Se connecterS'abonner en ligne

Grâce et disgrâces

Référence de l'article : IJ6215
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(1er Juillet 2017)



Au fond on ne s'émeut, on ne souffre que des dérives ou des faux pas de ceux qui vous sont proches, familiers, de ceux qu'on estime, qu'on respecte.

Qu'importe le lamentable Johnny Depp qui a déclaré à un festival de musique en Angleterre qu'il était "peut-être temps" qu'un acteur tue Donald Trump. Il s'est excusé : "J'essayais juste d'être amusant". Il est vrai qu'avec Donald Trump, dont le comportement est parfois étrange, on a le droit de tout se permettre et qu'aucune limite ne doit être mise à son obligatoire détestation !

Qu'importe ce déplorable humoriste Frédéric Fromet qui s'est moqué odieusement, sur France Inter, du torero espagnol Fandino encorné ! Des associations ont protesté mais cette indécence n'a pas indigné au-delà du champ étroit des passionnés de la tauromachie. La mort n'est plus un tabou et d'aucuns croient infiniment drôle d'ajouter à la douleur d'une famille. Cette abjection serait seulement de la "parodie", de la "caricature" pour Laurence Bloch ! A nous dégoûter de la liberté d'expression mise si bas !

Rire de tout, sur un plan général, a constitué un précepte très discutable. Trop nombreux sont les comiques qui ont retenu "de tout" en oubliant "rire" et faire rire n'est pas à la portée de premier histrion venu !

Que pouvait-on attendre, d'ailleurs, de ces deux univers si piètrement, si vulgairement représentés ?

Les discriminations qu'opère la grâce....

En revanche le Premier ministre Edouard Philippe est et a une personnalité singulière, réactive, intelligente et ses propos donnent au moins l'impression de la spontanéité et de la sincérité.

Quand j'ai appris qu'il avait nommé son meilleur ami Gilles Boyer comme conseiller à Matignon, je n'ai pas voulu y croire. L'un et l'autre étaient les deux plus proches d'Alain Juppé et jusqu'au bout ils l'ont soutenu. Edouard Philippe a accepté la charge et l'honneur de Premier ministre parce qu'il adhérait à la vision trans-partisane et déstabilisante du président de la République. Gilles Boyer, lui, s'est présenté aux élections législatives à Nanterre et il a été battu.

Cette tradition française qui "recase" les vaincus et donne forcément un point de chute à ceux que le sort, aidé par eux-mêmes, a éliminés est plus qu'agaçante. Elle donne le sentiment que le domaine de la politique est à part, que ses privilèges, aussi anodins qu'ils soient, sont bien réels et que tous les discours de moralisation se briseront par exemple sur les choix inspirés par l'affection, le souvenir ou la solidarité. Le pouvoir s'octroie de petites privautés qui choquent d'autant plus dans une période qui fait de l'éthique et de la décence au quotidien un devoir.

Je devine aisément ce que le Premier ministre me répondrait s'il avait le temps. Gilles Boyer est compétent et ce n'est pas parce qu'il est mon ami cher et qu'il a été défait aux législatives que je dois me priver de sa présence politique.

Peut-être mais cette démarche relève plus de la complaisance que de la bonne idée. Le Premier ministre si lucide se l'est autorisée et je pense qu'il a pris un risque minime certes mais tout fait sens aujourd'hui. Rien n'est anodin.
Faudra-t-il se contenter de la seule exemplarité de l'amitié alors qu'on rêverait de beaucoup d'autres ?

La grâce, l'injuste grâce, la profonde inégalité des apparences, suscitée par les regards et la sympathie.
Le président de la République ces derniers jours a continué à se mettre en scène, en tombant la veste pour un entraînement de boxe, en prenant un selfie avec Schwarzenegger ou en s'adonnant à une séance de "fauteuil-tennis" à Paris le 24 juin (Le Monde). Je tiens pour rien l'ovation qui a salué le couple Macron à Bercy lors du spectacle des Vieilles Canailles avec notamment son ami Johnny.

Contrairement à ce que prétend l'opposition, il n'y a pas "d'effacement total du Premier ministre" qui continue à exister à sa manière. Mais je dois avouer, pour être honnête, que si j'avais vu Nicolas Sarkozy dans les mêmes postures, je ne suis pas sûr que je les aurais appréciées. Avec notre nouveau président, non seulement elles passent mais on en est presque fier. C'est injuste mais c'est comme ça. La loterie de la vie. Les discriminations qu'opère la grâce. Elle est ici, mais pas là.

Maintenant on attend l'action du président.

______________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :
http://www.philippebilger.com/ 

(Mis en ligne le 1er Juillet 2017)
 

Articles similaires
Acquittement de Melun : s'indigner sans...Eric Dupond-Moretti n'est pas Abdelkader...Harcèlement sexuel: l'exception sexuelle du...Frédéric Taddéï : affinité médiatique et...De nouvelles règles pour la Légion d'honneur...Verdict Merah : si ce n'est pas lui,...Laurent Wauquiez : du neuf est obligatoireLes sondages : le risque de l'être ou le...Emploi fictif : la défense pitoyable d’Anne...Ce que je pense d'Emmanuel Macron....Le Président et la Justice : une respectueuse...Sandrine Rousseau : non-assistance à « invitée en...Qu’est devenue la promesse de Macron de créer 15...Enfin Daniel Zagury vint !Si la Justice est sourde....Après la Yougoslavie, l’Espagne ?Taper sur les Cathos, c’est sans danger :...On nous empoisonne !La rue, ou la théâtralisation françaiseL'Education nationale a enfin un ministre !Henri Leclerc : mais quels Mémoires !Crise migratoire : un "nouvel...Déclaration de la Saint Louis de Mgr.Louis de...François Hollande ne se remet pas de n'avoir...Charlottesville, les racines du malEmmanuel Macron: "Chef" ou "petit...La malédiction de l'affaire GrégoryQue reste-t-il de l’ADN de la droite ?Le Président a raison et, en même temps, il a...Fessées interdites, parents perplexesBurkini : et maintenant, le chantage...Sécurité chérie !Avocats : mieux connaître Pro Barreau et mieux...Affaire Grégory : ce que nous devons aux époux...La Cour de Justice de l'Union Européenne se...Après l'affaire Ferrand, y aura-t-il la...Assassinat de Sarah Halimi: des intellectuels...Jean-Luc Mélenchon : le mot aux dents !Richard Ferrand : le venin de l'affaire...Richard Ferrand, la nouvelle victime du populisme...Pourvou qu'ça doure !La France, c'est nous, ou c'est nous...Hollande : pas au revoir, adieu !France : comment on devient président de la...La parole est à l'honneur, mais laquelle ?Le 30 avril et ses nombreux fantômesAux Champs-Elysées...La manipulation secrète des utilisateurs d’Uber...Faut-il ne rien faire pour être aimé ?Il faut plus de places de prison !Poutou, le rebelle dont la bourgeoisie raffolePhilippe Poutou, candidat...à la succession de...