits.Emblématique de cela, l’automobile, un secteur qui compte pour 13% des exportations du Japon et 11% pour l’Allemagne. Et même 20 % lorsque l’on prend en compte les autres strates de la filière. Les velléités allemandes en Asie sont donc vécues par les Japonais comme une agression. Une agression qui appelle des mesures de rétorsions. La première a été prise et

c’est l’arme monétaire qui a été choisie avec l’offensive de la Banque centrale japonaise pour faire baisser le Yen, une monnaie qui c’est déjà dépréciée de 30% par rapport à la monnaie européenne depuis juillet 2012. Il ne faut pas se tromper : vu de loin, l’Allemagne et par extension la zone euro est considérée comme une zone prédatrice qui a mis sa demande domestique en panne et qui cherche à s’approprier la demande des autres. Une stratégie face à laquelle le reste du monde ne reste pas impavide.

Nota : cet article est également disponible en version video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Allemagne-Japon-l-inevitable-affrontement_1662.html#.U6QQKKP_Mmo

(Mis en ligne le 20 Juin 2014)

Articles similaires
Mise à jour des recommandations de l’OICV sur la...Evaluer la compétence et la connaissance du...Révision d’EMIR : les professionnels ont été en...Il serait temps de mieux évaluer l’impact des...Le répertoire des représentants d’intérêts se met...Parlons français : « incitations » doit être...L'essentiel sur le "Step in risk"...Pour le FSB aussi, il existe le "Discours de...3 propositions pour renforcer la solidité des ETF...Suspension d'OPCVM immobiliers anglais : la...Big data en matière financière : les Autorités de...Ce que l’AMF retient de sa consultation sur le...Comment financer la supervision des registres...Le FSB montre qu’il a compris la spécificité de...L’OICV débusque des pratiques contraires à la...Bientôt 5 amendements à la directive actuelle «...Jurisprudence de la Commission des sanctions : 5...Voici les 10 RTS préparés par l’ESMA pour le...Aimez-vous les FROGS (French (Routes and...Procès et sanctions : la composition...Comment faire face à une crise grave d’une...La fin de vie des fonds: les bonnes pratiques...Analyse financière: avenir et modes de...La Commission veut relancer les EuVECA et EuSEFL'ESMA prête à reporter l'obligation de...Comment organiser l'éducation financière à...Fin de la classification AMF des OPCVM ? ...PRIIPS (3) : scénarios de performance et...PRIIPS (deuxième partie) : présentation des...PRIIPS niveau 2 : commentaire global sur un...Quelques surprises, bonnes ou mauvaises, dans le...Les sondages de marché : commentaires sur le...Indices de référence (BMR) : le règlement en...L’ESMA soupçonne que des fonds passivement gérés...Le Fichier FIBEN, géré par la Banque de France,...Et si les banques soutenaient le shadow banking à...Vers l’Europe digitale des services financiers :...Le casse-tête juridique du versement des «...Que répondre à la consultation des ESAs sur...La norme IFRS 9 = danger de MORT pour la gestion...La FCA lance une « Asset management market study...Consultation AMF sur l’octroi de prêts par des...Taxe sur les transactions financières (TTF) :...Rapport de l’OICV sur la réglementation des fonds...Vers un nouveau LIBOR, remanié de fond en combleEMIR : abondance de textes cet été !Combien devrait coûter un fonds ? Vous avez...Etat d’avancement des textes européens concernant...EMIR : une V2 pour le collatéral sur opérations...ESMA / Emir : nouveaux élus à la compensation...L’AFG a un nouveau PrésidentTouchez pas au grisbi