Se connecterS'abonner en ligne

Quand une ancienne ministre belge évoque les "moeurs" de ses collègues masculins....

Référence de l'article : IP5893
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Grégory VANDENBRUEL,Collaborateur parlementaire belge,(12 Février 2017)

Dans le monde politique belge, Jacqueline Galant détonne. Renvoyée pour incompétence – fait rare en politique – en raison de ses bourdes à répétition ajoutées à sa coupable négligence dans la gestion de la sécurité des aéroports – avant donc qu’un de ceux-ci ne soit la cible des terroristes —, la femme a décidé de se venger. Seule contre tous, malgré les conseils de ses quelques « amis » politiques, contre l’avis même de son parti, elle a publié un livre dans lequel elle règle ses comptes.

L’inélégance coutumière de la baronne politique, qui erre dans les allées du pouvoir de son pas pachydermique pour ensuite pianoter sur son smartphone une fois assise sur son strapontin, se reflète jusque dans le titre de son opus : Galant, je vous dis merde ! La prose intérieure n’a rien de celle de Madame de Staël qui écrivait avec justesse, dans Corinne ou l’Italie, que « l’amour-propre est ce qu’il y a de plus inflexible ».
L’amour-propre de Jacqueline Galant n’a d’égal que sa rancœur.

Et donc la Jurbisienne de cœur et de sang dézingue à tout-va, page après page, phrase après phrase, n’hésitant pas à dénoncer l’appétence de ses collègues pour la bagatelle. Ceux-ci sont dépeints tels « des jeunes cons de 18 ans qui, lors de beuveries d’université, peuvent sortir leur sexe pour regarder qui a le plus gros ».

Plus loin, elle affirme qu’ils sont nombreux à ne pas hésiter « à enlever leur pantalon dans leur cabinet ministériel pour un moment intime avec une assistante, une amoureuse, une conquête de passage ».

On peut vomir le féminisme moderne, dépoitraillé chez les Femen, gauchisant chez Clémentine Autain, grand-guignolesque chez Isabelle Alonso, hypocrite quand il ferme les yeux sur la soumission de la femme dans l’islam, ridicule quand il s’entiche de causes futiles comme la féminisation de la langue, dangereux quand il se penche sur la théorie du genre, on peut lui préférer la force de caractère de ces femmes qui n’ont pas peur des hommes, comme Élisabeth Lévy et Natacha Polony, et en même temps penser que l’attitude de certains hommes en politique est déplacée.

En réalité, la trivialité a, dans bien des cas, remplacé l’art de la séduction, celui-ci étant, selon Barbey d’Aurevilly, suprême quand il ne consiste pas à exprimer ses sentiments, mais à les faire soupçonner. Il y a quelques années, un élu wallon avait créé la polémique pour avoir vanté la silhouette d’une collègue callipyge (ce qui donne, en langage parlementaire, « c’est vrai que tu as un beau c… »).

La France n’est pas épargnée : sans revenir sur le séisme DSK qui coûta à l’impétrant ses ambitions présidentielles, on se souvient des accusations contre Denis Baupin (du simple libertinage, selon l’intéressé) ou du claqué de l’élastique de culotte cher à Michel Sapin.

« Une vulgarité révoltante dans les manières se trouve souvent réunie à l’exercice d’une autorité quelconque. » » Madame de Staël, encore. Avec élégance.

________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/gregoryvandenbruel/ancienne-ministre-belge-parle-moeurs-de-collegues-masculins,313249?mc_cid=7bae5f7cd1&mc_eid=e4617e9091 
 
(Mis en ligne le 12 Février 2017)

 
Articles similaires
Emploi fictif, circulation, JO : avis de tempête...Les âneries de SégolèneLe défi de Delphine Ernotte : comment faire...Macron comparé à de Gaulle : faut pas pousser...Au royaume des "astres morts"de la...Après s'être moqué de Sarkozy, François...Le scandale financier du LEVOTHYROXMélenchon : un marxiste-léniniste convaincuLa première université française classée.......Jacques ATTALI : le sens du comique ou du cynisme...Langue française saccagée: faut-il interdire à...Incroyable : La France Insoumise demande la...La Ministre de la Justice promeut la magistrate...De l'influence des économistes sur les...Macron- Le Pen : en marche vers une France...Mondialisation : la digitalisation, ultime étape...Mélenchon et Macron : deux purs produits des...Patrimoine : les tortueuses explications...Alain de Benoist : " Le deuxième tour risque...Que penser du discours de Xi Jinping à Davos ?Une analyse du succès du populisme économiqueLe Front National est-il vraiment désuni ?La France ne peut plus attendre : il faut une...Paris outragé, Paris martyrisé et Paris… étouffé,...L’indépendance de la justice menacée par le...Fillon, Macron, FN, Mélenchon: les nouveaux...De l’insoutenable anticatholicisme de Caroline...Faut-il obligatoirement hurler en politique pour...République Française : hontectomie à tous les...Une campagne électorale à 500 millions d’euros ...Elections : la question du contrôle anti-dopage...Philanthropie, investissement Responsable, et...Mondialisation économique : le renard libre dans...La philanthropie : une « nouvelle frontière » ...Le bilan ministériel d'Emmanuel MACRON...Abondance de politiciens, pénurie d’hommes d’Etat...Socialisme et pénuries: la France commence par...Inondations et gestion des risques: pourquoi ne...Quel effet le SMIC a-t-il sur le chômage français...Les taux d’intérêt négatifs, l’Administration...Que sont devenus les 40 économistes qui ont...Le revenu universel : un piège grossier, tendu...La crise des migrants : un défi majeur pour les...Remaniement: un Vert, ça va, trois Verts, bonjour...Quelques pensées personnelles…Le retour de l’euro vers un taux de change plus...Une réforme constitutionnelle bien décevanteAdieu Madame Taubira !De la politisation à gauche de WikipediaComment Uber tuera la sécurité socialeFaut-il confier la fixation des bas salaires à un...Cette 6ème force répudiée par Michael Porter