Se connecterS'abonner en ligne

Une épuration ethnique à bas bruit au pays d'Emile Zola et de Clémenceau

Référence de l'article : IJ6808
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(29 Avril 2018)

Un manifeste ne peut pas tout.
Comme une hirondelle ne fait pas le printemps.
Pourtant, j'aurais aimé le signer alors que je déteste les pétitionnaires compulsifs.
Parce que ce "Manifeste contre le nouvel antisémitisme", à l'initiative d'un collectif animé par Philippe Val, fait un constat, analyse les fondements, s'indigne à juste titre même s'il s'illusionne peut-être (Le Parisien).
Quelques éditorialistes le jugent "caricatural", ce qui ne m'étonne guère, tant une pensée ferme et sans complaisance sur des sujets éminemment sensibles, surprend et même fait peur. La vérité déstabilise (Le Point).
Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, qui hiérarchisent l'importance de l'antisémitisme par rapport à l'islamophobie, les français juifs ont 25 fois plus de risques d'être agressés que leurs concitoyens musulmans.



Dans l'histoire récente, onze juifs ont été assassinés par des islamistes radicaux. Youssouf Fofana, qui a torturé et assassiné Ilan Halimi, n'était pas, pour sa part, "un islamiste radical", mais un délirant antisémite gangrené par les préjugés.
Faut-il rappeler les crimes récents dont ont été victimes Sarah Halimi et Mireille Knoll ? Ce n'est pas tomber dans un communautarisme de la douleur car si d'autres personnes âgées ont été malheureusement tuées, la circonstance aggravante de la détestation antisémite n'a pas été, contre elles, le ressort ou l'un des ressorts du crime.
Les actes graves antisémites ont augmenté en 2017.
10% des citoyens français juifs d'Ile-de-France - environ 50 000 personnes - ont été contraints de quitter leur logement parce qu'ils ne se sentaient plus en sécurité dans certaines cités et que leurs enfants subissaient humiliations, harcèlements et violences à l'école.
A titre personnel, il m'a été indiqué qu'à Paris un certain nombre d'avocats juifs prenaient la précaution, à cause des croix gammées et des tags insultants, de ne plus mentionner leur nom sur les plaques d'immeubles.
Le manifeste n'exagère donc pas quand il évoque "une épuration ethnique à bas bruit au pays d'Emile Zola et de Clemenceau".
Ce qui le constitue comme un brûlot légitime et nécessaire est que sans fard il identifie, comme responsable de la peste antisémite, "la radicalisation islamiste" qui, pour une part dévoyée des élites, relèverait de "l'expression d'une révolte sociale", alors que d'autres pays très inégaux socialement et économiquement connaissent la même dérive.
Parce que au "vieil antisémitisme de droite", s'ajoute dorénavant "l'antisémitisme d'une partie de la gauche radicale" qui se sert de l'antisionisme - alors que ce peut être chez d'autres une position politique sans équivoque ni ambiguïté - pour métamorphoser les "bourreaux des juifs en victimes de la société".
Comme, pour rejoindre Georges Bensoussan, il y a aussi un antisémitisme qui "se pare des oripeaux d'un antiracisme dévoyé".
Ce n'est pas figer toutes les formes d'antisémitisme sous une même étiquette puisque la libération du discours antisémite en Pologne, la recrudescence des actes violents contre les juifs en Allemagne et les propos et comportements antisémites relevés parfois en Autriche relèvent d'une conception plus "classique" de l'antisémitisme (Le Monde).



On peut considérer que celui-ci a cependant pour l'essentiel changé de nature. Le juif n'est plus fondamentalement celui qu'on jalouse socialement et qu'on envie parce qu'on le perçoit comme supérieur à soi ou à son groupe, mais devient la cible d'une hostilité politique, idéologique et religieuse de la part d'extrémistes qui, non seulement n'éprouvent aucune honte, mais se sentent légitimes dans l'extériorisation parfois criminelle de leur haine.
Ce manifeste mettant la morale dans la plaie et le courage - paradoxalement il en faut encore aujourd'hui - dans le diagnostic me paraît toutefois s'illusionner.
Imagine-t-il vraiment que les versets appelant "au meurtre et au châtiment des chrétiens et des incroyants" seront supprimés du Coran en espérant une évolution comparable à celle d'autres religions ? Pour la Grande Mosquée de Paris, il s'agit "d'un procès injuste et délirant" (Le Figaro). On constate déjà l'ouverture d'esprit ! Aucune chance pour des corrections...
Sans être un spécialiste de cette matière, il me semble qu'un gouffre oppose la vision guerrière et intolérante de l'islamisme (qui domine totalement l'islam modéré, qu'on n'entend pas) et celle du judaïsme et du christianisme qui à la réflexion ont accepté de se percevoir comme révisables sur un certain nombre de points.
Surtout le manifeste, au plus haut de sa confiance en l'avenir, souhaite que la lutte contre l'antisémitisme "devienne cause nationale avant qu'il ne soit trop tard".
Malgré la qualité des signataires, ce texte ne pourra rigoureusement rien contre l'antisémitisme au quotidien ou, pire, dans ses expressions criminelles. Il faut l'admettre, on a le droit de le dire.
Grande cause nationale, pourquoi pas ? Mais qui peut croire à ce miracle d'une transformation des êtres et des esprits, imprégnés pour les uns par une bêtise et un simplisme obtus, et pour les autres, par la certitude idéologique d'avoir constitué à juste titre le juif comme l'ennemi ?
Il convient d'en revenir à ce qui est ressassé, mais jamais suffisamment mis en œuvre. Une judiciarisation vigoureuse de tout ce qui au quotidien, de l'insulte au délit puis au crime, apparaîtra comme relié clairement et nettement à l'antisémitisme. Avec des sanctions appropriées.
Un avantage et une limite.
On sortira de ces batailles ridicules pour réprimer des atteintes qui, par rapport à l'antisémitisme, sont peu ou prou dérisoires, voire trop floues pour être prouvées. Par exemple les outrages sexistes dans la rue sont évidemment très secondaires à côté de la peste antisémite et c'est banaliser les vrais dangers que d'incriminer des indélicatesses banales. Il convient de mettre fin à un prurit législatif qui s'égare et ne sait plus hiérarchiser. A force de multiplier le quadrillage pénal, on étouffe la lutte contre l'essentiel sous des combats périphériques. Tout ne se vaut pas et ne mérite pas la même vigilance et rigueur.
Il conviendra de prendre garde à ce que la lutte sans merci contre l'antisémitisme ne noie pas la liberté d'expression dans le même bain.
Une fois n'est pas coutume, j'aurais signé ce manifeste.

___________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :
http://www.philippebilger.com/ 

Nota : le titre est de la rédaction du Site.Il est extrait du Manifeste.

Pour prendre connaissance du texte intégral du "Manifeste contre le nouvel antisémitisme", ainsi que de la liste des quasi 300 signataires (Intellectuels, artistes et hommes politiques), merci de cliquer sur le lien ci-dessous:

http://www.leparisien.fr/societe/manifeste-contre-le-nouvel-antisemitisme-21-04-2018-7676787.php


(Mis en ligne le 29 Avril 2018)
 



 

Articles similaires
Jérôme Cahuzac : une lutte inoubliable contre la...Ainsi on peut frapper Robert Ménard impunément...François Hollande : un livre trop long et...Les 6 lieutenants de StalineLa Loi sur le secret des affaires vise, sans le...L’absolu ridicule à Sciences Po : rire ou...Françoise Nyssen, tant vantée, tant...L'amitié a-t-elle besoin de preuves ?Arnaud BELLE AME : l’acte d’un chrétien,...Un héros chasse les miasmes....Christiane Taubira revient : le cauchemar !Affaire Bertrand Cantat : réponse à Marie-Anne...Prisons : 7 000 places construites pendant le...Hidalgo : petit inventaire des bras...Haro sur les médias : quand l’infopinion a...Entretien avec Maître Régis de CASTELNAU: «...L'affaire Haziza - de Villaines revue sous...Qui peut jeter la première pierre à Laurent...Logement de Daech : Jawad Bendaoud relaxé !Affaire Nicolas Hulot : le deux poids deux...Questions à Laeticia Hallyday, par un admirateur...Salah Abdeslam : un Etat de droit qui se...Caroline de HAAS : la violence du néo-féminismeVive notre ministre de la Censure !Affaire Jonathann Daval : et si la ministre..."Les heures sombres": une remarquable...Je suis en crise, donc je suis !NDDL : un Macron capitulard, mais malinPourquoi refuser le retour d'autres peines...Le féminisme guerrier ou le triomphe de la pensée...Affaire Djouhri : comment ils se parlent !Faut-il vraiment interdire Russia Today en...Emmanuel Macron, ou le retour des ciseaux...Affaire Tron : la Justice devenue le nouveau...Les humoristes au bûcher !Affaire Urvoas Solère : Filochard et Ribouldingue...Johnny Hallyday : rock n'roll gratitudeAinsi il n'était pas immortel !Harcèlement : Macron fait des tweets. Jacques...Les fulgurantes évidences de Michel...Prière du Pater noster : Raphaël Enthoven...Les deux mains d’Emmanuel Macron : l’une de fer,...Acquittement de Melun : s'indigner sans...Eric Dupond-Moretti n'est pas Abdelkader...Harcèlement sexuel: l'exception sexuelle du...Frédéric Taddéï : affinité médiatique et...De nouvelles règles pour la Légion d'honneur...Verdict Merah : si ce n'est pas lui,...Laurent Wauquiez : du neuf est obligatoireLes sondages : le risque de l'être ou le...Emploi fictif : la défense pitoyable d’Anne...Ce que je pense d'Emmanuel Macron....