Se connecterS'abonner en ligne

La crise des migrants : un défi majeur pour les élus ?

Référence de l'article : IP5210
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alain GIRARDEAU-MONTAUT,(9 Mars 2016)

Il est de plus en plus évident que les élus européens n’ont pas pris la mesure de la crise d’immigration qui déferle sur l’Europe depuis 18 mois.
Les flux ont été chiffrés à 1 100 000 immigrés en 2015, venus de Syrie, d’Afghanistan, d’Irak, d’Érythrée, du Soudan, et plus généralement d’Afrique.

Nous sommes effarés de voir que ces hommes et ces femmes risquent leur vie et leurs maigres économies pour effectuer le voyage, alors qu’il serait beaucoup plus rationnel, puisqu’ils finissent par arriver, de leur laisser conserver ces ressources pour vivre dans le pays d’arrivée, plutôt que de financer des filières de passeurs. Il serait aussi plus judicieux d’organiser les admissions depuis les camps des pays limitrophes avec des transports peu coûteux. Mais le principe même d’une « sélection »  tarde à être  envisagé, alors que des pays habitués à traiter ce problème depuis des années (Canada, Australie,…) le font, à juste titre,  sans aucune honte.

De plus, on constate qu’il y a peu d’ élus capables de s’exprimer rationnellement sur le sujet .
Parce que ceux-ci refusent de voir et de traiter le problème, comme si cette attitude allait permettre de le faire disparaitre !
En fait, aucun élu ne veut associer son nom à l’immigration par peur d’être brocardé par les partis extrémistes (Front National ou autre). Heureusement qu’il y a en Europe un Homme d’État, Mme Angela Merkel, pour sauver l’honneur des valeurs chrétiennes européennes .  Et qui a le sens de l’organisation (hélas encore Allemand !). Le plus drôle, c’est que l’économie allemande va vraisemblablement profiter de la  générosité de la chancelière. Même si son opinion publique n’est pas entièrement convaincue.

Allemagne : nombre d’emplois vacants : 600 000 ; Taux de chômage 6%. La hausse des dépenses publiques permet déjà de maintenir un taux de croissance du PIB supérieur à 1,2% l’an.



A la décharge des dirigeants, il n’y a pas de théorie économique clairement utilisable pour traiter la question. Il faut revenir aux sources de la micro-économie : en effet, tout homme au travail, dans la mesure où ce qu’il produit a une valeur supérieure au coût de production, est « utile » à la Société. Or il est possible d’atteindre cet équilibre économique en acceptant de baisser temporairement le niveau de salaire horaire minimal. Mais nous touchons au sacro-saint tabou syndical : La défense des droits acquis de ceux qui ont un travail (car ce sont eux qui élisent les syndicalistes). On rejoint les slogans nationalistes : défense des nationaux contre les immigrés, ce  qui évite de réfléchir plus avant.

A situation exceptionnelle, décisions exceptionnelles :

- création dans chaque pays européen, d’un « SMIC Immigré » applicable pendant un an et non renouvelable, égal à 50% du SMIC local,
- ce smic permettrait d’embaucher temporairement des immigrés en leur donnant une chance de s’intégrer dans le circuit productif, et le temps pour eux d’apprendre la langue et les usages du pays,
- création d’emplois temporaires dans les cités  à construire ou à rénover :
- service de nettoyage, d’approvisionnement,  de construction des locaux et des infrastructures nécessaires, transports,
- relance de l’immobilier de logements et de la construction d’écoles  (un programme européen d’un million de logements supplémentaires aux programmes existants est nécessaire),
- mobilisation de l’épargne privée disponible par des incitations fiscales fortes (montants de dépenses= 50 Milliards EUR dont au moins 12 Mds EUR pour l’Allemagne correspondant à son excédent budgétaire),
- les critères de Maastricht pourraient être suspendus pendant deux ans pour permettre aux États de dépasser les normes de déficit public, en particulier pour les pays en première ligne (Grèce, Italie, …),
- adaptation de la fiscalité pour moins pénaliser l’emploi (réduction des charges sur le travail peu qualifié  et augmentation des impôts globaux),
- adaptation des programmes de formation pour adultes pour « former » ces populations nouvelles.

Le développement de l’immobilier de cette manière présenterait peu de risque macro-économique, contrairement à la bulle des subprimes de 2006-8 qui était le fruit d’une spéculation basée sur l’endettement avec effet de levier.La reprise de la hausse des prix immobiliers  justifie une action active des gouvernements pour stimuler  la reprise de la construction et l’offre de logements.
Enfin, ce programme proposerait un discours positif pour nos populations en train de se recroqueviller sous les discours populistes.

L’alibi du chômage existant pour les nationaux souligne aussi l’incompétence des politiques et des syndicalistes à résoudre le problème global de l’emploi et de l’insertion dans la société marchande. Un niveau de protection sociale trop élevée et inadaptée conduit au chômage.
Il est intéressant de voir que P. Artus confirme ce point de vue, extrait d’une étude récente :
 
« Cette configuration où le taux de chômage des peu qualifiés est faible et où cependant les inégalités de revenu sont faibles s’observe donc aux Pays-Bas, au Danemark, en Autriche, en Suisse.
 
Ces pays ont en commun :
- des dépenses publiques élevées du marché du travail (sauf la Suisse) ;
- un système d’éducation et de formation efficace ;
- des cotisations sociales faibles des entreprises, sauf en Autriche où elles sont plus élevées, sans être très élevées.
 
Si on revient à la France :
 
- les dépenses actives du marché du travail sont élevées (tableau 3 plus haut) ;
- le score PISA est médiocre (tableau 4 plus haut) ;
- le score PIAAC est très mauvais (tableau 5 plus haut) ;
- les cotisations sociales des entreprises sont très élevées (tableau 6 plus haut).
 
Ceci explique bien que les inégalités de revenu sont faibles (forte redistribution), mais que le chômage des peu qualifiés est élevé (cotisations sociales élevées, système de formation déficient) ».

Espérons que nos élus sauront faire face à ce défi.

(Rédigé le 8 mars et mis en ligne le 11)

Articles similaires
Incroyable : La France Insoumise demande la...La Ministre de la Justice promeut la magistrate...De l'influence des économistes sur les...Macron- Le Pen : en marche vers une France...Mondialisation : la digitalisation, ultime étape...Mélenchon et Macron : deux purs produits des...Patrimoine : les tortueuses explications...Alain de Benoist : " Le deuxième tour risque...Quand une ancienne ministre belge évoque les...Que penser du discours de Xi Jinping à Davos ?Une analyse du succès du populisme économiqueLe Front National est-il vraiment désuni ?La France ne peut plus attendre : il faut une...Paris outragé, Paris martyrisé et Paris… étouffé,...L’indépendance de la justice menacée par le...Fillon, Macron, FN, Mélenchon: les nouveaux...De l’insoutenable anticatholicisme de Caroline...Faut-il obligatoirement hurler en politique pour...République Française : hontectomie à tous les...Une campagne électorale à 500 millions d’euros ...Elections : la question du contrôle anti-dopage...Philanthropie, investissement Responsable, et...Mondialisation économique : le renard libre dans...La philanthropie : une « nouvelle frontière » ...Le bilan ministériel d'Emmanuel MACRON...Abondance de politiciens, pénurie d’hommes d’Etat...Socialisme et pénuries: la France commence par...Inondations et gestion des risques: pourquoi ne...Quel effet le SMIC a-t-il sur le chômage français...Les taux d’intérêt négatifs, l’Administration...Que sont devenus les 40 économistes qui ont...Le revenu universel : un piège grossier, tendu...Remaniement: un Vert, ça va, trois Verts, bonjour...Quelques pensées personnelles…Le retour de l’euro vers un taux de change plus...Une réforme constitutionnelle bien décevanteAdieu Madame Taubira !De la politisation à gauche de WikipediaComment Uber tuera la sécurité socialeFaut-il confier la fixation des bas salaires à un...Cette 6ème force répudiée par Michael PorterLa faute de Philip LANE, membre de la BCELes USA incitent l’Europe à provoquer...Le paquebot France face à l’iceberg FNContrer Daech au moyen d’un choc d’offre de...Attentats : la faute de François HollandeLe vélib à Paris : cela reste une fausse bonne...Petit catalogue d’escroqueries intellectuellesDe l’usage du mea culpa dans la stratégie de...Austérité : un mot souvent utilisé à tort et à...La quasi-mise sous tutelle de la Grèce : la...Texte intégral des propositions de l’Eurogroupe...