Se connecterS'abonner en ligne

Grâce et disgrâces

Référence de l'article : IJ6215
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(1er Juillet 2017)



Au fond on ne s'émeut, on ne souffre que des dérives ou des faux pas de ceux qui vous sont proches, familiers, de ceux qu'on estime, qu'on respecte.

Qu'importe le lamentable Johnny Depp qui a déclaré à un festival de musique en Angleterre qu'il était "peut-être temps" qu'un acteur tue Donald Trump. Il s'est excusé : "J'essayais juste d'être amusant". Il est vrai qu'avec Donald Trump, dont le comportement est parfois étrange, on a le droit de tout se permettre et qu'aucune limite ne doit être mise à son obligatoire détestation !

Qu'importe ce déplorable humoriste Frédéric Fromet qui s'est moqué odieusement, sur France Inter, du torero espagnol Fandino encorné ! Des associations ont protesté mais cette indécence n'a pas indigné au-delà du champ étroit des passionnés de la tauromachie. La mort n'est plus un tabou et d'aucuns croient infiniment drôle d'ajouter à la douleur d'une famille. Cette abjection serait seulement de la "parodie", de la "caricature" pour Laurence Bloch ! A nous dégoûter de la liberté d'expression mise si bas !

Rire de tout, sur un plan général, a constitué un précepte très discutable. Trop nombreux sont les comiques qui ont retenu "de tout" en oubliant "rire" et faire rire n'est pas à la portée de premier histrion venu !

Que pouvait-on attendre, d'ailleurs, de ces deux univers si piètrement, si vulgairement représentés ?

Les discriminations qu'opère la grâce....

En revanche le Premier ministre Edouard Philippe est et a une personnalité singulière, réactive, intelligente et ses propos donnent au moins l'impression de la spontanéité et de la sincérité.

Quand j'ai appris qu'il avait nommé son meilleur ami Gilles Boyer comme conseiller à Matignon, je n'ai pas voulu y croire. L'un et l'autre étaient les deux plus proches d'Alain Juppé et jusqu'au bout ils l'ont soutenu. Edouard Philippe a accepté la charge et l'honneur de Premier ministre parce qu'il adhérait à la vision trans-partisane et déstabilisante du président de la République. Gilles Boyer, lui, s'est présenté aux élections législatives à Nanterre et il a été battu.

Cette tradition française qui "recase" les vaincus et donne forcément un point de chute à ceux que le sort, aidé par eux-mêmes, a éliminés est plus qu'agaçante. Elle donne le sentiment que le domaine de la politique est à part, que ses privilèges, aussi anodins qu'ils soient, sont bien réels et que tous les discours de moralisation se briseront par exemple sur les choix inspirés par l'affection, le souvenir ou la solidarité. Le pouvoir s'octroie de petites privautés qui choquent d'autant plus dans une période qui fait de l'éthique et de la décence au quotidien un devoir.

Je devine aisément ce que le Premier ministre me répondrait s'il avait le temps. Gilles Boyer est compétent et ce n'est pas parce qu'il est mon ami cher et qu'il a été défait aux législatives que je dois me priver de sa présence politique.

Peut-être mais cette démarche relève plus de la complaisance que de la bonne idée. Le Premier ministre si lucide se l'est autorisée et je pense qu'il a pris un risque minime certes mais tout fait sens aujourd'hui. Rien n'est anodin.
Faudra-t-il se contenter de la seule exemplarité de l'amitié alors qu'on rêverait de beaucoup d'autres ?

La grâce, l'injuste grâce, la profonde inégalité des apparences, suscitée par les regards et la sympathie.
Le président de la République ces derniers jours a continué à se mettre en scène, en tombant la veste pour un entraînement de boxe, en prenant un selfie avec Schwarzenegger ou en s'adonnant à une séance de "fauteuil-tennis" à Paris le 24 juin (Le Monde). Je tiens pour rien l'ovation qui a salué le couple Macron à Bercy lors du spectacle des Vieilles Canailles avec notamment son ami Johnny.

Contrairement à ce que prétend l'opposition, il n'y a pas "d'effacement total du Premier ministre" qui continue à exister à sa manière. Mais je dois avouer, pour être honnête, que si j'avais vu Nicolas Sarkozy dans les mêmes postures, je ne suis pas sûr que je les aurais appréciées. Avec notre nouveau président, non seulement elles passent mais on en est presque fier. C'est injuste mais c'est comme ça. La loterie de la vie. Les discriminations qu'opère la grâce. Elle est ici, mais pas là.

Maintenant on attend l'action du président.

______________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :
http://www.philippebilger.com/ 

(Mis en ligne le 1er Juillet 2017)
 

Articles similaires
Expertises psychiatriques pour Le Pen et Gilbert...Quand la Constitution se met à ressembler à un...L’arrogance et la suffisance des justiciers en...Souveraineté juridique de la France : une des...Dois-je m'excuser de travailler à Sud Radio...Kotarac quitte LFI : l'un des symptômes de...« Attaque » de l’Hôpital : le plus inquiétant fut...Non, tout le monde ne déteste pas la police !Aéroport de Toulouse : la procédure de...Le président et les Gilets jaunes font France...Révolution en Italie : les mots « parent 1 » et «...21% des Français satisfaits de la Justice :...France 2 : une chaine PUBLIQUE ne doit pas trier...Un antiracisme coupable du délit de bêtise...Casseurs: combien de temps va-t-on encore laisser...Vive le Sénat !Benalla et rôle du Sénat : les factieux ne sont...De la mort lente de la démocratie...Un président absent a toujours tort !La perversion de la généralisation, la facilité...Enfin des César réussis !La naïveté comme seule politique….Marianne, Simone Veil, et la montée sans fin de...A.Benalla : LE bodyguard qui voulait tutoyer les...1 796 condamnations, dont 316 à de la prison...Emmanuel Macron a osé suggérer : « L’État doit...L’Elysée et Matignon ne savent plus comment se...Que penser du projet de Loi anticasseurs ?Montesquieu banni ! De la fusion charnelle en...Benjamin Griveaux devrait parfois se... taire !Traité d'Aix la Chapelle : un affront au...Cesare Battisti : fin de la simili-cavale, et...Qui veut désarmer la Police ?Deux poids, deux mesures (suite) : cagnotte...Toute conviction est-elle une maladie ?Police, CRS : doit-on interdire le Flash-Ball® en...Que l'on sorte de l'affaire Benalla, et...Voitures brûlées à la Saint Sylvestre ? Zéro...Emmanuel Macron : coup d'Etat, an II ?Etienne Chouard mangerait-il les petits enfants ?Fragments épars d'une France déprimée...Emmanuel Macron dos au mur« Mur des cons » : mais où est l’impartialité de...Champs-Elysées (!) : honte, mais pour qui ?Acquittement de Coutances : la raison prise en...Ah! si Emmanuel Macron était Georges...La religion catholique ne reçoit pas que des...Général de CASTELNAU : comment il nomme Pétain en...France : la liberté d’expression bien mal en...Jair Bolsonaro : un coup de tonnerre ou une...Emmanuel Macron et les années 30 : ignorance et...Comment je n’ai pas « questionné » Marine Le...