Se connecterS'abonner en ligne

Qui peut jeter la première pierre à Laurent Wauquiez ?

Référence de l'article : IJ6674
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(24 Février 2018)
 

J'ai toujours détesté l’idée des boucs émissaires. Ces êtres commodes sur lesquels on crache - même si à juste raison parfois - pour faire oublier ses propres turpitudes.
Laurent Wauquiez (LW) en est devenu un, idéal, et il convient d'admettre qu'il y a mis du sien. On s'en donne à cœur joie pour le comparer à Trump et à Le Pen, ce qui est absurde.

La semaine dernière il a donné une conférence d'absolue liberté devant les étudiants de l'école de management de l'EM Lyon Business School. Elle n'était évidemment possible que si la confidentialité était respectée. Au demeurant LW devait s'abstenir de tout sujet politique (Le Point).
Durant son propos qui a été qualifié par les étudiants et la direction de spontané et de passionnant, il a dérivé sur trois seuls minuscules extraits polémiques sortis de leur contexte et en effet peu gratifiants pour Nicolas Sarkozy, Gérald Darmanin et Emmanuel Macron au sujet de la chute de François Fillon (L'ObsLe Figaro).
Leur diffusion sur TMC dans Quotidien a créé le scandale.
Qui peut jeter la pierre à LW ?

En tout cas pas l'étudiant gougnafier sans honneur qui violant la morale et le règlement intérieur de son école a enregistré les échanges et les a livrés, sans doute contre paiement, au média concerné.
Pas davantage ce dernier qui en toute conscience de l'indécence de la manœuvre a fait son beurre avec ces révélations résultant d'un montage vicié. Et qui continue à compte-gouttes sadique à jouir de sa transgression en rapportant que, selon LW, on serait en "dictature totale en France", ainsi que des critiques sur Juppé et Valérie Pécresse
.
Le feuilleton médiatique va durer longtemps ainsi. On veut faire boire le Wauquiez jusqu'à la lie, jusqu'à l'hallali ! C'est donc cela, la conception de l'investigation en France? Une délation favorisée et exploitée ? Avec un total contentement de soi face à la crapulerie partisane organisée ?
LW auquel on reproche d'être cynique était pourtant bien naïf de considérer qu'avec l'hostilité qu'il inspire, l'éthique et la confidence seraient respectées. Il a encore des illusions apparemment sur la nature humaine et sur la rectitude médiatique.
Ce qui a permis de "laver plus blanc" et de le tourner en dérision a été son affirmation que pour une fois il allait parler "vrai" alors que dans son rôle officiel il ne proférait délibérément que "des merdes".



Je considère en effet, comme l'ont souligné Alexis Corbière et François de Rugy, que sa lourde faute est l'affichage ostensible d'un double discours au détriment d'une pensée qui s'exprimerait partout et toujours avec sincérité et liberté. L'idée qu'il y aurait une parole "politicienne" se condamnant presque au mensonge et une autre authentique réservée à des initiés qui auraient le droit d'échapper à la langue conventionnelle.

Alors que pour ma part je suis persuadé que cette approche est catastrophique qui dégrade la parole, la divise en noir et blanc et fait du politique un domaine à part qui n'aurait pas à cultiver les belles vertus ordinaires.
Qui peut jeter la pierre à LW ?

En tout cas pas les politiques de droite ou de gauche qui poussent des hauts cris, apparemment indignés face à ce qu'ils savent pratiquer mieux que personne.
En effet pas ces mondes politique et médiatique, toutes tendances confondues, qui, certes sur un mode moins abrupt que le sien et moins fièrement ambigu, fonctionnent en général, sur des registres divers, exactement comme lui-même en a donné l'exemple. Même avec mon expérience modeste où j'ai toujours proféré ce que je pensais - à mon détriment parfois - sans jamais distinguer les prudences du on et les sincérités du off, je peux garantir que la norme était d'user un double langage, les essayistes, les politiques et les journalistes se lâchant seulement quand l'émission était terminée. La vérité n'offrait jamais ses exigences à plein temps.

Je ne suis pas davantage rassuré par l'émotion répandue et les serments les yeux dans les yeux. Le mensonge en général s'accommode assez bien de ces artifices. La vérité est plus nue.
Je n'irai pas féliciter LW pour avoir si cyniquement révélé qu'il y avait les coulisses d'un côté et la scène de l'autre. Il a absurdement permis à ceux qui pratiquaient comme lui mais sans le dire de se pousser du col et de se parer d'une intégrité dont tout contredit la plénitude. L'opprobre sur lui laisse croire que les autres seraient purs. Le temps d'une honteuse diffusion, il prend tout sur son dos. Une accalmie pour la classe politique !
Qui peut jeter la pierre à LW ?

Il ne reste plus grand monde.
J'écarte l'hypothèse qui me semble farfelue d'un "dérapage" organisé par LW lui-même pour complaire au noyau dur de son camp et pour créer une unité forcée.
Je suis étonné par le fait suivant. LW s'est certes excusé auprès de Nicolas Sarkozy - sans que nous connaissions le détail de sa contrition - mais je relève cependant que personne ne s'est interrogé sur ce qui aurait dû être l'essentiel avant le lynchage de LW : ses révélations, supputations et dénonciations sont-elles exactes ou non ? Plausibles ou non ?
J'ose espérer que le souci de la vérité sera toujours plus important que la crainte du scandale né de son surgissement.
Qui peut jeter la pierre à LW ?

En définitive personne d'autre que lui.
(Sur BFMTV, Laurent Wauquiez reste sur la tonalité de mon billet : il se bat, ne s'excuse pas et maintient, sauf pour Nicolas Sarkozy - il ne peut pas faire autrement ! - tout ce qu'il a affirmé sur le ton vif et direct que permettait la rencontre. Il vise juste en dénonçant le deux poids deux mesures médiatique et l'entreprise de démolition qui visait à le déstabiliser, voire pire).

___________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :
http://www.philippebilger.com/ 
 
(Mis en ligne le 24 Février 2018)
 

 

Articles similaires
Les grands avocats sont bons "même...Sauver la Planète (sic) : est-ce le boulot du...Expertises psychiatriques pour Le Pen et Gilbert...Quand la Constitution se met à ressembler à un...L’arrogance et la suffisance des justiciers en...Souveraineté juridique de la France : une des...Dois-je m'excuser de travailler à Sud Radio...Kotarac quitte LFI : l'un des symptômes de...« Attaque » de l’Hôpital : le plus inquiétant fut...Non, tout le monde ne déteste pas la police !Aéroport de Toulouse : la procédure de...Le président et les Gilets jaunes font France...Révolution en Italie : les mots « parent 1 » et «...21% des Français satisfaits de la Justice :...France 2 : une chaine PUBLIQUE ne doit pas trier...Un antiracisme coupable du délit de bêtise...Casseurs: combien de temps va-t-on encore laisser...Vive le Sénat !Benalla et rôle du Sénat : les factieux ne sont...De la mort lente de la démocratie...Un président absent a toujours tort !La perversion de la généralisation, la facilité...Enfin des César réussis !La naïveté comme seule politique….Marianne, Simone Veil, et la montée sans fin de...A.Benalla : LE bodyguard qui voulait tutoyer les...1 796 condamnations, dont 316 à de la prison...Emmanuel Macron a osé suggérer : « L’État doit...L’Elysée et Matignon ne savent plus comment se...Que penser du projet de Loi anticasseurs ?Montesquieu banni ! De la fusion charnelle en...Benjamin Griveaux devrait parfois se... taire !Traité d'Aix la Chapelle : un affront au...Cesare Battisti : fin de la simili-cavale, et...Qui veut désarmer la Police ?Deux poids, deux mesures (suite) : cagnotte...Toute conviction est-elle une maladie ?Police, CRS : doit-on interdire le Flash-Ball® en...Que l'on sorte de l'affaire Benalla, et...Voitures brûlées à la Saint Sylvestre ? Zéro...Emmanuel Macron : coup d'Etat, an II ?Etienne Chouard mangerait-il les petits enfants ?Fragments épars d'une France déprimée...Emmanuel Macron dos au mur« Mur des cons » : mais où est l’impartialité de...Champs-Elysées (!) : honte, mais pour qui ?Acquittement de Coutances : la raison prise en...Ah! si Emmanuel Macron était Georges...La religion catholique ne reçoit pas que des...Général de CASTELNAU : comment il nomme Pétain en...France : la liberté d’expression bien mal en...Jair Bolsonaro : un coup de tonnerre ou une...