Se connecterS'abonner en ligne

Reconquérir la France !

Référence de l'article : IJ6872
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(26 mai 2018)


Il y a la France légale, la France officielle et, en son sein, une multitude de territoires réels, transgressifs, violents, riches du trafic de drogue et assurés d'une quasi-impunité. Des sociétés en autarcie malfaisante et en certitude d'être laissées tranquilles se multiplient et la France n'est plus en France partout. Il faut la reconquérir.

Le président de la République n'a pas voulu d'un nouveau plan pour les banlieues et a annoncé un changement de méthode. Il a sans doute raison sur le premier point mais pour le second, il a énuméré avec lucidité les maux affectant les cités - principalement le trafic de drogue avec ses ramifications internationales que la désertion policière rend infiniment lucratif et serein -, proposé avec pragmatisme des pistes, incité à la mobilisation les grandes entreprises, souhaité la multiplication des stages et la disparition des freins à l'embauche et, enfin, rêvé d'une société de "la vigilance". Il y a du volontarisme et de la sincérité dans le propos présidentiel mais il a résonné étrangement, à cause notamment de sa dénonciation de la drogue - à juste titre il refuse sa légalisation - et de son trafic, dans une conjoncture où notamment à Marseille, à Pau, à Toulouse, à Grenoble et à Paris, des événements graves se sont déroulés qui ont démontré qu'on pouvait dans notre pays faire à peu près n'importe quoi, en particulier le pire sur le plan des violences et des dévastations comme à Paris, de l'appropriation guerrière d'une cité comme à Marseille et du massacre d'un homme par une bande de tout jeunes gens comme à Pau (Le MondeLe Parisien).



La drogue, à Marseille, à Pau et à Toulouse - 5 policiers blessés alors qu'ils contrôlaient un véhicule près d'un point de deal - était à la source de ces comportements scandaleux.

1er Mai 2018 : des casseurs quasiment en liberté

Mais à Paris, à nouveau les Black Blocs ont sévi au cours d'une manifestation où on a brûlé l'effigie du président de la République représenté avec une balle dans la tête. Cette incurie parisienne est criante qui avait déjà été précédée - et donc largement alertée - par la terrifiante manifestation de casse et d'agressions du 1er mai quasiment en liberté. A Grenoble, des CRS en repos, rentrant dans leur cantonnement, étaient agressés par "une quinzaine de voyous embusqués dans des buissons" (Le Figaro).

Dans une cité de la région parisienne il a fallu dix ans pour que soient expulsées cinq familles qui, avec leur trafic, pourrissaient un environnement qui n'aspirait qu'à la tranquillité.

Je ne mélange pas au hasard des péripéties même si je ne méconnais pas le caractère particulier de la délinquance dans certaines cités de Marseille et que la longueur des procédures incriminerait plutôt la Justice. J'ai conscience de la facilité du "il n'y a qu'à" et de l'incantation exigeant seulement du courage politique, comme si miraculeusement moyens, policiers et restauration de l'ordre allaient advenir sans tarder. Aucun pouvoir, sur ce plan, n'a manqué de bonne volonté ni de résolution. Mais toujours de constance. En préférant de manière ostentatoire les opérations coups de poing, d'ailleurs rares, à l'action empirique, efficace et soutenue dans la quotidienneté de ces lieux et de ces cités où la France, je le répète, est à reconquérir.

Trop de temps à expliquer les motifs et pas assez à y remédier

Il me semble qu'on passe trop de temps à expliquer les motifs de notre effondrement et de notre dépossession mais qu'on met trop peu d'énergie pour y remédier.
Non pas que ce soit aisé mais j'incline à croire que rien ne s'accomplira jamais si on ne tient pas pour nécessaires quelques données.

On a bien compris que l'autorité était discutée partout et à tous les niveaux et que ce délitement ne diminuera pas au fil du temps. Ce constat fait, il est essentiel que l'Etat et les pouvoirs publics n'en prennent pas seulement acte mais s'engagent pour le réduire, s'y opposer, s'imposer et manifester, à chaque arbitrage significatif, que la France officielle, légale n'a pas vocation à passer sous la table démocratique au profit des multiples dissidences qui la fracturent et se comportent comme si elles étaient chez elles et persuadées de ne jamais en être délogées.

On ne peut pas systématiquement accuser la police d'inaction et se plaindre de ses interventions trop rares et toujours dangereuses dans les cités si on continue, même au plus haut niveau, à ne pas la soutenir systématiquement, sauf preuve de transgressions irréfutables de sa part, en la présumant coupable quasiment à tout coup. Une police qui, dans les situations difficiles qu'elle est amenée à affronter, n'a pas la certitude d'une adhésion à la fois politique et républicaine, est une police tentée par l'abstention plus que par l'action, répugnant aux crises et aux tensions inévitables au profit d'un abandon tactique et d'une fuite habile de ses responsabilités. Une attitude solidaire de l'Etat, ne se lavant pas les mains lâchement, comme trop souvent, des risques et des conséquences préjudiciables des missions de police, aurait pour effet de susciter plus de confiance chez celle-ci et donc plus de maîtrise de son pouvoir au quotidien.

Il n'y aura pas la moindre chance de restaurer l'ordre républicain partout où il est nié si la multitude des opérations contraignantes et vigoureuses nécessaires à cette fin n'est pas approuvée, validée, légitimée et défendue par les autorités politiques.



On me cite trop l'exemple de New York et de Rudolph Giuliani son maire de 1994 à 2001 - avec sa tolérance zéro et son éclatante réussite - au regard de notre "guerre" française pour l'instant perdue pour que je ne m'y arrête pas pour conclure. Je ne connais pas l'ensemble des modalités procédurales qui entravaient ou facilitaient l'action de ce responsable d'exception mais il est certain qu'il devait bénéficier d'une latitude autorisant une large autonomie de sa part et d'une relation exemplaire avec la justice new-yorkaise. Rien n'aurait pu prospérer sans cette double condition.

Est-il même utile de souligner combien chez nous les rapports entre magistrature et police, entre le pointillisme de l'une et l'efficacité de l'autre sont biaisés, contradictoires, parfois même hostiles ? Bien au-delà du militantisme du Syndicat de la magistrature !

Reconquérir la France ! Ce n'est pas une injonction vide de sens, une provocation. C'est l'obligation que se formule un citoyen navré de l'impuissance de son pays, de l'impunité des désordres et des violences et de l'acceptation apparente d'une fatalité qui n'en est pourtant pas une.
Reconquérir la France ! Une exigence républicaine, une condition de survie.

___________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :
http://www.philippebilger.com/

(Mis en ligne le 26 mai 2018)

 

Articles similaires
Nouvelles traites humaines : de nouveau,...Les grands avocats sont bons "même...Sauver la Planète (sic) : est-ce le boulot du...Expertises psychiatriques pour Le Pen et Gilbert...Quand la Constitution se met à ressembler à un...L’arrogance et la suffisance des justiciers en...Souveraineté juridique de la France : une des...Dois-je m'excuser de travailler à Sud Radio...Kotarac quitte LFI : l'un des symptômes de...« Attaque » de l’Hôpital : le plus inquiétant fut...Non, tout le monde ne déteste pas la police !Aéroport de Toulouse : la procédure de...Le président et les Gilets jaunes font France...Révolution en Italie : les mots « parent 1 » et «...21% des Français satisfaits de la Justice :...France 2 : une chaine PUBLIQUE ne doit pas trier...Un antiracisme coupable du délit de bêtise...Casseurs: combien de temps va-t-on encore laisser...Vive le Sénat !Benalla et rôle du Sénat : les factieux ne sont...De la mort lente de la démocratie...Un président absent a toujours tort !La perversion de la généralisation, la facilité...Enfin des César réussis !La naïveté comme seule politique….Marianne, Simone Veil, et la montée sans fin de...A.Benalla : LE bodyguard qui voulait tutoyer les...1 796 condamnations, dont 316 à de la prison...Emmanuel Macron a osé suggérer : « L’État doit...L’Elysée et Matignon ne savent plus comment se...Que penser du projet de Loi anticasseurs ?Montesquieu banni ! De la fusion charnelle en...Benjamin Griveaux devrait parfois se... taire !Traité d'Aix la Chapelle : un affront au...Cesare Battisti : fin de la simili-cavale, et...Qui veut désarmer la Police ?Deux poids, deux mesures (suite) : cagnotte...Toute conviction est-elle une maladie ?Police, CRS : doit-on interdire le Flash-Ball® en...Que l'on sorte de l'affaire Benalla, et...Voitures brûlées à la Saint Sylvestre ? Zéro...Emmanuel Macron : coup d'Etat, an II ?Etienne Chouard mangerait-il les petits enfants ?Fragments épars d'une France déprimée...Emmanuel Macron dos au mur« Mur des cons » : mais où est l’impartialité de...Champs-Elysées (!) : honte, mais pour qui ?Acquittement de Coutances : la raison prise en...Ah! si Emmanuel Macron était Georges...La religion catholique ne reçoit pas que des...Général de CASTELNAU : comment il nomme Pétain en...France : la liberté d’expression bien mal en...