Se connecterS'abonner en ligne

Enfin Daniel Zagury vint !

Référence de l'article : IJ6334
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(23 Septembre 2017)


 

La mode est aux experts dans les domaines les plus divers. Du futile au grave, voire au tragique. Ils sont prétendus tels, on ne sait trop pourquoi, et en les qualifiant ainsi, on vise à leur donner une science, un savoir, une légitimité qui prêteraient à sourire s'ils ne s'appliquaient, par exemple, qu'au football !
Mais, heureusement, il y en a d'authentiques, de lumineux et quand ils se consacrent à la psychologie criminelle et aux personnalités absolument transgressives, ils ont un rôle capital. On attend leur conclusions avec une curiosité qui n'est pas malsaine mais impatiente de connaître ce qu'il en sera de la responsabilité pénale des mis en examen. Sera-t-elle considérée comme entière, altérée ou abolie ?

Le 4 avril 2017, à Paris dans le 11ème arrondissement, Sarah Halimi a été défenestrée en pleine nuit après avoir été frappée très violemment par Kobili Traoré, un voisin de 27 ans, qui criait "Allahou Akbar" et la traitait de "cheitan" (diable en arabe) "parce qu'elle était juive" (Le Monde).
A la suite de cette tragédie la communauté juive s'était émue du relatif silence médiatique et du fait que l'antisémitisme, selon elle au cœur de ce crime, était quasiment occulté. Des intellectuels lui avaient apporté leur soutien, déplorant la lenteur de la Justice et s'étonnant que l'agresseur ne soit pas encore jugé.

Responsabilité pénale non abolie, seulement altérée

Tout en partageant leur émotion, je ne pouvais valider leur ignorance puisque, une information ayant été ouverte pour homicide volontaire et Kobili Traoré mis en examen et incarcéré depuis la mi-juillet, il convenait d'attendre le rapport d'expertise psychiatrique - obligatoire en matière criminelle - qui indiquerait le degré de responsabilité de ce dernier d'autant plus qu'il avait été interné d'office après son interpellation. Il n'y avait donc nul atermoiement ou processus dilatoire même si on pouvait discuter alors l'absence de la circonstance aggravante d'antisémitisme dans l'incrimination.J'avais le 5 juin 2017 dans le Figaro Vox, sous le titre : L'affaire Sarah Halimi, et le 19 juillet 2017, sur mon blog, "Sarah Halimi : une affaire française ou israélienne", développé ces réflexions et ces explications critiques.

Au bout de cinq mois, le rapport de Daniel Zagury, expert dont personne ne discute la science, l'expérience, la finesse, la liberté et l'honnêteté, vient d'être remis au magistrat instructeur. Il semble répondre de manière convaincante aux interrogations légitimes et inévitables sur l'état mental de Kobili Traoré au moment de la commission de son acte. D'autant plus qu'après avoir laissé planer le doute, il ne semble pas qu'une demande de contre-expertise va être déposée par les conseils de la famille Halimi. Elle aurait été au demeurant tactiquement dangereuse.



Daniel Zagury conclut que la responsabilité pénale du mis en examen n'est pas abolie, mais seulement altérée. Par conséquent il pourra être jugé par une cour d'assises. L'expert, dans son analyse, évoque "une bouffée délirante aiguë... induite par l'augmentation de la consommation de cannabis - dix à quinze joints par jour".

J'incline à croire que cette responsabilité seulement partielle mais cependant indiscutable va soulager ceux qui pouvaient craindre une conclusion d'irresponsabilité empêchant toute comparution.
Cependant, un autre point capital a été abordé par Daniel Zagury. Celui de l'antisémitisme de Traoré. Pour l'expert il est rare qu'un acte soit à la fois délirant et antisémite. "Sans qu'il lui appartienne de se prononcer sur la qualification d'une infraction", son analyse s'efforce de relever la part du délire diabolique - la croyance folle en un diable et à son incarnation -, dans l'inspiration décisive du crime, ou celle de la haine antisémite.

Selon que les magistrats choisiront la première ou la seconde branche de l'alternative, la qualification ne retiendra pas ou retiendra la circonstance aggravante d'antisémitisme. Ce qui, dans le premier cas, reviendrait seulement à souligner que l'antisémitisme sans doute indiscutable de Traoré n'a pourtant pas été la cause exclusive de son acte.

Antisémitisme chez lui - selon ses cris de fureur - mêlant Allah et le diable qu'aurait été sa victime. Alors qu'il en est un autre, comme dans l'agression de Livry-Gargan, qui reprend la stigmatisation "ordinaire" du juif (ils ont de l'argent...) et qu'il existe enfin un antisémitisme "politique" lié à l'insoluble conflit de Moyen-Orient, sans qu'il faille pourtant accuser tout adversaire de l'Etat d'Israël ou du sionisme d'être forcément antisémite.

Je ne sais pas quelle sera l'issue de la procédure ni la peine qui sanctionnera le crime de Kobili Traoré. Ce qui m'importe avec ce billet est de démontrer que, quelle que soit l'horreur, rien n'est simple et que précipiter le mouvement au nom d'une indignation trop souvent ignorante aurait été une mauvaise démarche.

Il est heureux qu'un Daniel Zagury ait offert, à sa place et avec les limites qu'il s'assigne, une chance de se manifester à la vérité et à la Justice.
Enfin il vint, on peut le dire !

________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :
http://www.philippebilger.com/

 
(Mis en ligne le 23 Septembre 2017)
 

Articles similaires
Dois-je m'excuser de travailler à Sud Radio...Kotarac quitte LFI : l'un des symptômes de...« Attaque » de l’Hôpital : le plus inquiétant fut...Non, tout le monde ne déteste pas la police !Aéroport de Toulouse : la procédure de...Le président et les Gilets jaunes font France...Révolution en Italie : les mots « parent 1 » et «...21% des Français satisfaits de la Justice :...France 2 : une chaine PUBLIQUE ne doit pas trier...Un antiracisme coupable du délit de bêtise...Casseurs: combien de temps va-t-on encore laisser...Vive le Sénat !Benalla et rôle du Sénat : les factieux ne sont...De la mort lente de la démocratie...Un président absent a toujours tort !La perversion de la généralisation, la facilité...Enfin des César réussis !La naïveté comme seule politique….Marianne, Simone Veil, et la montée sans fin de...A.Benalla : LE bodyguard qui voulait tutoyer les...1 796 condamnations, dont 316 à de la prison...Emmanuel Macron a osé suggérer : « L’État doit...L’Elysée et Matignon ne savent plus comment se...Que penser du projet de Loi anticasseurs ?Montesquieu banni ! De la fusion charnelle en...Benjamin Griveaux devrait parfois se... taire !Traité d'Aix la Chapelle : un affront au...Cesare Battisti : fin de la simili-cavale, et...Qui veut désarmer la Police ?Deux poids, deux mesures (suite) : cagnotte...Toute conviction est-elle une maladie ?Police, CRS : doit-on interdire le Flash-Ball® en...Que l'on sorte de l'affaire Benalla, et...Voitures brûlées à la Saint Sylvestre ? Zéro...Emmanuel Macron : coup d'Etat, an II ?Etienne Chouard mangerait-il les petits enfants ?Fragments épars d'une France déprimée...Emmanuel Macron dos au mur« Mur des cons » : mais où est l’impartialité de...Champs-Elysées (!) : honte, mais pour qui ?Acquittement de Coutances : la raison prise en...Ah! si Emmanuel Macron était Georges...La religion catholique ne reçoit pas que des...Général de CASTELNAU : comment il nomme Pétain en...France : la liberté d’expression bien mal en...Jair Bolsonaro : un coup de tonnerre ou une...Emmanuel Macron et les années 30 : ignorance et...Comment je n’ai pas « questionné » Marine Le...Onfray, Garcin et BHL : le jour et la nuit !Le genre, l'animal, la mort : quand la...Police, gendarmerie : suicides en forte hausseOutrage sexiste : ça y est, Chère Madame...