Se connecterS'abonner en ligne

Salah Abdeslam : un Etat de droit qui se ridiculise ?

Référence de l'article : IJ6640
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(10 Février 2018)

En suivant les débuts du procès correctionnel de Salah Abdeslam (SA) à Bruxelles, je n'ai pas pu m'empêcher d'avoir une pensée malsaine et de formuler une indécente interrogation.
Et si l'état de droit dans sa pureté, et à l'égard de certains, n'était pas une magnifique absurdité ?

SA comparaît pour une tentative de meurtre dans un contexte terroriste et possession d'armes à feu le 15 mars 2016 à Forest. Il sera arrêté le 18 mars à Molenbeek après une fuite de quatre mois (Le Figaro).
Aussi bien à Paris qu'en Belgique, depuis, il se tait et refuse de répondre aux questions. C'est son droit.

Il va d'autant plus en user que cela compensera, pour lui, le fait que par défaillance technique de son arme il n'a pu participer à l'ignoble tuerie parisienne. Il faut qu'il se rachète !
L'énorme appareil aussi bien pénitentiaire que pour ses transferts et sa comparution qui a dû être mis en place, par crainte qu'il échappe à la Justice et prive tous ceux qui attendent son procès bruxellois avant celui de Paris (courant 2019) pour les attentats du mois de novembre 2015, fait de lui paradoxalement le détenu le plus surveillé de France mais aussi le plus protégé.

On a déjà le sentiment d'un trop-plein, d'une surabondance de moyens et de précautions. Quelle importance cela lui donne ! La frénésie médiatique sur lui, quelle sombre satisfaction !

On est haletant dans l'attente de ses premiers mots alors qu'à l'évidence il va poursuivre dans ce mutisme qui le place en position de force et ceux qui le jugent, en situation de totale infériorité. Il va persévérer dans une attitude qui lui permet de gouverner et qui fait de l'ensemble de l'univers judiciaire ses obligés. Après avoir tout de même prévenu que son silence ne le rend pas coupable et s'en être remis à Allah !
Avec quelle délicatesse on tente de le faire parler mais on n'a eu droit qu'à cette profession de foi et à cette observation tactique !

Une tendresse démocratique unilatérale

Je ne doute pas qu'on va exceller avec une démarche processuelle toute de qualité, d'urbanité et de patience et que lui-même, en son for intérieur, se félicitera d'un état de droit si généreusement octroyé, avec des garanties qui le dorlotent sans qu'il les ait véritablement demandées. Comme s'il était un prévenu lambda. Sincèrement désireux de ne pas retomber dans l'horreur terroriste. Accordé aujourd'hui avec nos principes démocratiques.

Alors qu'il est demeuré le même et que sa haine est entière face à notre tendresse démocratique unilatérale.

On va rétorquer que le respect absolu de l'état de droit est une leçon qu'on va lui donner. Je n'y crois pas une seconde. C'est seulement une bonne conscience pour ceux qui vont être appelés à statuer sur des crimes au plus haut de la gravité.
Est-on assez naïf pour prêter à SA des sentiments admiratifs face à notre masochisme républicain qui s'acharne à lui prodiguer des grâces quand lui probablement, si un cataclysme se produisait, n'aurait pour seule obsession que de reprendre les armes contre nous ?

L'état de droit est une ascèse, un tour de force, un miracle dans de telles circonstances.
Je le répète : une absurdité magnifique.

L'humanisme même le plus combatif n'a pas d'autre choix. Mais, par pitié, qu'on cesse de se vanter comme d'une force de ce qui révèle de notre part, pour SA, une profonde faiblesse.
A ses yeux, on se ridiculise. Peut-on une bonne fois pour toutes décider si c'est vraiment notre honneur ?

____________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :
http://www.philippebilger.com/ 
 
(Mis en ligne le 10 Février 2018)

 

Articles similaires
Révolution en Italie : les mots « parent 1 » et «...21% des Français satisfaits de la Justice :...France 2 : une chaine PUBLIQUE ne doit pas trier...Un antiracisme coupable du délit de bêtise...Casseurs: combien de temps va-t-on encore laisser...Vive le Sénat !Benalla et rôle du Sénat : les factieux ne sont...De la mort lente de la démocratie...Un président absent a toujours tort !La perversion de la généralisation, la facilité...Enfin des César réussis !La naïveté comme seule politique….Marianne, Simone Veil, et la montée sans fin de...A.Benalla : LE bodyguard qui voulait tutoyer les...1 796 condamnations, dont 316 à de la prison...Emmanuel Macron a osé suggérer : « L’État doit...L’Elysée et Matignon ne savent plus comment se...Que penser du projet de Loi anticasseurs ?Montesquieu banni ! De la fusion charnelle en...Benjamin Griveaux devrait parfois se... taire !Traité d'Aix la Chapelle : un affront au...Cesare Battisti : fin de la simili-cavale, et...Qui veut désarmer la Police ?Deux poids, deux mesures (suite) : cagnotte...Toute conviction est-elle une maladie ?Police, CRS : doit-on interdire le Flash-Ball® en...Que l'on sorte de l'affaire Benalla, et...Voitures brûlées à la Saint Sylvestre ? Zéro...Emmanuel Macron : coup d'Etat, an II ?Etienne Chouard mangerait-il les petits enfants ?Fragments épars d'une France déprimée...Emmanuel Macron dos au mur« Mur des cons » : mais où est l’impartialité de...Champs-Elysées (!) : honte, mais pour qui ?Acquittement de Coutances : la raison prise en...Ah! si Emmanuel Macron était Georges...La religion catholique ne reçoit pas que des...Général de CASTELNAU : comment il nomme Pétain en...France : la liberté d’expression bien mal en...Jair Bolsonaro : un coup de tonnerre ou une...Emmanuel Macron et les années 30 : ignorance et...Comment je n’ai pas « questionné » Marine Le...Onfray, Garcin et BHL : le jour et la nuit !Le genre, l'animal, la mort : quand la...Police, gendarmerie : suicides en forte hausseOutrage sexiste : ça y est, Chère Madame...Emmanuel Macron : ni Bonaparte, ni surtout pas de..."Metoo" contre l'état de droit:...Charles Aznavour avait-il lu Destin français...Succession du Procureur François Molins :...Téléfilm Sauvage sur TF1 : autopsie d’une...Il ne faut pas libérer Jean-Claude Romand...