Se connecterS'abonner en ligne

Xavier Bertrand : déclaration (non datée) de candidature...

Référence de l'article : IJ6953
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(7 Juillet 2018)


Comme on entend et qu'on lit peu Xavier Bertrand (XB), le président de la région des Hauts-de-France, les portraits qui lui sont consacrés et qui rapportent beaucoup de ses propos, dans la quotidienneté d'une vie politique intense, ont d'autant plus de prix, surtout quand ils sont de qualité comme celui de Marion Mourgue (Le Figaro).
Il est clair que XB a déserté la modestie ostensible qui lui servait de paravent et anticipait les moqueries de ceux, peu clairvoyants, qui doutaient de son destin parce qu'il était, paraît-il, un petit assureur de province.

Cette retenue purement tactique a été longtemps la sienne quand, se campant comme adversaire déterminé des jeux partisans traditionnels, il a fui les médias et s'est affirmé comme le défenseur de sa région à la tête de laquelle il avait été élu avec le concours de la gauche contre le FN alors battu largement au second tour.

Je n'ai pas forcément apprécié la manière dont il a exploité cette victoire en s'acharnant systématiquement contre l'extrémisme de droite, donnant parfois l'impression qu'il jetait ses électeurs en même temps que son appareil officiel. Même s'il a été imité par Christian Estrosi dans cette voie, il avait trop de talent et de pensée pour y demeurer enkysté comme ce dernier.

Ensuite il y a eu le temps du "faiseux" qu'il opposait aux "diseux" avec une multitude de démarches, d'actions, d'interventions, d'impatiences, de colères et de volontarisme qui, tous, n'avaient pour seule finalité que de créer de l'emploi, de faire sortir du chômage et de susciter un nouvel élan dans une région qui se sentait abandonnée, presque désespérée.

Prise en charge sur un mode qui lui a redonné confiance en elle-même parce que celui qui la préside a confiance en elle, elle semble donner des signes de redressement. Rien n'est gagné mais il y a du mieux. On avance.
Est-ce que, fort de cette embellie globale et d'un bilan déjà consistant, XB considère que le moment est venu pour s'avancer plus nettement, plus avant dans le débat national ? Sans doute.



En tout cas il est clair qu'il a changé de braquet et de registre.
D'abord non seulement il est passé de "Macron compatible" à "Macron divergent" mais la dureté de son verbe et de ses critiques ne manque pas d'étonner. A l'évidence il ne retient plus ses coups, aussi bien quand il dénonce les erreurs de cette première année que lorsqu'il pourfend l'indifférence à l'égard des "milieux de cordée" ou qu'il stigmatise "ce pays gouverné à deux, Macron-Kohler, Kohler-Macron".

Au-delà de ces charges qui, somme toute, sans être banales, ne le distingueraient pas des opposants classiques de droite, il développe une analyse intéressante sur l'exigence du rassemblement. "Le vrai danger pour la droite, ce n'est pas le rétrécissement, mais l'isolement...Quand vous ne pouvez plus nouer la moindre alliance si ce n'est à la droite de la droite, c'est terminé. Vous n'êtes plus un parti de gouvernement. Et c'est ce qui est clairement posé maintenant".

Avec le RN d'aujourd'hui qui refuse l'alliance en même temps que les LR s'en offusqueraient, le point de vue de XB est pertinent et ne s'inscrit absolument pas dans la perspective même lointaine d'une union des droites.
XB dévoile son jeu et son je qui dépassent la pure ambition régionale, avec quelque énergie qu'il la serve, en énonçant quasiment un programme présidentiel fondé sur quatre axes : un Etat efficace sur le plan régalien, un Etat stratège en matière économique et industrielle, un Etat garant sur la santé et la protection sociale et, enfin, un Etat partenaire des entreprises et des collectivités locales.

Si tout est pesé, tout n'est pas forcément neuf dans ces lignes directrices. L'important est que pour la première fois XB les énonce et qu'elles n'ont pas seulement pour vocation de "booster" les Hauts-de-France mais la France, le moment venu.
Depuis longtemps, on ne rit plus de XB. Le "petit chose", depuis des lustres, a fait sa mue. Il n'est plus seulement ce pragmatique s'efforçant de fuir les idées générales et les concepts abstraits. Il ne parvient plus à se cacher derrière son apparente discrétion. Sa région est un socle, son terreau, sa chance et sa preuve. Toujours faiseux certes, mais plus seulement. Il va falloir compter avec lui demain à droite mais sa droite ne sera "ni revancharde ni caricaturale ni agressive".

Selon lui les Français auront la responsabilité de décider qui aura à incarner les solutions pour redresser le pays. Il ne décline pas l'honneur d'être celui-là.
Si tout le monde ne croit pas en lui, pour lui c'est fait.

Si je ne me trompe, c'est une déclaration de candidature, mais sans date.

____________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :
http://www.philippebilger.com/ 
 
(Mis en ligne le 7 Juillet 2018)



 

Articles similaires
La religion catholique ne reçoit pas que des...Général de CASTELNAU : comment il nomme Pétain en...France : la liberté d’expression bien mal en...Jair Bolsonaro : un coup de tonnerre ou une...Emmanuel Macron et les années 30 : ignorance et...Comment je n’ai pas « questionné » Marine Le...Onfray, Garcin et BHL : le jour et la nuit !Le genre, l'animal, la mort : quand la...Police, gendarmerie : suicides en forte hausseOutrage sexiste : ça y est, Chère Madame...Emmanuel Macron : ni Bonaparte, ni surtout pas de..."Metoo" contre l'état de droit:...Charles Aznavour avait-il lu Destin français...Succession du Procureur François Molins :...Téléfilm Sauvage sur TF1 : autopsie d’une...Il ne faut pas libérer Jean-Claude Romand...Et maintenant, une expertise psychiatrique : la...Affaire Méric : quand la Justice prend des...L'insécurité ou Ubu en République !Affaire Darmanin : le droit pénal pour les NulsEncore et toujours Frédéric Taddéi !Emmanuel Macron en marche... sur les pas de...USA, France, Italie : la justice pénale contre le...Eglise catholique : le temps est venu de mettre...Selon que vous serez ministre ou misérable.....Res publica : qui doit détenir le pouvoir réel ?...Des barbouzes en carton-pâte....Macrongate : c’est bien pire qu’imaginéAffaire Halimi : Kobili Traoré déclaré...Affaire Benalla : le code pénal ? Mais à quoi ça...Peut-on encore se promener nu chez soi ?Mourad Sadi : un innocent condamné trop vite, et...Juillet 2018 : pourquoi la loi « Fake news » est...Juillet 2018 : quand Laurent Fabius fait du droit...Juillet 2018 : trois agressions graves contre les...Le Conseil constitutionnel continue de piétiner...Fête de la Musique très chic, très BCBG à...Jean-Jacques Urvoas proche de la roche Tarpéienne...Le football (JEU simple + esprit de COMPÉTITION )...Pour les Bleus malgré tout !Comptes de campagne de Macron : la tricherie...François Hollande rebat la campagne....!Droit au retour des djihadistes ? Mais, en quel...Violer la loi lorsque l’on ne risque rien est une...Mamoudou Gassama : derrière le moment de grâce,...Reconquérir la France !Jérôme Cahuzac : une lutte inoubliable contre la...Ainsi on peut frapper Robert Ménard impunément...François Hollande : un livre trop long et...Les 6 lieutenants de StalineUne épuration ethnique à bas bruit au pays...La Loi sur le secret des affaires vise, sans le...