Se connecterS'abonner en ligne

Les deux mains d’Emmanuel Macron : l’une de fer, l’autre trop douce

Référence de l'article : IJ6480
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(24 Novembre 2017)
 

 

J'apprécie Emmanuel Macron (EM) au pouvoir, mais je suis moins sûr d'aimer le pouvoir du couple Macron.
Pour la politique qui est menée sous l'égide du président de la République, il est difficile, sauf à être d'une totale mauvaise foi, d'en nier la cohérence, l'efficacité et l'habileté. Même si sur le plan international la réussite est plus éclatante, plus visible, ce qui est accompli pour réformer la France n'est pas médiocre, tient les promesses de la campagne et, suscitant le dépit de Jean-Luc Mélenchon, montre à quel point les avancées sont indiscutables et pour l'instant irrésistibles.

Emmanuel Macron a beaucoup réfléchi sur la pratique présidentielle de ses prédécesseurs et de fait il a su mettre de l'allure, de la majesté, presque de la pompe dans une République qui en manquait, sans que celle-ci jusqu'à aujourd'hui soit tombée dans l'enflure.

Son contre-exemple absolu est à l'évidence la présidence de François Hollande. Il a pu l'observer de près pour en avoir été un auxiliaire qui a compté et dont on a mesuré trop tard l'apport décisif qui aurait été le sien si on ne l'avait pas sans cesse brimé. Nicolas Sarkozy ne pâtit pas du même discrédit comme si EM ne pouvait s'empêcher, dans le registre public, de s'inspirer parfois de certaines attitudes de celui-ci. EM semble les considérer avec nostalgie, comme si elles avaient été l'expression d'une liberté désinvolte que lui-même se refuse, par allure.

Emmanuel Macron est et a une personnalité complexe. Riche, équivoque, intense, contrastée mais par souci de plénitude. Autoritaire, entêtée, d'une constance qui rassure, d'une image de soi qui le stimule, d'une volonté forcenée à être à la hauteur des aspirations de ceux qui l'ont élu, à la fois solitaire et s'attachant des fidélités inconditionnelles.

Lui qui a pour ambition - et c'est déjà un signe qu'elle ne soit pas perçue comme absurde - de se tenir et d'agir comme le créateur de la Ve République, offre à la démocratie des comportements qui passent de l'intelligence sans démagogie à une brutalité délibérée, de l'intellectuel à l'Elysée au politique dans la rue, qui refuse de se priver de la force de la vérité parce qu'il a conscience que la vérité est la seule force qui vaille dans un monde qui meurt de mentir et de se mentir.

Une équipe se baptisant « Les Mormons »

Loin d'être déçu par l'emprise et le quadrillage qu'il met en œuvre aussi bien à l'Elysée que pour la REM ( osera-t-il aller au bout de la provocation en maintenant Christophe Castaner comme Secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement alors que ce dernier seul candidat a été plébiscité comme délégué général de REM ?), je les ressens comme une chance pour la France. Il n'éprouve plus le besoin de feindre une concertation alors qu'il se juge légitime pour être inspirateur de tout (JDD).

Sa main de fer - telle, par exemple, qu'elle domine à l'Elysée, si on en croit Le Figaro Magazine -, avec une équipe se baptisant "les Mormons" et respectant, avec des horaires délirants qui sont d'abord ceux de leur chef, ses instructions, ses consignes de silence et d'étanchéité, est une bénédiction si on se réfère au passé où le désordre et la volubilité régnaient. Cette main de fer, c'est la part dure d'Emmanuel Macron. Elle est capitale en cette période où à force de ne jamais resserrer les boulons on avait laissé la machine partir en miettes.

Mais, quitte à admirer le général de Gaulle, pourquoi l'imiter de manière hémiplégique ?
Je pressentais que l'officialisation des moyens mis à la disposition de Brigitte Macron et ce qui, malgré les arguties, ressemblerait peu ou prou à un statut de la "première dame", allait susciter une omniprésence de son épouse dans l'espace public. Cette visibilité permanente me frappe - malgré la dignité grave et émue lors des instants tragiques du souvenir, des hommages et de la mémoire - par l'allégresse narcissique avec laquelle elle est vécue et qui est amplifiée par des médias cherchant à scruter et à décrire un pouvoir là où il ne devrait pas être.

Mal à l’aise avec les exhibitions publiques de tendresse

Je sens le terrain glissant sur lequel je m'aventure. Mais je n'ai pas à m'en excuser, d'abord parce que je suis victime d'une nature mal à l'aise avec les exhibitions publiques de la tendresse et que, surtout, la rançon de la perpétuelle apparition de Brigitte Macron - dont les qualités personnelles sont exceptionnelles, je n'en disconviens pas - est qu'on a le droit d'en questionner l'intérêt et les modalités. J'éprouve parfois l'impression qu'on cherche - et d'abord le président et l'époux - à instiller dans nos têtes citoyennes qu'on a élu le couple Macron. Pour ma part, si les conseils de Brigitte Macron sont évidemment précieux dans la vie intime et conjugale, je ne raffole pas de la perception troublante que je ne peux pas les discuter quand, portés par elle dans l'espace public, je ne peux les connaître puisque seul le président - c'est lui, l'élu - en est dépositaire.



Pour n'avoir rien de commun avec l'exhibition vulgaire de Nicolas Sarkozy, souvent dénoncée, faut-il cependant ne pas s'interroger sur des séquences qui révèlent l'autre part d'Emmanuel Macron ? Une main trop douce, trop d'embrassades, un zeste de mièvrerie ?

François Fillon avait tellement raison quand il affirmait qu'on ne pouvait pas imaginer le général de Gaulle mis en examen. Aurait-on pu davantage l'imaginer, dans la sphère officielle, tenant la main de son épouse en permanence ? Qu'on ne dise pas que c'est une question de génération alors que cela constitue l'obligation, quand on est chef de l'Etat, de ne pas montrer dans l'espace public ce qui relève de la tendresse amoureuse, intime ? Le citoyen ne doit pas être concerné par cette délicate impudeur parce qu'il n'a pas le moindre titre à s'émerveiller ou à s'inquiéter de ce couple qui, quand les circonstances devraient l'interdire, ostensiblement manifeste son attachement. Une étrange et paradoxale manière de nous en faire douter alors qu'il y a des retenues, des réserves en public et en représentation qui convainquent bien davantage.

La sincérité est aisée pour l'hostilité. Quand elle n'est pas amoindrie par l'estime ou la sympathie, elle a un peu de mérite.Une main de fer, une main trop douce... Que le président me le pardonne mais je persiste : la passion ensemble, mais le pouvoir à part !

____________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :
http://www.philippebilger.com/ 

Nota : les  intertitres sont de la rédaction
 
(Mis en ligne le 24 Novembre 2017)
 

Articles similaires
Johnny Hallyday : rock n'roll gratitudeAinsi il n'était pas immortel !Harcèlement : Macron fait des tweets. Jacques...Les fulgurantes évidences de Michel...Prière du Pater noster : Raphaël Enthoven...Acquittement de Melun : s'indigner sans...Eric Dupond-Moretti n'est pas Abdelkader...Harcèlement sexuel: l'exception sexuelle du...Frédéric Taddéï : affinité médiatique et...De nouvelles règles pour la Légion d'honneur...Verdict Merah : si ce n'est pas lui,...Laurent Wauquiez : du neuf est obligatoireLes sondages : le risque de l'être ou le...Emploi fictif : la défense pitoyable d’Anne...Ce que je pense d'Emmanuel Macron....Le Président et la Justice : une respectueuse...Sandrine Rousseau : non-assistance à « invitée en...Qu’est devenue la promesse de Macron de créer 15...Enfin Daniel Zagury vint !Si la Justice est sourde....Après la Yougoslavie, l’Espagne ?Taper sur les Cathos, c’est sans danger :...On nous empoisonne !La rue, ou la théâtralisation françaiseL'Education nationale a enfin un ministre !Henri Leclerc : mais quels Mémoires !Crise migratoire : un "nouvel...Déclaration de la Saint Louis de Mgr.Louis de...François Hollande ne se remet pas de n'avoir...Charlottesville, les racines du malEmmanuel Macron: "Chef" ou "petit...La malédiction de l'affaire GrégoryQue reste-t-il de l’ADN de la droite ?Le Président a raison et, en même temps, il a...Fessées interdites, parents perplexesBurkini : et maintenant, le chantage...Grâce et disgrâcesSécurité chérie !Avocats : mieux connaître Pro Barreau et mieux...Affaire Grégory : ce que nous devons aux époux...La Cour de Justice de l'Union Européenne se...Après l'affaire Ferrand, y aura-t-il la...Assassinat de Sarah Halimi: des intellectuels...Jean-Luc Mélenchon : le mot aux dents !Richard Ferrand : le venin de l'affaire...Richard Ferrand, la nouvelle victime du populisme...Pourvou qu'ça doure !La France, c'est nous, ou c'est nous...Hollande : pas au revoir, adieu !France : comment on devient président de la...La parole est à l'honneur, mais laquelle ?Le 30 avril et ses nombreux fantômes