Se connecterS'abonner en ligne

Que reste-t-il de l’ADN de la droite ?

Référence de l'article : IJ6245
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(14 Juillet 2017)

 

On n'a jamais plus parlé de la droite, des droites que depuis qu'elles sont éclatées, confuses et inaudibles. Le paysage offert aujourd'hui pourrait faire rire tant sa diversité et son éparpillement, droite et centre mis ensemble, sont aux antipodes de l'homogénéité qui permettrait une définition cohérente.

Mais à réfléchir sur ce que pourrait être un ADN de la droite, le noyau dur, inaltérable, qui distinguerait cette famille de la gauche et de ses variations socialistes ou extrémistes, on s'aperçoit de la difficulté de la tâche.

On s'est trop vite consolé en imputant à Emmanuel Macron, à sa campagne et à sa victoire, le bouleversement de la droite classique, la destruction du monde où les pensées conservatrice et libérale s'accordaient sur l'essentiel, en tout cas suffisamment pour gouverner ensemble.

Je me demande si ce procès précipité n'a pas été commode pour exonérer les forces conservatrices d'une responsabilité qui leur revenait. Emmanuel Macron, me semble-t-il, a moins été, avec son triomphe présidentiel, une cause du délitement de la droite que sa conséquence. C'est parce que la droite ne savait déjà plus qui elle était que le candidat Macron, avec une habileté inouïe nourrie par les études Cevipof, a su et pu s'engouffrer dans l'espace que sa désarticulation avait offert.

En occultant tout ce qui la rapprochait d’elle

Où était en effet l'essence de la droite entre Alain Juppé et sa tonalité centriste, Nicolas Sarkozy et sa tendance pragmatique, François Fillon et son penchant vigoureusement conservateur ou Jean-François Copé et sa vision intelligemment autoritaire ? Où était l'essence de la droite quand elle stigmatisait l'extrême droite au nom de la République en occultant tout ce qui, pour la justice, la sécurité et l'immigration, la rapprochait d'elle ?

Longtemps le principe de la liberté avait servi de socle, de fil conducteur pour distinguer la droite de ses adversaires qui privilégiaient l'égalité mais dès lors que sortant de l'économique, du financier et du fiscal, cette valeur n'a plus proposé de repères clairs et indiscutables pour l'appréhension des faits de société, de l'islam, de son dévoiement l'islamisme et d'un vivre-ensemble de plus en plus menacé, ç'en était fini de cette définition. Il y a eu alors, dans la droite classiquement définie, trop de divergences, mollesse et compréhension ici, fermeté et rigueur là, sans oublier les positions médianes, pour qu'un nouveau dénominateur commun ne soit pas à rechercher.
Mais lequel ?
Chacun a probablement sa définition de la droite, sa droite à lui, mais en tentant un inventaire, on trouverait encore la liberté mais aussi l'autorité, la répression, l'exemplarité de la Justice, le refus du communautarisme, la défense d'un mode de vie, la fierté nationale, le retour aux fondamentaux à l'école, une politique internationale réaliste... Tenir compte de cette pluralité imposerait d'accepter une droite plurielle dont l'identité, paradoxalement, serait constituée par l'ensemble de ces principes et exigences qui trouveraient à s'accorder dans la tolérance d'un parti fier de cette plénitude.

Or tout ce qui se déroule depuis l'élection du président de la République va exactement dans l'autre sens, dans la mauvaise direction. Chacun privatise sa conception de la droite en affirmant que c'est son bout à lui qui est le bon. Ce qui est absurde. On aboutit à ce ridicule que pour faire pièce à Laurent Wauquiez, on se retire du jeu. Pour échapper à la guerre des chefs, Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, dans un registre différent, prennent leurs distances avec les Républicains. Au point que ceux-ci n'auront pas d'autre choix que de tomber dans les bras de Laurent Wauquiez qui obtiendra, si le processus continue, l'assimilation du parti à son exclusive tendance.

Le scandale est là : dans la fuite de courants fondamentaux de la droite au lieu que tous soient coalisés au sein d'une même structure pour combattre les opportunistes et les prétendus "constructifs". La droite est trop importante pour être une propriété privée. Se l'approprier c'est la tuer.

La recette pour accentuer le naufrage de la droite

Ce qui est une catastrophe relève de cette seule constatation. Non pas que Laurent Wauquiez soit LR, non pas qu'il veuille les diriger, non pas qu'il y parvienne mais qu'il puisse le faire seulement parce qu'on le laisse seul maître avec sa conception de la droite. Victorieuse avant l'heure. Au lieu de la comparer, de la confronter à d'autres. Mais dans un même parti. Plutôt que de reprocher sans cesse à Wauquiez de courir après l'extrême droite, pourquoi ne court-on pas plutôt après lui pour lui opposer d'autres facettes et visages de la droite que les siens ? LR serait-il trop étroit pour une famille diverse mais rassemblée ?

L'ADN de la droite, aujourd'hui, consiste dans une grande incertitude sur elle-même. Pour se penser à nouveau, elle devra accepter de se réunir sans prétendre détenir, chacun dans son coin, un bout de la vraie croix conservatrice. Sa diversité, ses contradictions ne deviendront calamiteuses que si d'aucuns s'en servent comme prétextes pour s'en aller. Alors qu'elles enrichiraient ceux décidés à rester et à affirmer leur identité. Dans un débat, lui vraiment constructif.

Il est tout de même invraisemblable que ces personnalités de talent, d'intelligence et, j'en suis sûr, de conscience, ne soient pas capables de s'abriter sous le même toit politique. Copé, Wauquiez, NKM, Bertrand, Pécresse, etc.

Rien ne m'apparaît plus ridicule que ces querelles d'hommes et de femmes trop en évidence et accentuant le naufrage d'une droite qui, avec son délitement et sa pauvreté conceptuelle antérieurs, avait déjà grandement facilité la victoire d'Emmanuel Macron dont l'atypisme, le talent et l'intelligence avaient fini la besogne.

________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :
http://www.philippebilger.com/
 
Nota : le titre et les intertitres sont de la rédaction
(Mis en ligne le 7 Juillet 2017)
 

Articles similaires
Nouvelles traites humaines : de nouveau,...Les grands avocats sont bons "même...Sauver la Planète (sic) : est-ce le boulot du...Expertises psychiatriques pour Le Pen et Gilbert...Quand la Constitution se met à ressembler à un...L’arrogance et la suffisance des justiciers en...Souveraineté juridique de la France : une des...Dois-je m'excuser de travailler à Sud Radio...Kotarac quitte LFI : l'un des symptômes de...« Attaque » de l’Hôpital : le plus inquiétant fut...Non, tout le monde ne déteste pas la police !Aéroport de Toulouse : la procédure de...Le président et les Gilets jaunes font France...Révolution en Italie : les mots « parent 1 » et «...21% des Français satisfaits de la Justice :...France 2 : une chaine PUBLIQUE ne doit pas trier...Un antiracisme coupable du délit de bêtise...Casseurs: combien de temps va-t-on encore laisser...Vive le Sénat !Benalla et rôle du Sénat : les factieux ne sont...De la mort lente de la démocratie...Un président absent a toujours tort !La perversion de la généralisation, la facilité...Enfin des César réussis !La naïveté comme seule politique….Marianne, Simone Veil, et la montée sans fin de...A.Benalla : LE bodyguard qui voulait tutoyer les...1 796 condamnations, dont 316 à de la prison...Emmanuel Macron a osé suggérer : « L’État doit...L’Elysée et Matignon ne savent plus comment se...Que penser du projet de Loi anticasseurs ?Montesquieu banni ! De la fusion charnelle en...Benjamin Griveaux devrait parfois se... taire !Traité d'Aix la Chapelle : un affront au...Cesare Battisti : fin de la simili-cavale, et...Qui veut désarmer la Police ?Deux poids, deux mesures (suite) : cagnotte...Toute conviction est-elle une maladie ?Police, CRS : doit-on interdire le Flash-Ball® en...Que l'on sorte de l'affaire Benalla, et...Voitures brûlées à la Saint Sylvestre ? Zéro...Emmanuel Macron : coup d'Etat, an II ?Etienne Chouard mangerait-il les petits enfants ?Fragments épars d'une France déprimée...Emmanuel Macron dos au mur« Mur des cons » : mais où est l’impartialité de...Champs-Elysées (!) : honte, mais pour qui ?Acquittement de Coutances : la raison prise en...Ah! si Emmanuel Macron était Georges...La religion catholique ne reçoit pas que des...Général de CASTELNAU : comment il nomme Pétain en...France : la liberté d’expression bien mal en...