Se connecterS'abonner en ligne

Qu’est devenue la promesse de Macron de créer 15 000 places de prison ?

Référence de l'article : IJ6351
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(29 Septembre 2017)

 

Nous connaissons par cœur - dans tous les sens - la veine "taubiresque" de ceux pour lesquels l'enfermement constitue une nuisance encore plus radicale que les crimes et les délits qui l'imposent.

Cette famille intellectuelle et politique ne cesse de déplorer le fait que la prison soit encore, paraît-il, "l'horizon indépassable "de la justice pénale. Elle se trouve majoritairement à gauche et à l'extrême gauche mais une certaine droite ignorante et complexée n'est pas loin de lui emboîter l'esprit et la miséricorde. Les uns et les autres, réunis par une même détestation occultant l'essentiel - les transgressions et les malfaisances - pour se pencher sur la condition de l'accessoire - l'incarcération des condamnés - n'ont pas l'intelligence et la partialité foudroyantes de mon regretté Thierry Lévy.

On s'était habitué à ce catéchisme de l'humanisme exclusivement compassionnel à l'égard des victimes - pas les vraies, celles de la société. Pour cette perverse mansuétude, tout coupable n'est qu'un innocent qui s'ignore. Elle ne nous dérangeait plus, elle demeurait là comme une splendide naïveté dont elle n'avait pas à payer, elle, les conséquences désastreuses.
Ses effets délétères atteignent dorénavant le cœur de toute politique pénale. J'en veux pour preuve le programme que nous présentera la garde des Sceaux le 3 octobre : "Des pistes pour réformer la Justice" (Le Monde).



Rien de bouleversant. Les nouveaux chemins que le président de la République a désiré emprunter durant sa campagne ne brillent pas par leur originalité, à suivre la réflexion de la ministre et de ses services. On retombe dans ce qui rassure - les banalités qui sont à la disposition de tout garde des Sceaux et qu'il lui suffit de puiser dans le salmigondis homogène qui a le mérite d'être trans partis : la référence au "temps long" (comme si elle avait l'éternité politique devant elle et que le quotidien ne pressait pas !), la numérisation, des groupes de travail, des déplacements dans les juridictions ou établissements pénitentiaires, l'aménagement des peines...

On aurait pu espérer une avancée, dans le projet judiciaire pourtant pauvre du candidat Macron, avec la focalisation mise sur "l'effectivité de la peine" qui est en effet le problème central et la faiblesse "désarmante" de l'univers pénal.

Mais, au moment même où cette exigence est rappelée et où on semble vouloir mettre tous les moyens au service de cette cause capitale - exécuter vite les sanctions et avec le minimum d'échecs -, on a droit de nouveau au sempiternel discours sur la prison. Comme si le souci était moins d'améliorer sa quotidienneté pour surveillants et prisonniers et ses conditions de sécurité que de mettre en cause son principe, sa nécessité.

La construction des 15  000 places promises permettra de contribuer à améliorer les conditions pénitentiaires actuelles

Pour inventer une énième "révolution culturelle" croyant pouvoir substituer à ce qu'elle a souvent d'obligatoire et de protecteur "des alternatives à l'incarcération" comme si cette dernière était jouée aux dés par les magistrats et les juridictions et n'était pas précisément irremplaçable pour réprimer les délits et crimes les plus graves. En forçant le trait, à entendre certains, priver du permis de conduire serait, si c'était possible, suffisant pour réprimer un assassinat !

Ce qui paradoxalement constitue l'entrave la plus préoccupante à l'amélioration matérielle et humaine de la condition pénitentiaire globalement entendue - malgré la promesse de construction de 15 000 places de prison - tient au fait qu'on se persuade que la prison pourrait être abolie et qu'elle serait le mal absolu. Autrement dit, on ne se bat pas assez pour transformer sa réalité et son présent au nom d'un avenir réconcilié où elle aurait disparu. L'illusion freine la pragmatisme.

Toutes les politiques pénales, de gauche irénique ou dogmatique ou de droite gangrenée par la mauvaise conscience, achoppent sur ce point. Pour que l'enfermement ne soit plus "un horizon indépassable ", on décide de faire, contre toute lucidité, comme s'il n'était pas une contrainte impérieuse. On rêve d'un monde sans lui et on s'enferme dans des projets qui font l'impasse sur lui alors qu'il est, sans joie mais avec évidence, "incontournable".

Je continue à m'illusionner peut-être. L'intelligence et la sensibilité de la majorité des honnêtes gens ont-elles besoin en permanence de battre leur coulpe pour s'excuser de punir et d'emprisonner des coupables avec une mise à l'écart temporaire ou assez durable pour prévenir le renouvellement du pire ?

___________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :
http://www.philippebilger.com/ 
Nota : titre et intertitre sont de la rédaction
(Mis en ligne le 29 Septembre 2017)
  

Articles similaires
Johnny Hallyday : rock n'roll gratitudeAinsi il n'était pas immortel !Harcèlement : Macron fait des tweets. Jacques...Les fulgurantes évidences de Michel...Prière du Pater noster : Raphaël Enthoven...Les deux mains d’Emmanuel Macron : l’une de fer,...Acquittement de Melun : s'indigner sans...Eric Dupond-Moretti n'est pas Abdelkader...Harcèlement sexuel: l'exception sexuelle du...Frédéric Taddéï : affinité médiatique et...De nouvelles règles pour la Légion d'honneur...Verdict Merah : si ce n'est pas lui,...Laurent Wauquiez : du neuf est obligatoireLes sondages : le risque de l'être ou le...Emploi fictif : la défense pitoyable d’Anne...Ce que je pense d'Emmanuel Macron....Le Président et la Justice : une respectueuse...Sandrine Rousseau : non-assistance à « invitée en...Enfin Daniel Zagury vint !Si la Justice est sourde....Après la Yougoslavie, l’Espagne ?Taper sur les Cathos, c’est sans danger :...On nous empoisonne !La rue, ou la théâtralisation françaiseL'Education nationale a enfin un ministre !Henri Leclerc : mais quels Mémoires !Crise migratoire : un "nouvel...Déclaration de la Saint Louis de Mgr.Louis de...François Hollande ne se remet pas de n'avoir...Charlottesville, les racines du malEmmanuel Macron: "Chef" ou "petit...La malédiction de l'affaire GrégoryQue reste-t-il de l’ADN de la droite ?Le Président a raison et, en même temps, il a...Fessées interdites, parents perplexesBurkini : et maintenant, le chantage...Grâce et disgrâcesSécurité chérie !Avocats : mieux connaître Pro Barreau et mieux...Affaire Grégory : ce que nous devons aux époux...La Cour de Justice de l'Union Européenne se...Après l'affaire Ferrand, y aura-t-il la...Assassinat de Sarah Halimi: des intellectuels...Jean-Luc Mélenchon : le mot aux dents !Richard Ferrand : le venin de l'affaire...Richard Ferrand, la nouvelle victime du populisme...Pourvou qu'ça doure !La France, c'est nous, ou c'est nous...Hollande : pas au revoir, adieu !France : comment on devient président de la...La parole est à l'honneur, mais laquelle ?Le 30 avril et ses nombreux fantômes