Se connecterS'abonner en ligne

Ainsi il n'était pas immortel !

Référence de l'article : IJ6511
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(8 Décembre 2017)


Du vivant d'une personnalité illustre et à peu près célébrée par tous, on a le droit de dire ce qu'on pense d'elle. On a le devoir, entre ombres et lumières, de faire le tri, de formuler des réserves ou de s'enthousiasmer comme on l'entend sans suivre forcément l'opinion commune. On a peut-être tort mais peu importe. Je ne renie aucun de mes billets à son sujet mais quelle acidité infinitésimale dans un océan de gloire et d'intelligence, quand il était là, présent, disponible, heureux sur tous les fronts !

Comme il l'a si lucidement déclaré un jour à Frédéric Beigbeder, "à sa mort on pourra juger son œuvre" parce qu'elle sera en quelque sorte débarrassée de son auteur (France CultureLe Figaro). J'aime qu'il ait toujours eu cette assurance sans morgue, cette ironie tendre et spirituelle sur les choses de la vie, sur les privilèges de sa classe, sur les grandeurs et les ridicules de cette aristocratie qui lui allait si bien, si mal... Il me semble qu'il ne surestimait pas ses livres - ce qui est le meilleur moyen pour en sauver de l'oubli ou de l'indifférence - mais portait au plus haut la littérature dont il est toujours parvenu à nous démontrer qu'elle était une merveilleuse grille de lecture du monde, à toutes les époques et sous toutes ses facettes.



Partisan mais tolérant, jamais coupable de sérieux mais ayant le sens du tragique, caustique mais aimable, léger mais profond, omniprésent mais pudique, volubile sur soi mais empli d'estime et d'admiration sincères pour ceux qui le dépassaient, agaçant peut-être mais incroyablement divers, échappant au jeunisme mais si royalement, authentiquement jeune, curieux, vif - j'ose aujourd'hui cet adjectif -, admis partout, à l'aise avec tous, accordé à tous les milieux parce que n'ayant de mépris pour personne, il étincelait, éblouissait, rayonnait et gardait pour lui les démons que son extrême intelligence et sa sensibilité ne devaient pas manquer de faire surgir dans ses tréfonds. Doué pour le bonheur certes mais n'ignorant pas, j'en suis sûr, à partir de lui, que la condition humaine était, selon sa belle expression, "une fête en larmes", drôle à pleurer.

Jean d'Ormesson a eu une existence tellement intense, riche, immense, désinvolte et grave, si éclatante et en définitive si respectée qu'on pourrait souhaiter, pour rendre hommage à ce qu'elle a été, à ce qu'il fut, par contraste, le silence, le recueillement, la simple mémoire nue.
C'est déjà l'inverse. Evidemment.
Dans toutes les émotions, ce saisissement : ainsi Jean d'Ormesson n'était pas immortel...

_________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :

http://www.philippebilger.com/

(Mis en ligne le 8 décembre 2017)
 
 

Articles similaires
Jérôme Cahuzac : une lutte inoubliable contre la...Ainsi on peut frapper Robert Ménard impunément...François Hollande : un livre trop long et...Les 6 lieutenants de StalineUne épuration ethnique à bas bruit au pays...La Loi sur le secret des affaires vise, sans le...L’absolu ridicule à Sciences Po : rire ou...Françoise Nyssen, tant vantée, tant...L'amitié a-t-elle besoin de preuves ?Arnaud BELLE AME : l’acte d’un chrétien,...Un héros chasse les miasmes....Christiane Taubira revient : le cauchemar !Affaire Bertrand Cantat : réponse à Marie-Anne...Prisons : 7 000 places construites pendant le...Hidalgo : petit inventaire des bras...Haro sur les médias : quand l’infopinion a...Entretien avec Maître Régis de CASTELNAU: «...L'affaire Haziza - de Villaines revue sous...Qui peut jeter la première pierre à Laurent...Logement de Daech : Jawad Bendaoud relaxé !Affaire Nicolas Hulot : le deux poids deux...Questions à Laeticia Hallyday, par un admirateur...Salah Abdeslam : un Etat de droit qui se...Caroline de HAAS : la violence du néo-féminismeVive notre ministre de la Censure !Affaire Jonathann Daval : et si la ministre..."Les heures sombres": une remarquable...Je suis en crise, donc je suis !NDDL : un Macron capitulard, mais malinPourquoi refuser le retour d'autres peines...Le féminisme guerrier ou le triomphe de la pensée...Affaire Djouhri : comment ils se parlent !Faut-il vraiment interdire Russia Today en...Emmanuel Macron, ou le retour des ciseaux...Affaire Tron : la Justice devenue le nouveau...Les humoristes au bûcher !Affaire Urvoas Solère : Filochard et Ribouldingue...Johnny Hallyday : rock n'roll gratitudeHarcèlement : Macron fait des tweets. Jacques...Les fulgurantes évidences de Michel...Prière du Pater noster : Raphaël Enthoven...Les deux mains d’Emmanuel Macron : l’une de fer,...Acquittement de Melun : s'indigner sans...Eric Dupond-Moretti n'est pas Abdelkader...Harcèlement sexuel: l'exception sexuelle du...Frédéric Taddéï : affinité médiatique et...De nouvelles règles pour la Légion d'honneur...Verdict Merah : si ce n'est pas lui,...Laurent Wauquiez : du neuf est obligatoireLes sondages : le risque de l'être ou le...Emploi fictif : la défense pitoyable d’Anne...Ce que je pense d'Emmanuel Macron....