Se connecterS'abonner en ligne

Fragments épars d'une France déprimée...

Référence de l'article : IJ7272
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(28 Décembre 2018)

Aucun espoir nulle part.
Christophe Guilluy qu'on dit victime de "l'universitairement correct" (Le Figaro) a été heureusement médiatiquement omniprésent. Son affirmation que "ce n'est plus au peuple d'écouter les prescripteurs d'opinion mais l'inverse" est juste mais n'est pas gaie. On ne peut plus avoir confiance en personne.
Un président de la République épuisé se voit empêché d'aller skier quelques jours à La Mongie parce que des Gilets jaunes seraient encore mobilisés et que cette accalmie pourrait les exciter. Ce que nous ne pouvons pas avoir, il ne doit pas y avoir droit. L'égalité par le bas, c'était le communisme !

Brigitte Macron, quant à elle, a été obligée de se justifier parce qu'elle s'est laissée photographier avec Marcel Campion et qu'elle n'a pas su lui dire non. Le bon sens a déserté le pays.
Il y a encore des Gilets jaunes pour nous annoncer sur un ton comminatoire d'autres Actes. Ils comptent faire du début de l'année nouvelle un décalque de la fin de l'année écoulée ? Un mouvement de plus en plus minoritaire qui n'a plus de demandes précises à formuler est évidemment très difficile à satisfaire. La parole donnée à tous sur cinq sujets principaux permettra-t-elle d'y voir plus clair ? Sinon ce sera l'impasse.

La gauche socialiste ne se relève pas. Les écologistes ne veulent pas de Ségolène Royal même à la deuxième place pour les élections européennes. Ils ont donc si peur qu'elle leur vole la vedette ?



François Hollande continue son tour de France. Grâce à son livre il aura plus séduit que le président qu'il a été et qu'il aspire à redevenir. Jean-Jacques Bourdin déclare que Ségolène Royal et lui "n'ont aucun avenir et que les Français n'en veulent pas". Dans ces temps où tous les repères sont troublés, il faut être précautionneux et ne pas croire que le futur fera forcément plaisir à ses désirs.

Jean-Luc Mélenchon n'aura pas eu une année 2018 particulièrement brillante. La France ne lui a pas su gré de son insoumission procédurale et habituée au tribun ne s'est plus contentée de ses éclats de voix et des perspectives apocalyptiques et bouleversantes qu'il promettait. Et il avait été si doux avec le président (d'avant les GJ) quand il l'avait rencontré de manière faussement fortuite à Marseille !

Un président de la République passé de la lumière des premiers temps à la discrétion obligatoire des derniers mois, haï, cherchant à restaurer un autre lien avec les Français parce que lui-même serait devenu autre : il se tue à le démontrer par son verbe et ses actes mais pour l'instant sans convaincre. Cette descente aux enfers est injuste et angoissante pour la nation. Car il est hors de question de laisser libre cours aux discours des factieux et de ceux pour lesquels la démocratie n'interdit rien, même le pire.

Emmanuel Macron joue de sa relation amicale avec Nicolas Sarkozy pour flatter ce dernier qui d'agité d'hier se campe en "vieux sage d'aujourd'hui" et surtout ruiner toute progression de Laurent Wauquiez à la tête des LR. Ce sont des manœuvres qui ne sont pas très saines et qui ne suffiront pas au président pour remonter la pente.

Le Rassemblement national qu'on imaginait quasiment coulé serait largement en tête aux élections européennes du mois de mai 2019 et il s'offrirait même le luxe de faire diriger sa liste par un jeune de 23 ans quand LR est encore en train d'hésiter entre fraîcheur et expérience.
La France est déprimée. Comment ne le serait-elle pas ?

Faut-il, pour faire surgir un peu d'enthousiasme artificiel, se rappeler que notre pays a besoin de s'approcher des catastrophes pour les éviter, de maudire ses dirigeants pour finir par les aimer et de craindre la révolution pour accepter les rares réformes indispensables ?

____________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :
https://www.philippebilger.com/ 
 
(Mis en ligne le 28  décembre 2018)



 

Articles similaires
Dois-je m'excuser de travailler à Sud Radio...Kotarac quitte LFI : l'un des symptômes de...« Attaque » de l’Hôpital : le plus inquiétant fut...Non, tout le monde ne déteste pas la police !Aéroport de Toulouse : la procédure de...Le président et les Gilets jaunes font France...Révolution en Italie : les mots « parent 1 » et «...21% des Français satisfaits de la Justice :...France 2 : une chaine PUBLIQUE ne doit pas trier...Un antiracisme coupable du délit de bêtise...Casseurs: combien de temps va-t-on encore laisser...Vive le Sénat !Benalla et rôle du Sénat : les factieux ne sont...De la mort lente de la démocratie...Un président absent a toujours tort !La perversion de la généralisation, la facilité...Enfin des César réussis !La naïveté comme seule politique….Marianne, Simone Veil, et la montée sans fin de...A.Benalla : LE bodyguard qui voulait tutoyer les...1 796 condamnations, dont 316 à de la prison...Emmanuel Macron a osé suggérer : « L’État doit...L’Elysée et Matignon ne savent plus comment se...Que penser du projet de Loi anticasseurs ?Montesquieu banni ! De la fusion charnelle en...Benjamin Griveaux devrait parfois se... taire !Traité d'Aix la Chapelle : un affront au...Cesare Battisti : fin de la simili-cavale, et...Qui veut désarmer la Police ?Deux poids, deux mesures (suite) : cagnotte...Toute conviction est-elle une maladie ?Police, CRS : doit-on interdire le Flash-Ball® en...Que l'on sorte de l'affaire Benalla, et...Voitures brûlées à la Saint Sylvestre ? Zéro...Emmanuel Macron : coup d'Etat, an II ?Etienne Chouard mangerait-il les petits enfants ?Emmanuel Macron dos au mur« Mur des cons » : mais où est l’impartialité de...Champs-Elysées (!) : honte, mais pour qui ?Acquittement de Coutances : la raison prise en...Ah! si Emmanuel Macron était Georges...La religion catholique ne reçoit pas que des...Général de CASTELNAU : comment il nomme Pétain en...France : la liberté d’expression bien mal en...Jair Bolsonaro : un coup de tonnerre ou une...Emmanuel Macron et les années 30 : ignorance et...Comment je n’ai pas « questionné » Marine Le...Onfray, Garcin et BHL : le jour et la nuit !Le genre, l'animal, la mort : quand la...Police, gendarmerie : suicides en forte hausseOutrage sexiste : ça y est, Chère Madame...Emmanuel Macron : ni Bonaparte, ni surtout pas de...