Se connecterS'abonner en ligne

Les fulgurantes évidences de Michel Houellebecq...

Référence de l'article : IJ6498
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(1er Décembre 2017)

Je devrais lui en vouloir car j'éprouve de la défiance à l'égard de ceux qui ne savent pas répondre aux messages par désinvolture, négligence ou condescendance. Il fait tristement partie d'une catégorie dans laquelle se mêlent politiques, intellectuels, journalistes et ces quelques personnalités jugeant inconcevable et trop banal d'offrir la moindre réaction écrite ou orale.
Mais de Michel Houellebecq (MH), je ne pourrais pas me passer.

Il a accepté de donner son "ultime interview" au journal allemand Der Spiegel et il a choisi de publier la version française dans Valeurs actuelles. Elle est très longue et très riche et je conçois ce qu'il peut y avoir de faiblesse à s'abriter derrière les pensées banalement provocatrices d'un MH comme pour s'excuser de n'être pas capable de créer soi-même. Mais pourquoi irais-je esquisser, sur tant de sujets, une analyse que lui mène magnifiquement à son terme, avec un mélange rare de profondeur et de simplicité ?

La rançon des échanges brillants et substantiels est qu'on devrait les citer intégralement. C'est évidemment impossible en l'occurrence. Mais je recommande absolument la lecture de ces onze pages précédées par une présentation drôle et lucide de Charlotte d'Ornellas [1]

Mêlées à des considérations pertinentes sur les caractéristiques de la France et de l'Allemagne et leur "distante proximité", je relève des "perles" qui sans doute m'ont touché, convaincu plus que d'autres parce qu'elles rejoignaient mes tréfonds, mes certitudes, mes inquiétudes et mes dilections. Elles ont souvent cette particularité inhérente à la réflexion de MH et à son style : le paradoxe est apparent, la provocation superficielle et le premier moment de saisissement franchi, au contraire c'est l'heureuse banalité du propos qui s'empare de l'esprit, la sensibilité retenue mais intense derrière une objectivité de façade, qui agite le cœur. Avec un air de ne pas y toucher, une grâce et une désinvolture éparpillant leurs cadeaux.



Jamais MH ne s'abandonne à ce qui a pu apparaître chez lui, à une certaine époque, comme une volonté de soufre verbal, de scandale désiré. Si je ne craignais, par maladresse d'écriture, de dégrader la vigueur stimulante de cet entretien, j'y verrais un tissu de poncifs mais il est manifeste que la force des grandes visions intellectuelles, culturelles et sociales est de donner à presque tous les concepts le lustre et la patine de la simplicité.

Ainsi cette première pépite : "Les journalistes se veulent les grands prêtres moralisants d'une époque sans religion ni morale...C'est pour cela qu'on tente de m'étiqueter comme nihiliste et réactionnaire".

Cette deuxième communément admise : "J'ai la conviction qu'une religion, une véritable foi, a un effet beaucoup plus puissant qu'une idéologie. Le communisme était une sorte de fausse religion".
Cette troisième si justement décapante : "Au fond l'intégration des musulmans ne pourrait fonctionner que si le catholicisme redevenait religion d'Etat. Occuper la deuxième place, en tant que minorité respectée, dans un Etat catholique, les musulmans l'accepteraient bien plus facilement que la situation actuelle".

Cette quatrième irréfutable sur "la police qui n'a pas tort quand elle a l'impression que l'Etat a en partie capitulé, abandonnant des territoires entiers".
Cette cinquième, pur constat : "La gauche en tout cas est à l'agonie, ses idées sont mortes, le succès de Mélenchon ne reposait que sur lui-même, en aucun cas sur ses idées...Il n'y a plus en France que la droite et l'extrême droite. La gauche a perdu sa force mobilisatrice...et qui se comporte comme une bête prise au piège et qui sent sa fin proche".

Cette sixième sur la formidable résurgence d'un catholicisme militant empruntant des chemins nouveaux, ayant pris conscience de sa force et échappant aux récupérations politiciennes.
Une septième révélatrice de son humour : "Voilà un vrai reproche que j'accepte avec humilité : je suis plus limité que Balzac".

Une dernière sur sa solitude culturelle et littéraire. "La droite ne veut pas de moi parce que non seulement je n'aime pas Céline ni Morand... d'ailleurs un immonde salaud du point de vue de la collaboration... ni Nimier ni Drieu non plus, Chardonne pas davantage, et pas tellement Brasillach non plus... Comme je n'aime par ailleurs ni Camus ni Sartre, ça me rend difficile à situer sur le plan intellectuel...Pour résumer je dirai qu'après 1945, en France il n'y a pas grand-chose".

Pour certaines de ses sympathies personnelles ou appréciations, je peux les approuver ou les récuser mais ce n'est pas l'essentiel. Je le trouve rapide et léger sur Emmanuel Macron, admiratif on ne sait pourquoi de David Pujadas mais justement enthousiaste sur Yasmina Reza qui le lui rend bien. Chez elle il y aurait pourtant encore de l'espoir alors qu'il est, selon lui, "l'auteur de l'avachissement total".

MH est sûr que les médias français ne lui pardonneront "sans doute jamais le péché du désespoir".
En tout cas, c'est principalement chez lui qu'il convient d'aller chercher la vérité dure et crue sur notre monde, sur cette société qui a pris pour parti de ressembler de plus en plus à la perception de ce génie désenchanté, de ce "pessimiste héroïque" qui l'a anticipée et si bien comprise.

 [1] https://www.valeursactuelles.com/societe/comment-valeurs-actuelles-obtenu-la-derniere-confession-de-michel-houellebecq-90857
___________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :
http://www.philippebilger.com/
 
(Mis en ligne le 24 Novembre 2017)
Articles similaires
Johnny Hallyday : rock n'roll gratitudeAinsi il n'était pas immortel !Harcèlement : Macron fait des tweets. Jacques...Prière du Pater noster : Raphaël Enthoven...Les deux mains d’Emmanuel Macron : l’une de fer,...Acquittement de Melun : s'indigner sans...Eric Dupond-Moretti n'est pas Abdelkader...Harcèlement sexuel: l'exception sexuelle du...Frédéric Taddéï : affinité médiatique et...De nouvelles règles pour la Légion d'honneur...Verdict Merah : si ce n'est pas lui,...Laurent Wauquiez : du neuf est obligatoireLes sondages : le risque de l'être ou le...Emploi fictif : la défense pitoyable d’Anne...Ce que je pense d'Emmanuel Macron....Le Président et la Justice : une respectueuse...Sandrine Rousseau : non-assistance à « invitée en...Qu’est devenue la promesse de Macron de créer 15...Enfin Daniel Zagury vint !Si la Justice est sourde....Après la Yougoslavie, l’Espagne ?Taper sur les Cathos, c’est sans danger :...On nous empoisonne !La rue, ou la théâtralisation françaiseL'Education nationale a enfin un ministre !Henri Leclerc : mais quels Mémoires !Crise migratoire : un "nouvel...Déclaration de la Saint Louis de Mgr.Louis de...François Hollande ne se remet pas de n'avoir...Charlottesville, les racines du malEmmanuel Macron: "Chef" ou "petit...La malédiction de l'affaire GrégoryQue reste-t-il de l’ADN de la droite ?Le Président a raison et, en même temps, il a...Fessées interdites, parents perplexesBurkini : et maintenant, le chantage...Grâce et disgrâcesSécurité chérie !Avocats : mieux connaître Pro Barreau et mieux...Affaire Grégory : ce que nous devons aux époux...La Cour de Justice de l'Union Européenne se...Après l'affaire Ferrand, y aura-t-il la...Assassinat de Sarah Halimi: des intellectuels...Jean-Luc Mélenchon : le mot aux dents !Richard Ferrand : le venin de l'affaire...Richard Ferrand, la nouvelle victime du populisme...Pourvou qu'ça doure !La France, c'est nous, ou c'est nous...Hollande : pas au revoir, adieu !France : comment on devient président de la...La parole est à l'honneur, mais laquelle ?Le 30 avril et ses nombreux fantômes