Se connecterS'abonner en ligne

Emploi fictif : la défense pitoyable d’Anne Hidalgo

Référence de l'article : IJ6409
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Serge FEDERBUSCH,Président du Parti des Libertés, élu Conseiller du 10ème Arr. de Paris en 2008, DG de la SEM du centre de Paris, Maîtrise de Droit Public, Ancien élève de l'ENA,(27 Octobre 2017)


Le journal « Capital » a révélé que le maire de Paris, Anne Hidalgo, a bénéficié d’un emploi fictif.
 
Longtemps bien seul, dès 2013, j’ai révélé aux Parisiens et aux Français qu’Anne Hidalgo avait bénéficié d’une scandaleuse retraite à l’âge de 52 ans tout en cumulant sa pension avec de grasses indemnités à la mairie de Paris.
Puis j’ai posé la question : qu’avait-elle bien pu faire au cabinet du Garde des sceaux, puis à l’Inspection du travail, tout en étant candidate aux élections et par la suite, première adjointe au maire de Paris ?

Sans compter qu’elle y a ajouté un mandat de conseiller régional en 2004.
Un cumul impossible à tenir physiquement, car il s’agit d’au moins deux, sinon trois activités à plein temps. C’est ce cumul qui lui a, du reste, permis de bénéficier d’une retraite aussi confortable qu’anticipée.

PAS DE RÉPONSE DE LA PART D’HIDALGO

Anne Hidalgo n’a pas cru devoir répondre.
Notre-drame-de-Paris, le très documenté livre d’Airy Routier et Nadia Le Brun, a reposé ces questions sans davantage obtenir de réponse.
Enfin, grâces lui en soient rendues, un journaliste courageux, Philippe Eliakim, vient dans Capital d’enfoncer le clou en détaillant la période où, entre 2000 et 2003, Hidalgo faisait campagne électorale puis était élue, alors qu’elle était censément membre d’un cabinet ministériel, puis retournée au ministère du Travail.
Hidalgo est désormais coincée et ne peut plus faire jouer la loi du silence.
Elle avance donc des explications vasouillardes et annonce qu’elle va porter plainte pour diffamation.

UNE CONTRE-OFFENSIVE FAIBLARDE

Mais sa contre-offensive ne tient pas la route.Explications …
Reprenons très synthétiquement les faits tels qu’on peut les établir en y intégrant les explications trouvées par Eliakim.
Jusqu’en avril 2002, l’inspectrice du travail en chef Anne Hidalgo a été mise à disposition du cabinet de Marylise Lebranchu, alors ministre de la Justice. Problème : après quelques semaines de travail à son arrivée en novembre 2000, « elle est partie faire sa campagne municipale, et on ne l’a pratiquement plus revue » indique un ancien conseiller cité par Capital.

UN SALAIRE À NE RIEN FAIRE

Après la défaite de Lionel Jospin à la présidentielle, Anne Hidalgo est ensuite officiellement réintégrée à la direction régionale du travail d’Ile-de-France et touche le salaire correspondant, sans pour autant y mettre les pieds poursuit le mensuel, qui poursuit :
Une situation qui prend finalement fin début 2003 sous pression du syndicat SUD-Travail qui s’était emparé du dossier, avait entamé des démarches auprès de la Cour des comptes, de la Commission des comptes de campagne, de la mairie de Paris et avait saisi la Cada (Commission d’accès aux documents administratifs).
Un arrêté du 7 janvier 2003 place Anne Hidalgo rétroactivement en détachement à la mairie de Paris et lui réclame le remboursement d’un peu plus de 21.000 euros, correspondant à ce qu’elle a perçu depuis la fin du cabinet Lebranchu.

UN CUMUL D’EMPLOIS IMPOSSIBLE

Il faut bien comprendre que, durant tout ce temps, le cumul d’emplois auquel elle s’est livrée est matériellement impossible.
Mais il faut pousser plus avant dans le temps les investigations de Capital car, en réalité, le scandale Hidalgo est loin de s’arrêter là.
Quand, en vertu des dispositions qui permettent à un fonctionnaire d’être détaché comme adjoint au maire d’une grande ville, Hidalgo n’est plus payée par l’État, à partir de 2003 donc, elle continue néanmoins à bénéficier des droits à l’avancement et à la retraite dans son corps d’origine.
C’est du fait de ces dispositions qu’elle a pu demander sa mise à la retraite avec autant d’annuités en 2012. Du coup, le cochon de payant, c’est-à-dire le contribuable français, lui verse depuis cette date une pension qu’elle cumule allègrement avec des indemnités de maire lesquelles, sous différentes formes, atteignent les 9.000 euros mensuels.

L’EXCUSE DU CONGÉ DE MATERNITÉ

C’est bien pire que tout ce qui a pu être reproché à Wauquiez récemment !
Tentant de contre-attaquer, Hidalgo s’enfonce.
Que dit-elle ?
Élue en mars 2001 et enceinte de son troisième enfant, elle a exercé son droit au congé maternité puis, au retour de son congé maternité, elle a demandé au ministère du Travail de la placer en position de détachement « avec cessation du paiement de sa rémunération, en raison de sa fonction de première adjointe au maire de Paris ».
 
Une demande qui a, dit-elle, été validée par un arrêté ministériel du 7 janvier 2003.L’entourage de Hidalgo, interrogé par LCI, tente d’argumenter un peu plus en précisant qu’en mars 2001, élue conseillère de Paris puis Première adjointe, Anne Hidalgo a « poursuivi en parallèle son activité professionnelle ».

En octobre 2001, elle a pris six mois de congé maternité « car il s’agissait de son troisième enfant ». En mai 2002, indique aussi son entourage, Anne Hidalgo a demandé « à être détachée sans solde en raison de sa fonction de Première adjointe », ce qui a été entériné par l’arrêté de janvier 2003. « Elle a évidemment reversé les salaires perçus entre sa demande et l’arrêté », conclut la Ville.

FADAISES !

Tout d’abord, jusqu’en octobre 2001, Hidalgo était selon Capital en campagne électorale ou élue de Paris tout en émargeant au cabinet de Lebranchu.
Ensuite, Hidalgo fait mine de croire que son congé maternité aurait comme interrompu son activité au ministère du Travail où elle était revenue besogner. Que nenni ! Elle est partie en congé maternité payée par le ministère alors pourtant qu’elle n’y travaillait plus depuis longtemps. Rappelons que le fonctionnaire en congé maternité garde son traitement indiciaire (à l’Inspection du travail pour ce qui la concerne) et sa nouvelle bonification indiciaire (NBI).
Enfin, elle ne dit évidemment rien de l’ancienneté qu’elle a continué à cumuler au ministère tout en étant détachée à la mairie, et qui lui a permis de bénéficier d’une retraite généreusement calculée.
Là où Hidalgo retrouve un sens du droit plus aigu, c’est pour souligner que les « faits sont prescrits » ! Quelle belle défense et quel merveilleux exemple de bonne foi et de probité !
À suivre …

_________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
https://www.contrepoints.org/2017/10/26/301804-emploi-fictif-defense-pitoyable-dhidalgo 
 
(Mis en ligne le 27 Octobre 2017)

Articles similaires
Expertises psychiatriques pour Le Pen et Gilbert...Quand la Constitution se met à ressembler à un...L’arrogance et la suffisance des justiciers en...Souveraineté juridique de la France : une des...Dois-je m'excuser de travailler à Sud Radio...Kotarac quitte LFI : l'un des symptômes de...« Attaque » de l’Hôpital : le plus inquiétant fut...Non, tout le monde ne déteste pas la police !Aéroport de Toulouse : la procédure de...Le président et les Gilets jaunes font France...Révolution en Italie : les mots « parent 1 » et «...21% des Français satisfaits de la Justice :...France 2 : une chaine PUBLIQUE ne doit pas trier...Un antiracisme coupable du délit de bêtise...Casseurs: combien de temps va-t-on encore laisser...Vive le Sénat !Benalla et rôle du Sénat : les factieux ne sont...De la mort lente de la démocratie...Un président absent a toujours tort !La perversion de la généralisation, la facilité...Enfin des César réussis !La naïveté comme seule politique….Marianne, Simone Veil, et la montée sans fin de...A.Benalla : LE bodyguard qui voulait tutoyer les...1 796 condamnations, dont 316 à de la prison...Emmanuel Macron a osé suggérer : « L’État doit...L’Elysée et Matignon ne savent plus comment se...Que penser du projet de Loi anticasseurs ?Montesquieu banni ! De la fusion charnelle en...Benjamin Griveaux devrait parfois se... taire !Traité d'Aix la Chapelle : un affront au...Cesare Battisti : fin de la simili-cavale, et...Qui veut désarmer la Police ?Deux poids, deux mesures (suite) : cagnotte...Toute conviction est-elle une maladie ?Police, CRS : doit-on interdire le Flash-Ball® en...Que l'on sorte de l'affaire Benalla, et...Voitures brûlées à la Saint Sylvestre ? Zéro...Emmanuel Macron : coup d'Etat, an II ?Etienne Chouard mangerait-il les petits enfants ?Fragments épars d'une France déprimée...Emmanuel Macron dos au mur« Mur des cons » : mais où est l’impartialité de...Champs-Elysées (!) : honte, mais pour qui ?Acquittement de Coutances : la raison prise en...Ah! si Emmanuel Macron était Georges...La religion catholique ne reçoit pas que des...Général de CASTELNAU : comment il nomme Pétain en...France : la liberté d’expression bien mal en...Jair Bolsonaro : un coup de tonnerre ou une...Emmanuel Macron et les années 30 : ignorance et...Comment je n’ai pas « questionné » Marine Le...