Se connecterS'abonner en ligne

Enfin Daniel Zagury vint !

Référence de l'article : IJ6334
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(23 Septembre 2017)


 

La mode est aux experts dans les domaines les plus divers. Du futile au grave, voire au tragique. Ils sont prétendus tels, on ne sait trop pourquoi, et en les qualifiant ainsi, on vise à leur donner une science, un savoir, une légitimité qui prêteraient à sourire s'ils ne s'appliquaient, par exemple, qu'au football !
Mais, heureusement, il y en a d'authentiques, de lumineux et quand ils se consacrent à la psychologie criminelle et aux personnalités absolument transgressives, ils ont un rôle capital. On attend leur conclusions avec une curiosité qui n'est pas malsaine mais impatiente de connaître ce qu'il en sera de la responsabilité pénale des mis en examen. Sera-t-elle considérée comme entière, altérée ou abolie ?

Le 4 avril 2017, à Paris dans le 11ème arrondissement, Sarah Halimi a été défenestrée en pleine nuit après avoir été frappée très violemment par Kobili Traoré, un voisin de 27 ans, qui criait "Allahou Akbar" et la traitait de "cheitan" (diable en arabe) "parce qu'elle était juive" (Le Monde).
A la suite de cette tragédie la communauté juive s'était émue du relatif silence médiatique et du fait que l'antisémitisme, selon elle au cœur de ce crime, était quasiment occulté. Des intellectuels lui avaient apporté leur soutien, déplorant la lenteur de la Justice et s'étonnant que l'agresseur ne soit pas encore jugé.

Responsabilité pénale non abolie, seulement altérée

Tout en partageant leur émotion, je ne pouvais valider leur ignorance puisque, une information ayant été ouverte pour homicide volontaire et Kobili Traoré mis en examen et incarcéré depuis la mi-juillet, il convenait d'attendre le rapport d'expertise psychiatrique - obligatoire en matière criminelle - qui indiquerait le degré de responsabilité de ce dernier d'autant plus qu'il avait été interné d'office après son interpellation. Il n'y avait donc nul atermoiement ou processus dilatoire même si on pouvait discuter alors l'absence de la circonstance aggravante d'antisémitisme dans l'incrimination.J'avais le 5 juin 2017 dans le Figaro Vox, sous le titre : L'affaire Sarah Halimi, et le 19 juillet 2017, sur mon blog, "Sarah Halimi : une affaire française ou israélienne", développé ces réflexions et ces explications critiques.

Au bout de cinq mois, le rapport de Daniel Zagury, expert dont personne ne discute la science, l'expérience, la finesse, la liberté et l'honnêteté, vient d'être remis au magistrat instructeur. Il semble répondre de manière convaincante aux interrogations légitimes et inévitables sur l'état mental de Kobili Traoré au moment de la commission de son acte. D'autant plus qu'après avoir laissé planer le doute, il ne semble pas qu'une demande de contre-expertise va être déposée par les conseils de la famille Halimi. Elle aurait été au demeurant tactiquement dangereuse.



Daniel Zagury conclut que la responsabilité pénale du mis en examen n'est pas abolie, mais seulement altérée. Par conséquent il pourra être jugé par une cour d'assises. L'expert, dans son analyse, évoque "une bouffée délirante aiguë... induite par l'augmentation de la consommation de cannabis - dix à quinze joints par jour".

J'incline à croire que cette responsabilité seulement partielle mais cependant indiscutable va soulager ceux qui pouvaient craindre une conclusion d'irresponsabilité empêchant toute comparution.
Cependant, un autre point capital a été abordé par Daniel Zagury. Celui de l'antisémitisme de Traoré. Pour l'expert il est rare qu'un acte soit à la fois délirant et antisémite. "Sans qu'il lui appartienne de se prononcer sur la qualification d'une infraction", son analyse s'efforce de relever la part du délire diabolique - la croyance folle en un diable et à son incarnation -, dans l'inspiration décisive du crime, ou celle de la haine antisémite.

Selon que les magistrats choisiront la première ou la seconde branche de l'alternative, la qualification ne retiendra pas ou retiendra la circonstance aggravante d'antisémitisme. Ce qui, dans le premier cas, reviendrait seulement à souligner que l'antisémitisme sans doute indiscutable de Traoré n'a pourtant pas été la cause exclusive de son acte.

Antisémitisme chez lui - selon ses cris de fureur - mêlant Allah et le diable qu'aurait été sa victime. Alors qu'il en est un autre, comme dans l'agression de Livry-Gargan, qui reprend la stigmatisation "ordinaire" du juif (ils ont de l'argent...) et qu'il existe enfin un antisémitisme "politique" lié à l'insoluble conflit de Moyen-Orient, sans qu'il faille pourtant accuser tout adversaire de l'Etat d'Israël ou du sionisme d'être forcément antisémite.

Je ne sais pas quelle sera l'issue de la procédure ni la peine qui sanctionnera le crime de Kobili Traoré. Ce qui m'importe avec ce billet est de démontrer que, quelle que soit l'horreur, rien n'est simple et que précipiter le mouvement au nom d'une indignation trop souvent ignorante aurait été une mauvaise démarche.

Il est heureux qu'un Daniel Zagury ait offert, à sa place et avec les limites qu'il s'assigne, une chance de se manifester à la vérité et à la Justice.
Enfin il vint, on peut le dire !

________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :
http://www.philippebilger.com/

 
(Mis en ligne le 23 Septembre 2017)
 

Articles similaires
Peut-on encore se promener nu chez soi ?Mourad Sadi : un innocent condamné trop vite, et...Juillet 2018 : pourquoi la loi « Fake news » est...Juillet 2018 : quand Laurent Fabius fait du droit...Juillet 2018 : trois agressions graves contre les...Le Conseil constitutionnel continue de piétiner...Xavier Bertrand : déclaration (non datée) de...Fête de la Musique très chic, très BCBG à...Jean-Jacques Urvoas proche de la roche Tarpéienne...Le football (JEU simple + esprit de COMPÉTITION )...Pour les Bleus malgré tout !Comptes de campagne de Macron : la tricherie...François Hollande rebat la campagne....!Droit au retour des djihadistes ? Mais, en quel...Violer la loi lorsque l’on ne risque rien est une...Mamoudou Gassama : derrière le moment de grâce,...Reconquérir la France !Jérôme Cahuzac : une lutte inoubliable contre la...Ainsi on peut frapper Robert Ménard impunément...François Hollande : un livre trop long et...Les 6 lieutenants de StalineUne épuration ethnique à bas bruit au pays...La Loi sur le secret des affaires vise, sans le...L’absolu ridicule à Sciences Po : rire ou...Françoise Nyssen, tant vantée, tant...L'amitié a-t-elle besoin de preuves ?Arnaud BELLE AME : l’acte d’un chrétien,...Un héros chasse les miasmes....Christiane Taubira revient : le cauchemar !Affaire Bertrand Cantat : réponse à Marie-Anne...Prisons : 7 000 places construites pendant le...Hidalgo : petit inventaire des bras...Haro sur les médias : quand l’infopinion a...Entretien avec Maître Régis de CASTELNAU: «...L'affaire Haziza - de Villaines revue sous...Qui peut jeter la première pierre à Laurent...Logement de Daech : Jawad Bendaoud relaxé !Affaire Nicolas Hulot : le deux poids deux...Questions à Laeticia Hallyday, par un admirateur...Salah Abdeslam : un Etat de droit qui se...Caroline de HAAS : la violence du néo-féminismeVive notre ministre de la Censure !Affaire Jonathann Daval : et si la ministre..."Les heures sombres": une remarquable...Je suis en crise, donc je suis !NDDL : un Macron capitulard, mais malinPourquoi refuser le retour d'autres peines...Le féminisme guerrier ou le triomphe de la pensée...Affaire Djouhri : comment ils se parlent !Faut-il vraiment interdire Russia Today en...Emmanuel Macron, ou le retour des ciseaux...Affaire Tron : la Justice devenue le nouveau...