Se connecterS'abonner en ligne

Contrer Daech au moyen d’un choc d’offre de pétrole ?

Référence de l'article : IL4983
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Rémi BOURGEOT,(27 Novembre 2015)

Face aux horreurs perpétrées par Daech, l’attention mondiale se concentre sur les options, limitées, qui permettraient de détruire l’organisation terroriste. Pour autant, l’idée d’une intervention au sol, dans les territoires qu’elle contrôle en Syrie et en Irak, est, légitimement, rejetée par les dirigeants mondiaux, aux Etats-Unis comme en Russie et en Europe de l’Ouest. Dans ce contexte, l’idée consistant à cibler ses intérêts économiques, en particulier dans le domaine pétrolier, fait l’objet d’un large consensus. On pointe certes les limites de cette stratégie, Daech disposant de multiples ressources, qu’il s’agisse de l’extorsion des populations locales, des revenus agricoles ou de trafics en tous genres. Force est néanmoins de constater que l’idée d’assécher les finances du groupe, en perturbant son commerce énergétique sans pour autant le déloger directement des sites pétroliers, focalise l’attention et suscite de réels espoirs. Ces espoirs reposent néanmoins sur des jugements quelque peu simplistes quant à la situation tragique que connaît la Syrie. Le thème de la partition en cours du pays a ainsi fait couler beaucoup d’encre. Derrière le phénomène évident de désintégration, on fait pourtant l’impasse sur la réalité et les conséquences multiples des « échanges commerciaux » entre les zones contrôlées par le régime, par Daech et par les divers groupes d’insurgés, en particulier en ce qui concerne l’approvisionnement énergétique. La Syrie a beau connaître une situation de misère redoutable, il n’en demeure pas moins qu’une économie de subsistance s’est mise en place sur la base de différents types d’échange, au sein des zones mais aussi entre ces zones. Si ces flux sont purement et simplement interrompus, sans être remplacés, la situation matérielle des Syriens, aussi catastrophique soit-elle déjà, pourrait donc encore empirer et jeter davantage de réfugiés sur la voie périlleuse de l’exil européen, tout en alimentant la propagande mondiale de Daech.

La conquête des grands centres urbains de Rakka, puis de Mossoul, a marqué les esprits et alimenté la thèse de la constitution d’une forme embryonnaire d’Etat par Daech. Toutefois, ses chefs ont surtout tout mis en œuvre pour saisir l’essentiel des sites pétroliers et gaziers de Syrie, au dépend, d’ailleurs, d’autres territoires précédemment conquis. Il ne faut naturellement pas donner trop de crédit aux statistiques qui circulent au sujet de ses revenus. Une partie de ces chiffres provient de documents financiers publiés par l’organisation elle-même, dans le cadre de la propagande consistant à simuler l’exercice du pouvoir régalien. Il est impossible de se faire une idée raisonnablement précise de ces revenus. Les autorités américaines ont récemment du réviser, avec effroi, leur estimation des revenus pétroliers de Daech de 100 à 500 millions de dollars annuels [1], après avoir réalisé que l’essentiel du pétrole était vendu avant d’être raffiné. Selon les projections communément présentées, la production de pétrole se serait située au cours des derniers mois entre 34 et 40 milliers de barils par jour dans la région syrienne de Deir ez-Zor et de 8000 barils sur le champ irakien de Kayyara près de Mossoul [2]. En plus de ces estimations de volume, on rapporte des prix de 45$ par baril pour le grand champ pétrolier d’Al-Omar à moins de 25$ pour d’autres.

Partage entre le régime Syrien et Daech

Au-delà de ces statistiques financières invérifiables, des informations qualitatives cohérentes émergent quant aux flux commerciaux de pétrole et de gaz, mais aussi en ce qui concerne la dynamique des prix de détail dans les diverses zones, données beaucoup plus simples et robustes que celles de production. Au cours du printemps dernier, les zones insurgées de l’Ouest de la Syrie ont connu une envolée des prix du pétrole (un triplement des prix a été rapporté dans la région d’Alep) ainsi que des denrées de base, à la suite de la mise en place d’un blocus énergétique par Daech. Une grande vague de pénurie énergétique s’est ainsi ajoutée à la misère particulièrement aiguë que subissent les populations civiles de ces zones. L’efficacité macabre de cette stratégie indique l’importance structurelle des flux de pétrole des zones contrôlées par Daech vers les zones contrôlées par le régime et par d’autres groupes dans l’Ouest du pays. Par ailleurs, le fait que des négociations aient pu aboutir au rétablissement de livraisons indique le caractère vital de ces transactions pour l’EI.

En ce qui concerne le territoire tenu par le régime, l’essentiel de son approvisionnement est assuré par son allié iranien mais les volumes restent insuffisants. D’importantes transactions ont ainsi été rapportées entre divers intermédiaires des territoires occupés par Daech et le régime. Bien plus que dans le secteur pétrolier, c’est le secteur gazier qui semble être l’objet d’accords directs entre les deux camps. L’essentiel des sites gaziers syriens ont été saisis par l’organisation. Pour autant, des fonctionnaires syriens sunnites continuent de travailler et d’être envoyés sur ces sites, comme sur le site « Conoco » à l’est de Deir ez-Zor, si bien que la production ferait l’objet d’un partage entre le régime et Daech. Le gaz alimentant la vaste majorité du réseau électrique syrien, ces accords paradoxaux apparaissent, dans les faits, indispensables aux deux parties.

Face au bombardement des raffineries tenues par Daech depuis un an, l’organisation a, en grande partie, renoncé à l’activité de raffinage de pétrole qui est désormais réalisé dans une multitude de sites indépendants sur le territoire qu’elle occupe. Ce système, que ce soit en Syrie ou en Irak, repose sur des systèmes d’échanges et de trafics anciens qui, dans une certaine mesure, perdurent sous la coupe de Daech. Cette adaptabilité permet au groupe terroriste de continuer à fonctionner malgré les frappes. Jusqu’à la mi-novembre, les Etats-Unis se sont abstenus de bombarder les camions de transport de pétrole, invoquant le risque que de telles frappes feraient poser sur les vies des chauffeurs, pour la plupart de simples intermédiaires. Il semble, avant tout, que cette décision ait été liée à la conscience de ce que le pétrole extrait par Daech alimente encore de vastes portions du pays, en particulier les villes dévastées de l’Ouest. Le revirement sur cette question est probablement lié à l’échec de la stratégie de bombardement des sites « officiels » de raffinage. Le bombardement des camions par les Etats-Unis et la Russie, en parallèle, permet certes de freiner le groupe dans ses activités pétrolières mais dans le même temps il ne va pas manquer, en l’état, d’aggraver la situation matérielle dans le reste du pays. On ne peut ignorer le lien entre l’aggravation de la pénurie liée au blocus exercé par Daech au cours du printemps et l’explosion des flux de réfugiés.

Seule nouvelle positive: l'effondrement des cours pétroliers mondiaux

Pour autant, cela ne signifie en rien qu’il ne faille pas tout mettre en œuvre pour assécher les financements de Daech. La question des exportations via les territoires turc et désormais jordanien est ainsi primordiale, puisqu’elle permet au groupe terroriste de se fournir en dollars et en devises convertibles telles que la livre turque, et donc de financer ses achats d’armes. Au cours de la première phase de bombardement, les Etats-Unis ont, à juste titre, voulu épargner les puits pétroliers, ressources vitales du pays. La stratégie, commune aux Etats-Unis et à la Russie, qui consiste désormais à aller plus loin dans l’interruption, à la source, des flux de pétrole de Daech n’est viable que si elle est complétée à très court terme par des mesures destinées aux populations civiles de l’ensemble du pays. Alimenter le reste du pays en pétrole permettrait de rendre la production de Daech superflue et de rompre la dépendance du pays à son égard. A ce stade, le meilleur moyen d’assécher les financements pétroliers de Daech, sans aggraver la situation humanitaire et la crise migratoire, consisterait à combiner cette stratégie d’approvisionnement et une lutte plus résolue contre les exportations de pétrole du groupe, déjà affectées par l’effondrement des prix mondiaux. Si une chose unit les puissances qui soutiennent le régime, d’un côté, et celles qui soutiennent les divers groupes insurgés, de l’autre, c’est précisément leur abondance de ressources énergétiques. L’acheminement de flux énergétiques suffisants depuis l’étranger vers les zones de Syrie les plus dévastées, et la mise au point d’un programme d’aide alimentaire décent, permettraient non seulement de limiter la catastrophe humanitaire et les flux de réfugiés mais contribuerait aussi à ravager les finances de Daech, par un simple choc d’offre.

[1] « Why US Efforts to Cut Off Islamic State’s Funds Have Failed », Bloomberg, 19 novembre 2015
[2] « Inside ISIS Inc.: the Journey of a Barrel of Oil », Financial Times, 14 octobre 2015


(Mis en ligne le 27 Novembre 2015)           


Articles similaires
Au royaume des "astres morts"de la...Après s'être moqué de Sarkozy, François...Le scandale financier du LEVOTHYROXMélenchon : un marxiste-léniniste convaincuLa première université française classée.......Jacques ATTALI : le sens du comique ou du cynisme...Langue française saccagée: faut-il interdire à...Incroyable : La France Insoumise demande la...La Ministre de la Justice promeut la magistrate...De l'influence des économistes sur les...Macron- Le Pen : en marche vers une France...Mondialisation : la digitalisation, ultime étape...Mélenchon et Macron : deux purs produits des...Patrimoine : les tortueuses explications...Alain de Benoist : " Le deuxième tour risque...Quand une ancienne ministre belge évoque les...Que penser du discours de Xi Jinping à Davos ?Une analyse du succès du populisme économiqueLe Front National est-il vraiment désuni ?La France ne peut plus attendre : il faut une...Paris outragé, Paris martyrisé et Paris… étouffé,...L’indépendance de la justice menacée par le...Fillon, Macron, FN, Mélenchon: les nouveaux...De l’insoutenable anticatholicisme de Caroline...Faut-il obligatoirement hurler en politique pour...République Française : hontectomie à tous les...Une campagne électorale à 500 millions d’euros ...Elections : la question du contrôle anti-dopage...Philanthropie, investissement Responsable, et...Mondialisation économique : le renard libre dans...La philanthropie : une « nouvelle frontière » ...Le bilan ministériel d'Emmanuel MACRON...Abondance de politiciens, pénurie d’hommes d’Etat...Socialisme et pénuries: la France commence par...Inondations et gestion des risques: pourquoi ne...Quel effet le SMIC a-t-il sur le chômage français...Les taux d’intérêt négatifs, l’Administration...Que sont devenus les 40 économistes qui ont...Le revenu universel : un piège grossier, tendu...La crise des migrants : un défi majeur pour les...Remaniement: un Vert, ça va, trois Verts, bonjour...Quelques pensées personnelles…Le retour de l’euro vers un taux de change plus...Une réforme constitutionnelle bien décevanteAdieu Madame Taubira !De la politisation à gauche de WikipediaComment Uber tuera la sécurité socialeFaut-il confier la fixation des bas salaires à un...Cette 6ème force répudiée par Michael PorterLa faute de Philip LANE, membre de la BCELes USA incitent l’Europe à provoquer...Le paquebot France face à l’iceberg FN