Se connecterS'abonner en ligne

Une préparatrice de campagne : un programme de présidentielle, c’est la poubelle au bout de 3 mois

Référence de l'article : IJ5929
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire et Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(27 Février 2017)

 
 

Lors de la remarquable campagne de 2007, j'avais rencontré à deux ou trois reprises Emmanuelle Mignon qui avait élaboré le programme de Nicolas Sarkozy et avait toute sa confiance. Il s'agissait de préparer une convention sur la Justice que le futur président de la République allait clôturer et où j'aurais l'opportunité d'intervenir juste avant lui.

D'une intelligence exceptionnelle reconnue par tous mais d'un abord qui n'abusait pas du sourire et de la cordialité, Emmanuelle Mignon avait veillé à mettre en place les séquences et le rythme de cette réunion, la dernière avant le premier tour de l'élection présidentielle. J'avais été à la fois impressionné et réfrigéré.

Ayant suivi vaguement son parcours depuis la défaite de Nicolas Sarkozy en 2012, je n'ignorais pas que celui-ci lui avait fait reprendre du service mais avec sans doute l'arrêt de leur collaboration après la primaire de la droite et du centre.

Aussi, dans une analyse passionnante des projets politiques, d'une certaine manière de leur inutilité puisque le réel et le pouvoir effectif les réduiront en pièces, j'ai retrouvé avec un grand intérêt sa lucidité, voire sa brutale sincérité ne se payant pas de mots (Magazine du Monde, Laurent Telo).

Ne déclare-t-elle pas en effet : "Il faut être cynique. Faire un programme pour se faire élire, le mettre à la poubelle une fois au pouvoir,  mais prendre les cinq mesures indispensables dans les trois premiers mois".

J'entends déjà les responsables politiques de haut niveau, les anciens présidents comme ceux qui ambitionnent de le devenir, se récrier la main sur le cœur en affirmant qu'une telle démarche aurait été immorale, scandaleuse ou que jamais ils n'en useraient. Ils invoqueraient l'esprit démocratique, la transparence, la fidélité aux engagements.

Pourtant, à bien considérer notre histoire depuis 1958, seuls deux présidents, dont les personnalités étaient dissemblables et les antagonismes profonds, ont contredit la règle énoncée par Emmanuelle Mignon. Charles de Gaulle, quand il est revenu au pouvoir, et François Mitterrand de 1981 à 1983.

Là où celle-ci fait mal et vise juste, c'est quand elle a le culot de ne rien dissimuler et d'afficher que des campagnes sont délibérément trompeuses par rapport à leurs suites, que le gouffre est voulu entre le programme radical pour conquérir et sa réduction pour durer.

Machiavel toujours vivant

Il me semble évident que la radicalité du projet de François Fillon a été décisive pour la joute de la primaire, qu'elle s'est atténuée ensuite et que probablement, lui élu en 2017, il l'adapterait aux aléas, aux contraintes et aux oppositions que la République ne cesse de faire surgir malicieusement ou honorablement pour battre en brèche ce qu'une majorité pourtant avait accepté.
Les personnalités présidentielles peuvent toujours invoquer d'excellentes excuses pour expliquer leurs promesses non tenues. Qui soutiendrait qu'entre la liberté illimitée du volontarisme et des espérances et la pesanteur de l'existant à connaître, mesurer et maîtriser, il n'y a pas un immense, un inévitable hiatus ?

Dans l'observation d'Emmanuelle Mignon, il faut accepter le cynisme et le fait d'une fraude totalement assumée. On ment pour devenir président et ensuite on ne garde que l'essentiel réduit à quelques mesures. Même dans une classe politique dont l'éthique n'est pas le fort, je doute d'un tel degré de mépris démocratique.

Emmanuelle Mignon fournit une clé opératoire, la caricature d'une ambition sans limites mais terriblement efficace. On ne reprocherait pas au président, selon les vœux d'Emmanuelle Mignon, d'avoir renié tous ses engagements mais de les avoir raréfiés pour l'efficacité de son action. Apparaîtrait-il, après les trois premiers mois, comme un président médiocre, frappé d'immobilisme ?
Agir très vite et durer tant bien que mal ensuite jusqu'à la réélection. Et on repart selon le même processus. On se précipite puis on se repose.

Machiavel n'aurait pas détesté la fulgurance sans fard d'Emmanuelle Mignon.

(Mis en ligne le 27 Février 2017)

 
Articles similaires
Scandale d'Etat : 16 qualifications pénales...Il parait que la Justice serait impartiale......Cet usage 100% politique de la Justice qui tombe...La Justice n'est pas du cinéma, même...François Hollande sous-estime son rôle dans la...Présidentielle : le Parquet est-il devenu la gare...Un Macrongate en puissance : les curieuses...François Fillon devrait prendre un peu de reculEmpêcher le débat de fond. A tout prix. Même par...La famille de Theo au cœur d'une enquête...Changer la Justice: le rêve de Jean-Yves Le...Le curieux communiqué du PNF (Parquet National...Mariage au sommet : jamais l'exécutif et le...Les citoyens sont des journalistes comme les...Certains députés fillonistes devraient relire...Affaire Fillon: pourquoi le parquet bloque-t-il...Hommage à Maître Thierry LEVY, un être...Hamon vs.Valls , ou le rêve face au réel : deux...Que François Fillon évite d'être Giscard...Un si beau corps !Le Trump bashing : une mode "people"...Le coup de grâce à la Justice...