Se connecterS'abonner en ligne

Il ne faut pas libérer Jean-Claude Romand...

Référence de l'article : IJ7069
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(21 Septembre 2018)

Le 18 septembre la première demande de libération conditionnelle présentée par Jean-Claude Romand (JCR) devait être examinée mais le tribunal de l'application des peines a renvoyé l'affaire pour éclaircir encore un point.

Quand cette juridiction aura à statuer, je crains le pire : qu'on fasse droit à la requête de JCR.
Qu'on m'entende bien : je profite du caractère tragiquement emblématique de cette histoire criminelle - Emmanuel Carrère n'a pas été pour rien dans sa sublimation avec son livre "L'Adversaire" - pour développer à son sujet, comme je l'ai fait pour beaucoup d'autres assassinats, un point de vue iconoclaste par rapport à notre habituelle exécution des peines.

Le 25 juin 1996, JCR est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie de vingt-deux années de sûreté. Au cours du procès qui a duré six jours, il y apparaît, selon le chroniqueur de Libération, "comme un voisin de palier... simplement plus menteur que chacun d'entre nous".
Après un examen de médecine raté, ne supportant pas cet échec il se construit une double existence rigoureusement séparée. Il fait croire à de brillantes études, se fait passer pour un cardiologue et affirme avoir été embauché à l'Organisation mondiale de la santé. Une existence apparemment normale sur le plan conjugal et familial et, parallèle mais totalement occulte, une quotidienneté jusqu'en 1993 de pur simulacre.

Le 9 janvier 1993, il tue à son domicile son épouse et ses deux enfants puis, après avoir déjeuné avec ses parents, il les abat à l'étage de leur maison. Sur la route de Paris, après avoir cherché à supprimer sa maîtresse qui lui réclame le remboursement d'une dette importante, il l'épargne en définitive (Le Parisien, qui a consacré une remarquable double page à cette affaire).

Est-il besoin d'insister sur l'exceptionnelle gravité de ces monstruosités commises par un père, un époux et un fils ? Elle n'a été discutée par personne.



Condamné au maximum, il a été - ce n'est pas rare - un détenu modèle en prison. Si j'usais de sarcasme je pourrais soutenir qu'il l'a été autant que cardiologue dans sa vie antérieure.

La cour d'assises, en édictant vingt-deux années de sûreté (la période se terminait en 2015) décrète la mesure de sûreté maximale prévue par la loi mais à l'évidence n'a pas pour ambition intellectuelle et judiciaire, implicitement, d'ouvrir ensuite les vannes en faveur de l'accusé.

Magistrats et citoyens, en 1996, dans leur arrêt, ont pesé aussi bien l'extrémité des charges criminelles, les dévastations humaines opérées que la singularité de la personnalité et de la psychologie de JCR. Nul besoin donc en théorie d'aller mêler à cette rectitude judiciaire une cuisine pénitentiaire dont le seul principe, pour cette affaire comme sur tant d'autres, est de battre en brèche l'implacable et juste sanction d'une juridiction qui, quoi qu'on en dise, était encore plus exemplaire qu'elle ne l'est devenue.

Et la libération conditionnelle, comme mode d'exécution de la peine, si elle est ordonnée, représentera par rapport à l'absolu criminel une indulgence, un assouplissement que rien ne justifie. Sauf à considérer que dans notre système, au nom d'une perversion de l'intelligence et de la sensibilité, même l'arrêt totalement cohérent par rapport aux crimes, aux douleurs et à l'être de l'accusé se doit d'être réduit, affaibli.

Je sais bien que de manière aberrante et au fond presque immorale, le criminel le plus odieusement actif pour le pire, s'il suscite l'indignation jusqu'à sa condamnation, devient à partir de celle-ci seulement un homme qui va endurer la prison. La détestation de l'horreur va être remplacée par la compassion pour le prisonnier.

Et, donc, JCR aurait droit après vingt-cinq années d'enfermement, pour ce qu'il a accompli, au nom d'une mansuétude systématique sur laquelle d'ailleurs on ne s'explique jamais, à une libération conditionnelle. La lui octroyer ferait bon marché de ses crimes, constituerait quasiment une prime à ce paroxysme multiplié mais mis en œuvre par une personnalité ne relevant pas du prolétariat du crime et et de la misère sociale.
Ce serait comme une justice de classe à rebours.
JCR sortirait au bout de vingt-cinq années mais face à lui - et comme ils ont raison - les deux frères de son épouse assassinée Florence affirment que ce serait "les tuer tous une deuxième fois..."

On n'a même pas besoin d'invoquer, comme ils le font, qu'il peut être "encore dangereux".
Pourquoi refuser cette évidence qu'il y aurait une injustice à laisser un tel criminel sortir même sur un mode conditionnel quand les proches des victimes, eux, auront à endurer à perpétuité le fardeau de leur atroce disparition ? Où est l'équité si on concède du limité à l'accusé quand l'innocence dévastée devra s'accommoder d'une souffrance infinie ?

JCR est un parmi quelques autres condamnés au plus haut de la gravité. J'attire l'attention sur lui parce qu'il représente une éclatante illustration, si on lui donne gain de cause demain, d'une dérive prétendument humaniste du mauvais côté, mais profondément inhumaine du bon.

_____________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :
http://www.philippebilger.com/
(Mis en ligne le 21 Septembre 2018)

  

Articles similaires
Emmanuel Macron dos au mur« Mur des cons » : mais où est l’impartialité de...Champs-Elysées (!) : honte, mais pour qui ?Acquittement de Coutances : la raison prise en...Ah! si Emmanuel Macron était Georges...La religion catholique ne reçoit pas que des...Général de CASTELNAU : comment il nomme Pétain en...France : la liberté d’expression bien mal en...Jair Bolsonaro : un coup de tonnerre ou une...Emmanuel Macron et les années 30 : ignorance et...Comment je n’ai pas « questionné » Marine Le...Onfray, Garcin et BHL : le jour et la nuit !Le genre, l'animal, la mort : quand la...Police, gendarmerie : suicides en forte hausseOutrage sexiste : ça y est, Chère Madame...Emmanuel Macron : ni Bonaparte, ni surtout pas de..."Metoo" contre l'état de droit:...Charles Aznavour avait-il lu Destin français...Succession du Procureur François Molins :...Téléfilm Sauvage sur TF1 : autopsie d’une...Et maintenant, une expertise psychiatrique : la...Affaire Méric : quand la Justice prend des...L'insécurité ou Ubu en République !Affaire Darmanin : le droit pénal pour les NulsEncore et toujours Frédéric Taddéi !Emmanuel Macron en marche... sur les pas de...USA, France, Italie : la justice pénale contre le...Eglise catholique : le temps est venu de mettre...Selon que vous serez ministre ou misérable.....Res publica : qui doit détenir le pouvoir réel ?...Des barbouzes en carton-pâte....Macrongate : c’est bien pire qu’imaginéAffaire Halimi : Kobili Traoré déclaré...Affaire Benalla : le code pénal ? Mais à quoi ça...Peut-on encore se promener nu chez soi ?Mourad Sadi : un innocent condamné trop vite, et...Juillet 2018 : pourquoi la loi « Fake news » est...Juillet 2018 : quand Laurent Fabius fait du droit...Juillet 2018 : trois agressions graves contre les...Le Conseil constitutionnel continue de piétiner...Xavier Bertrand : déclaration (non datée) de...Fête de la Musique très chic, très BCBG à...Jean-Jacques Urvoas proche de la roche Tarpéienne...Le football (JEU simple + esprit de COMPÉTITION )...Pour les Bleus malgré tout !Comptes de campagne de Macron : la tricherie...François Hollande rebat la campagne....!Droit au retour des djihadistes ? Mais, en quel...Violer la loi lorsque l’on ne risque rien est une...Mamoudou Gassama : derrière le moment de grâce,...Reconquérir la France !Jérôme Cahuzac : une lutte inoubliable contre la...