Se connecterS'abonner en ligne

Grèce: que dit vraiment le plan des Européens?

Référence de l'article : IL4714
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Eric VERHAEGHE,(30 Juin 2015)

Selon toute vraisemblance, le referendum organisé en Grèce par Alexis Tsipras devrait interroger les électeurs sur le projet de plan proposé par les créanciers. Il est assez amusant de voir que tout le monde en parle, mais que personne ne l’a véritablement lu. J’ai donc décidé de le publier. Mais pour ceux qui n’ont pas le temps d’éplucher les 10 pages, voici quelques éléments à en retenir.

Excédent budgétaire primaire

Les créanciers demandent un excédent croissant de 2015 à 2019, avec 1% de PIB dès cette année, et une montée progressive à 3,5% en 2018. Pour y parvenir, la Grèce est supposée augmenter la TVA, réformer les pensions et lutter contre la fraude fiscale.

Réforme de la TVA

Les créanciers demandent une uniformisation des taux de TVA sur l’ensemble du territoire, avec un taux de base de 23% (y compris sur la restauration), un taux réduit de 13% pour l’alimentation, l’énergie, l’eau et les hôtels, et un taux super-réduit de 6% pour les médicaments, les livres et le théâtre. Fin 2016, cette majoration, supposée rapporter 1% de PIB, peut être revue à la baisse.

Les autres mesures fiscales

Les créanciers demandent une suppression des avantages fiscaux pour les agriculteurs et les armateurs, ainsi qu’un durcissement de la lutte contre la fraude fiscale. Ils préconisent en outre une simplification de l’impôt sur le revenu. Dans le domaine de la santé, ils demandent une baisse du tarif des tests de dépistage afin de prévenir le recours aux soins. Le budget de l’armée doit être amputé de 400 millions d’euros, et le taux de l’impôt sur les sociétés doit être augmenté de 26 à 28%.
On notera également que les créanciers souhaitent l’extension et le relèvement de la taxe sur les bateaux de luxe.
Sur tous ces points, les assertions colportées notamment par Podemos en Espagne (mais pas que…) sur une opposition des créanciers à une fiscalité sur les riches sont donc factuellement fausses.

Réforme des pensions

Les créanciers souhaitent la mise en place très rapide de fortes désincitations aux départs anticipés à la retraite, et un gel des pensions actuelles jusqu’en 2021.
Là encore, factuellement, les théories sur une baisse nette des pensions sont fausses.
En revanche, les créanciers demandent une augmentation de 2 points (de 4 à 6%) de la contribution des retraités au financement de la santé. En outre, ils demandent une réforme paramétrique destinée à mieux maîtriser les dépenses.

Réforme de l’Etat

Les créanciers souhaitent la mise en place d’un système de rémunérations dans le service public favorisant la performance et le mérite.

Réforme de l’administration fiscale

Les créanciers demandent à la Grèce de rendre son administration fiscale autonome et d’y favoriser la performance.

Réforme du secteur financier

Les créanciers souhaitent une stratégie globale de réforme pour le secteur financier destinée notamment à mieux réglementer les faillites.

Réforme du marché du travail

Les créanciers souhaitent que la Grèce adopte les meilleures pratiques européennes en matière de négociation collective et de relation individuelle du contrat de travail.
Réforme des marchés de biens et de services
Les créanciers demandent à la Grèce de réformer son droit de la concurrence afin de mieux garantir celle-ci.

Privatisations

Les créanciers souhaitent que la Grèce s’engage sur un programme global de privatisations.
Sur le fond, on notera donc que, sans être un morceau de tendresse, le plan proposé par les créanciers est autant un plan de modernisation de la législation grecque qu’un plan d’austérité. On peut reprocher aux Européens de ne pas l’avoir suffisamment expliqué.

L’original de cet article a été publié sur le Site de l’Auteur :
http://www.eric-verhaeghe.fr/
(Mis en ligne le 30 Juin 2015)
 

 
 
Articles similaires
Incroyable : La France Insoumise demande la...La Ministre de la Justice promeut la magistrate...De l'influence des économistes sur les...Macron- Le Pen : en marche vers une France...Mondialisation : la digitalisation, ultime étape...Mélenchon et Macron : deux purs produits des...Patrimoine : les tortueuses explications...Alain de Benoist : " Le deuxième tour risque...Quand une ancienne ministre belge évoque les...Que penser du discours de Xi Jinping à Davos ?Une analyse du succès du populisme économiqueLe Front National est-il vraiment désuni ?La France ne peut plus attendre : il faut une...Paris outragé, Paris martyrisé et Paris… étouffé,...L’indépendance de la justice menacée par le...Fillon, Macron, FN, Mélenchon: les nouveaux...De l’insoutenable anticatholicisme de Caroline...Faut-il obligatoirement hurler en politique pour...République Française : hontectomie à tous les...Une campagne électorale à 500 millions d’euros ...Elections : la question du contrôle anti-dopage...Philanthropie, investissement Responsable, et...Mondialisation économique : le renard libre dans...La philanthropie : une « nouvelle frontière » ...Le bilan ministériel d'Emmanuel MACRON...Abondance de politiciens, pénurie d’hommes d’Etat...Socialisme et pénuries: la France commence par...Inondations et gestion des risques: pourquoi ne...Quel effet le SMIC a-t-il sur le chômage français...Les taux d’intérêt négatifs, l’Administration...Que sont devenus les 40 économistes qui ont...Le revenu universel : un piège grossier, tendu...La crise des migrants : un défi majeur pour les...Remaniement: un Vert, ça va, trois Verts, bonjour...Quelques pensées personnelles…Le retour de l’euro vers un taux de change plus...Une réforme constitutionnelle bien décevanteAdieu Madame Taubira !De la politisation à gauche de WikipediaComment Uber tuera la sécurité socialeFaut-il confier la fixation des bas salaires à un...Cette 6ème force répudiée par Michael PorterLa faute de Philip LANE, membre de la BCELes USA incitent l’Europe à provoquer...Le paquebot France face à l’iceberg FNContrer Daech au moyen d’un choc d’offre de...Attentats : la faute de François HollandeLe vélib à Paris : cela reste une fausse bonne...Petit catalogue d’escroqueries intellectuellesDe l’usage du mea culpa dans la stratégie de...Austérité : un mot souvent utilisé à tort et à...La quasi-mise sous tutelle de la Grèce : la...