Se connecterS'abonner en ligne

L'Education nationale a enfin un ministre !

Référence de l'article : IJ6306
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(9 Septembre 2017)

On entend et on lit beaucoup ces derniers jours le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer. Heureusement. Il y a là d'abord, et enfin, un ministre avec tout ce qu'impliquent cette charge et cet honneur.

Il connaît la matière, il pense juste, il parle clair, il est conservateur sans être régressif, il tétanise ses opposants de gauche qui sont tout surpris, n'y ayant pas été habitués, d'avoir face à eux une personnalité, un savoir, des convictions, du respect et non pas seulement une idéologie. Ce n'est pas Jack Lang qui me fera changer d'avis quand il fait exprès de ne pas comprendre - "un enfant est un être vivant, pas une machine" - un propos pourtant sans la moindre équivoque suspecte sur l'apport des neurosciences !

Jean-Michel Blanquer mérite le prix d'excellence dans le gouvernement d'Edouard Philippe et un gouffre s'est d'ailleurs creusé entre lui, Gérard Collomb et Jean-Yves Le Drian d'un côté et la plupart des autres ministres de l'autre.

Elle a osé légaliser l’usage des téléphones portables en prison

Son éloge me rend d'autant plus sensible mon abstention d'enthousiasme à l'égard de notre garde des Sceaux. Je la vois sur les photographies, en bonne place au Conseil, mais que fait-elle exactement, qui nomme-t-elle, quelle est son appréciation sur le corps judiciaire, quelle est la nature de ses projets si elle en a ? Est-elle en marche ou à l'arrêt ? Est-elle de droite ou de gauche - apparemment d'une sensibilité socialiste - mais a-t-elle évolué pour se mélanger, si j'ose dire, et offrir une mixture originale ?

Je lui propose toutes affaires cessantes l'opportunité d'un pragmatisme modeste mais efficace. Il y a eu une agression par jour contre les surveillants de prison cet été (Le Figaro). Si elle acceptait de se pencher sur les problèmes pénitentiaires, pas seulement pour verser des larmes de compassion sur les coupables comme Christiane Taubira mais pour se soucier de ceux qui les gardent et qui dans certains établissements sont soumis à la loi des détenus, ce serait bien. En tout cas sûrement mieux que d'avoir eu l'idée saugrenue de légaliser l'usage des téléphones portables en prison, tellement conforme à ce penchant français qui consiste à valider ce qu'on n'a pas su interdire ou empêcher !

Mais si elle est de gauche, elle ne bougera pas d'un pouce. Comme elle vient de la gauche, les péripéties de l'été ne la mobiliseront pas !
Jean-Michel Blanquer m'a fait réfléchir à ce sujet quand, refusant l'étiquette d'homme de droite ou de conservateur, il déclare que l'éducation n'est ni de droite ni de gauche (Le Figaro). S'il signifie par là que l'institution dans son essence, sa structure et ses finalités n'est ni de droite ni de gauche, il énonce une idée qui devrait être acceptée par tous, sauf à faire des services publics fondamentaux de la République, des lieux d'affrontement et d'idéologie.

De l'institution judiciaire, on devrait pouvoir affirmer aussi qu'en elle-même elle n'est ni de droite ni de gauche mais d'une neutralité obligatoire puisqu'elle à se consacrer virtuellement ou réellement à l'ensemble de la communauté nationale, toutes tendances confondues. D'où l'odieux cataclysme opéré par le déplorable "mur des cons" !

Une fois ce point capital admis, reste qu'il y a des politiques de droite ou de gauche qui, appliquées à l'Education nationale ou à la Justice, se fixeront des objectifs radicalement différents, auront des démarches antagonistes et privilégieront, dans leur action, telle priorité plutôt que telle autre.

Bientôt, le retour de l’autorité à l’école ?

Cela, en effet, n'est pas indifférent de célébrer le mérite ou de le décrier, de prétendre à une égalité facile par le bas plutôt qu'à favoriser un élan de tous vers le haut, de considérer que la société est coupable plus que le délinquant ou de reconnaître à celui-ci l'honneur d'une liberté et d'une responsabilité individuelles, aussi réduites qu'elles soient parfois.

Cela n'est pas vain d'espérer le retour de l'autorité à l'école et l'apprentissage de la lecture, de l'écriture et du calcul et, sur un autre plan, l'émergence enfin d'un état de droit cohérent et vigoureux, destiné aussi à protéger la multitude des honnêtes gens, et une autorité non hémiplégique de l'Etat.

La droite et la gauche n'ont pas les mêmes conceptions, la même vision. L'une et l'autre n'ont pas à s'excuser d'être ce qu'elles sont. Chacun rejoindra son camp. Celui de la liberté qui favorise les initiatives et crée de la respiration sociale et professionnelle ou celui de l'égalité qui étouffe et stérilise. La première fait avancer quand l'autre incite à stagner.

On m'opposera - j'en ai rêvé - l'utopie d'une politique judiciaire qui embrasserait tout et dont un humanisme corseté et ferme serait l'inspirateur. J'accepte l'impossibilité politique d'un tel futur qui très vite démembrerait la plénitude espérée en une droite et une gauche classiques.
Aussi, au risque de contredire le ministre Blanquer, heureusement qu'il est de droite pour avoir en charge une institution qui n'est ni de droite ni de gauche.
Pour la Justice, j'attends. Nous n'en sommes pas encore là.

____________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :
http://www.philippebilger.com/

Nota : les  intertitres sont de la rédaction
 
(Mis en ligne le 9 Septembre 2017)

 
 
 
 
 
                                                               
Articles similaires
Ce que je pense d'Emmanuel Macron....Le Président et la Justice : une respectueuse...Sandrine Rousseau : non-assistance à « invitée en...Qu’est devenue la promesse de Macron de créer 15...Enfin Daniel Zagury vint !Si la Justice est sourde....Après la Yougoslavie, l’Espagne ?Taper sur les Cathos, c’est sans danger :...On nous empoisonne !La rue, ou la théâtralisation françaiseHenri Leclerc : mais quels Mémoires !Crise migratoire : un "nouvel...Déclaration de la Saint Louis de Mgr.Louis de...François Hollande ne se remet pas de n'avoir...Charlottesville, les racines du malEmmanuel Macron: "Chef" ou "petit...La malédiction de l'affaire GrégoryQue reste-t-il de l’ADN de la droite ?Le Président a raison et, en même temps, il a...Fessées interdites, parents perplexesBurkini : et maintenant, le chantage...Grâce et disgrâcesSécurité chérie !Avocats : mieux connaître Pro Barreau et mieux...Affaire Grégory : ce que nous devons aux époux...La Cour de Justice de l'Union Européenne se...Après l'affaire Ferrand, y aura-t-il la...Assassinat de Sarah Halimi: des intellectuels...Jean-Luc Mélenchon : le mot aux dents !Richard Ferrand : le venin de l'affaire...Richard Ferrand, la nouvelle victime du populisme...Pourvou qu'ça doure !La France, c'est nous, ou c'est nous...Hollande : pas au revoir, adieu !France : comment on devient président de la...La parole est à l'honneur, mais laquelle ?Le 30 avril et ses nombreux fantômesAux Champs-Elysées...La manipulation secrète des utilisateurs d’Uber...Faut-il ne rien faire pour être aimé ?Il faut plus de places de prison !Poutou, le rebelle dont la bourgeoisie raffolePhilippe Poutou, candidat...à la succession de...Bienvenue Place Beauvau, un livre qui démontre...La Justice à la carte ne passe plus !La dernière trouvaille : la présomption de...Scandale d'Etat : 16 qualifications pénales...Il parait que la Justice serait impartiale......Cet usage 100% politique de la Justice qui tombe...La Justice n'est pas du cinéma, même...François Hollande sous-estime son rôle dans la...Présidentielle : le Parquet est-il devenu la gare...