Se connecterS'abonner en ligne

Bien plus réfractaires que les Gaulois : les élites bureaucratiques

Référence de l'article : IP7021
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Frédéric MAS,Docteur en philosophie politique,(31 Août 2018)

Les « Gaulois » sont sans doute réfractaires au changement. Mais leur classe bureaucratique, dont Macron est le chef de tribu, n’est sans doute pas la mieux placée pour en parler…
 
Emmanuel Macron en voyage au Danemark s’est encore pris les pieds dans son humour glacé et sophistiqué. Devant la reine Margrethe II, il s’est amusé à comparer les Danois « peuple luthérien », aux Français, des « Gaulois réfractaires aux changements ».
 
Il n’en fallait pas plus pour susciter les cris d’effroi et les marques d’indignation dans les médias et sur les réseaux sociaux du pays d’Astérix. Comment le président de la République osait-il insulter son propre peuple à l’étranger pour des maux bien entendus imaginaires ? Force est de constater qu’il n’a pas complètement tort, même s’il ne semble pas avoir bien compris que lui-même faisait davantage partie du problème que de la solution.

LES FRANÇAIS N’AIMENT PAS LE CHANGEMENT

Que les « Gaulois » n’aiment pas le changement, ce n’est pas vraiment une nouveauté. Réformer le pays est une tâche difficile, et les Français semblent épuiser les réformateurs avant même que les réformes se mettent en place. Le lamento politique est connu, ancien, et assez partagé par l’ensemble de la classe politique. Et il n’est pas dénué de fondement. Peut-être faut-il voir ici la trace d’une conception proprement française de la liberté, héritée de l’Ancien régime et qui se perpétue aujourd’hui sous la forme de notre État social et corporatiste contemporain.

Pour Philippe d’Iribarne, l’une des sources de « l’étrangeté française » au sein du monde contemporain repose sur sa définition de la liberté sociale et politique comme statut : le statut permet de s’affranchir d’un marché concurrentiel perçu comme inhumain, dégradant et surtout soumis aux aléas de l’offre, de la demande ou des acteurs politiques et économiques plus puissants.
 
Chaque catégorie de Français est attachée à son statut et à ses privilèges afférents, et toute réforme, même minime, est vécue comme un abaissement ou une dégradation. Qu’on pense aux changements minimes du Code du travail, aux réactions face à l’inexistante réforme de la SNCF ou encore aux changements cosmétiques de l’Éducation nationale, la réaction est la même : l’ultralibéralisme anglo-saxon a encore frappé et menace de nous transformer en enfer sur Terre.
 
Du coup, le pouvoir politique s’est adapté : pour se faire élire, il tend à protéger ces privilèges, à les monnayer ou même à les créer. Cela dure depuis des siècles, en dépit d’une courte période d’interruption au moment de la Révolution française.

Les retraités votent Macron pour changer le pays ? Oui, mais dès que celui-ci demande de participer au grand changement social-démocrate, ils renâclent. Le nouveau monde, d’accord, mais ce sont les autres qui doivent payer, et les corporatismes doivent être préservés.

RÉVOLUTIONNAIRES EN PAROLES, CONSERVATEURS EN ACTE

Cet attachement si français au statut se double d’une passion pour la révolution, la rupture et la réforme — bien souvent au nom de l’égalité —, au moins en paroles. La France est ce pays où les révolutionnaires rêvent de devenir fonctionnaires à vie, comme Jean-Luc Mélenchon, où la rhétorique anti-système est une confortable rente de situation pour les populistes d’extrême-droite, et où les grandes réformes annoncées lors des campagnes électorales se terminent la plupart du temps en ajustement techniques produits par les mêmes fonctionnaires depuis des décennies.

DES PEUPLES DE GAULE, LES BUREAUCRATES FRANÇAIS SONT LES PLUS CONSERVATEURS

Quand Macron se moque gentiment des Français, il semble oublier qu’il est lui-même le représentant du groupe d’intérêt le plus attaché à son statut et le plus épargné par le changement qu’il professe à longueur de journée, les hauts fonctionnaires.
 
Issu des grandes écoles, ENA en tête, ils constituent une caste d’intouchables qui ne semble pas souffrir des aléas du marché, qu’ils soient politiques ou économiques. L’élite de la bureaucratie en France est la profession protégée par statut au-dessus des statuts particuliers, la classe privilégiée par excellence chargée de gérer les privilèges de chacun. En toute discrétion.
 
Agnès Saal, dont on vient d’apprendre la promotion, illustre la prise de risque limitée de ses membres en cas de manquement. Ceux-ci sont sans doute mineurs comparés à d’autres, mais témoignent d’une même culture de l’impunité au sommet, de casage et de recasage dont profitent largement les politiques qui ont réseauté pendant leur scolarité au sein de l’ENA.
 
Comme l’a remarqué Philippe Silberzahn, il est difficile de changer de modèle mental, et c’est ce qui peut nous perdre. Celui, bureaucratique, qui s’envisage depuis de Gaulle comme l’organisateur et le moteur du changement social, est tout à fait capable de diagnostiquer les manquements de la société civile, mais reste bien souvent aveugle à ses propres limites. Les « Gaulois » sont sans doute réfractaires au changement. Mais leur classe bureaucratique, dont Macron est le porte-parole, n’est sans doute pas la mieux placée pour en parler…
  

___________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
https://www.contrepoints.org/2018/08/30/323846-plus-refractaires-que-les-gaulois-leurs-elites-bureaucratiques 
 
(Mis en ligne le 31 Août 2018)


 

Articles similaires
Macron, ou la démission du politiquePour remonter la pente, Hidalgo propose...Certains dirigeants des GAFA interdisent à leurs...Voies sur berge : Hidalgo avait bâclé son étude,...Propreté de Paris : les factures, les rapports et...Emploi fictif, circulation, JO : avis de tempête...Les âneries de SégolèneLe défi de Delphine Ernotte : comment faire...Macron comparé à de Gaulle : faut pas pousser...Au royaume des "astres morts"de la...Après s'être moqué de Sarkozy, François...Le scandale financier du LEVOTHYROXMélenchon : un marxiste-léniniste convaincuLa première université française classée.......Jacques ATTALI : le sens du comique ou du cynisme...Langue française saccagée: faut-il interdire à...Incroyable : La France Insoumise demande la...La Ministre de la Justice promeut la magistrate...De l'influence des économistes sur les...Macron- Le Pen : en marche vers une France...Mondialisation : la digitalisation, ultime étape...Mélenchon et Macron : deux purs produits des...Patrimoine : les tortueuses explications...Alain de Benoist : " Le deuxième tour risque...Quand une ancienne ministre belge évoque les...Que penser du discours de Xi Jinping à Davos ?Une analyse du succès du populisme économiqueLe Front National est-il vraiment désuni ?La France ne peut plus attendre : il faut une...Paris outragé, Paris martyrisé et Paris… étouffé,...L’indépendance de la justice menacée par le...Fillon, Macron, FN, Mélenchon: les nouveaux...De l’insoutenable anticatholicisme de Caroline...Faut-il obligatoirement hurler en politique pour...République Française : hontectomie à tous les...Une campagne électorale à 500 millions d’euros ...Elections : la question du contrôle anti-dopage...Philanthropie, investissement Responsable, et...Mondialisation économique : le renard libre dans...La philanthropie : une « nouvelle frontière » ...Le bilan ministériel d'Emmanuel MACRON...Abondance de politiciens, pénurie d’hommes d’Etat...Socialisme et pénuries: la France commence par...Inondations et gestion des risques: pourquoi ne...Quel effet le SMIC a-t-il sur le chômage français...Les taux d’intérêt négatifs, l’Administration...Que sont devenus les 40 économistes qui ont...Le revenu universel : un piège grossier, tendu...La crise des migrants : un défi majeur pour les...Remaniement: un Vert, ça va, trois Verts, bonjour...Quelques pensées personnelles…Le retour de l’euro vers un taux de change plus...