Se connecterS'abonner en ligne

Toute conviction est-elle une maladie ?

Référence de l'article : IJ7298
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,,(11 Janvier 2019)

 

J'aime bien les provocateurs qui n'ont pas leur pensée dans la poche, j'aime bien les provocations qui font réfléchir.
Dans le livre de Nicolas Gardères "Voyages d'un avocat au pays des infréquentables", Francis Picabia est cité : "Toute conviction est une maladie".

Malgré son outrance apparente, cette saillie a immédiatement suscité mon intérêt tant, si on veut bien l'approfondir, elle explique les impasses intellectuelles et médiatiques auxquelles sont confrontés beaucoup d'échanges et de débats.
Est-ce à dire que toute conviction, en tant que telle, serait une maladie ou convient-il plutôt de se pencher sur les modalités de son expression, sur la manière dont elle se ferme ou non sur elle-même?

Cette seconde branche de l'alternative est évidemment la plus plausible parce que, même pour l'esprit le plus rétif aux affirmations, à la volonté d'exister, se dispenser de la formulation de toute conviction est quasiment impossible. Ce qui laisserait entendre que nous serions tous des malades et qu'alors les fanatiques - poussant la conviction au-delà de toute mesure - seraient des moribonds en phase terminale.

Je ne tiens pas à traiter à la légère cette observation de Picabia, d'abord parce qu'elle n'émane pas de n'importe qui. Ensuite, on perçoit bien la maladie qu'il nomme, qui serait consubstantielle à une conviction se présentant comme l'alpha et l'oméga du sujet abordé et refusant par principe la nuance ou le dialogue susceptible d'infléchir ou de contredire.



Il est facile de constater à quel point les convictions politiques - à quelques exceptions près, les hommes et les femmes de gauche sont assez caricaturaux sur ce plan - constituent en effet sinon des maladies, du moins des entraves et des blocages dans l'espace médiatique. Parce qu'elles sont insupportables à force de prévisibilité. A partir du moment où la pensée est à tout coup fixée, insensible à ce qui pourrait l'affecter sur quelque thème que ce soit, la conviction devient inéluctablement une maladie puisqu'elle se prive et nous prive de ce qui représenterait au contraire la bonne santé : la liberté, le doute, le questionnement, la modestie ou la curiosité.

La certitude ancrée d'avoir raison, indéracinable, est le pire des handicaps et de fait, alors, on côtoie une maladie grave en espérant qu'elle ne sera pas contagieuse, mais avec la rançon inévitable d'un dialogue rendu impossible.

Parce que la conviction est en effet une maladie quand elle résume sommairement le pluralisme des possibles qui pourraient s'attacher à un sujet et évite soigneusement, dans son expression même, de s'imprégner de la moindre réserve. Comme si elle était parole d'évangile ou d'idéologie.
Il me semble que le ressort principal qui gangrène la conviction est le fait de la prétendre en autarcie, par principe détachée de l'autre, sans envisager la chance ou le hasard d'une réplique qui pourrait venir la troubler ou la rendre caduque. Une solitude qu'on s'arroge pour ne pas risquer la contradiction.

Il existe mille manières d'échapper à la maladie de la conviction. J'entends bien qu'on pourrait me reprocher, à la lecture de ce billet ou à l'écoute de certains de mes propos, d'avoir des convictions et que ce serait, par exemple, celles d'un homme de droite.

D'abord, je ne me suis jamais reconnu dans cette étiquette et si j'ai revendiqué d'être un réactionnaire, cela tient au fait que, paradoxalement, cette définition est plus large et autorise plus de variations et de liberté.

Surtout j'ose dire que, sans présomption, je ne me suis jamais défait de la passion d'écouter et du bonheur de satisfaire une curiosité, précisément parce que l'idée exprimée courtoisement par autrui mérite dans tous les cas d'être intégrée à sa propre pensée.
Dans l'espace intellectuel l'imprévisibilité, offensant les cohérences artificielles et programmées, est l'autre nom de la liberté.
Au fond la conviction n'est jamais une maladie quand elle ne s'impose pas, mais se propose.

_____________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'auteur :
https://www.philippebilger.com/

(Mis en ligne le 11 Janvier 2019)

  

Articles similaires
Cesare Battisti : fin de la simili-cavale, et...Qui veut désarmer la Police ?Deux poids, deux mesures (suite) : cagnotte...Police, CRS : doit-on interdire le Flash-Ball® en...Que l'on sorte de l'affaire Benalla, et...Voitures brûlées à la Saint Sylvestre ? Zéro...Emmanuel Macron : coup d'Etat, an II ?Etienne Chouard mangerait-il les petits enfants ?Fragments épars d'une France déprimée...Emmanuel Macron dos au mur« Mur des cons » : mais où est l’impartialité de...Champs-Elysées (!) : honte, mais pour qui ?Acquittement de Coutances : la raison prise en...Ah! si Emmanuel Macron était Georges...La religion catholique ne reçoit pas que des...Général de CASTELNAU : comment il nomme Pétain en...France : la liberté d’expression bien mal en...Jair Bolsonaro : un coup de tonnerre ou une...Emmanuel Macron et les années 30 : ignorance et...Comment je n’ai pas « questionné » Marine Le...Onfray, Garcin et BHL : le jour et la nuit !Le genre, l'animal, la mort : quand la...Police, gendarmerie : suicides en forte hausseOutrage sexiste : ça y est, Chère Madame...Emmanuel Macron : ni Bonaparte, ni surtout pas de..."Metoo" contre l'état de droit:...Charles Aznavour avait-il lu Destin français...Succession du Procureur François Molins :...Téléfilm Sauvage sur TF1 : autopsie d’une...Il ne faut pas libérer Jean-Claude Romand...Et maintenant, une expertise psychiatrique : la...Affaire Méric : quand la Justice prend des...L'insécurité ou Ubu en République !Affaire Darmanin : le droit pénal pour les NulsEncore et toujours Frédéric Taddéi !Emmanuel Macron en marche... sur les pas de...USA, France, Italie : la justice pénale contre le...Eglise catholique : le temps est venu de mettre...Selon que vous serez ministre ou misérable.....Res publica : qui doit détenir le pouvoir réel ?...Des barbouzes en carton-pâte....Macrongate : c’est bien pire qu’imaginéAffaire Halimi : Kobili Traoré déclaré...Affaire Benalla : le code pénal ? Mais à quoi ça...Peut-on encore se promener nu chez soi ?Mourad Sadi : un innocent condamné trop vite, et...Juillet 2018 : pourquoi la loi « Fake news » est...Juillet 2018 : quand Laurent Fabius fait du droit...Juillet 2018 : trois agressions graves contre les...Le Conseil constitutionnel continue de piétiner...Xavier Bertrand : déclaration (non datée) de...Fête de la Musique très chic, très BCBG à...