Se connecterS'abonner en ligne

Ainsi il n'était pas immortel !

Référence de l'article : IJ6511
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Philippe BILGER,Magistrat honoraire, Président de l'Institut de la parole, Ancien avocat général à la Cour d'assises de Paris,(8 Décembre 2017)


Du vivant d'une personnalité illustre et à peu près célébrée par tous, on a le droit de dire ce qu'on pense d'elle. On a le devoir, entre ombres et lumières, de faire le tri, de formuler des réserves ou de s'enthousiasmer comme on l'entend sans suivre forcément l'opinion commune. On a peut-être tort mais peu importe. Je ne renie aucun de mes billets à son sujet mais quelle acidité infinitésimale dans un océan de gloire et d'intelligence, quand il était là, présent, disponible, heureux sur tous les fronts !

Comme il l'a si lucidement déclaré un jour à Frédéric Beigbeder, "à sa mort on pourra juger son œuvre" parce qu'elle sera en quelque sorte débarrassée de son auteur (France CultureLe Figaro). J'aime qu'il ait toujours eu cette assurance sans morgue, cette ironie tendre et spirituelle sur les choses de la vie, sur les privilèges de sa classe, sur les grandeurs et les ridicules de cette aristocratie qui lui allait si bien, si mal... Il me semble qu'il ne surestimait pas ses livres - ce qui est le meilleur moyen pour en sauver de l'oubli ou de l'indifférence - mais portait au plus haut la littérature dont il est toujours parvenu à nous démontrer qu'elle était une merveilleuse grille de lecture du monde, à toutes les époques et sous toutes ses facettes.



Partisan mais tolérant, jamais coupable de sérieux mais ayant le sens du tragique, caustique mais aimable, léger mais profond, omniprésent mais pudique, volubile sur soi mais empli d'estime et d'admiration sincères pour ceux qui le dépassaient, agaçant peut-être mais incroyablement divers, échappant au jeunisme mais si royalement, authentiquement jeune, curieux, vif - j'ose aujourd'hui cet adjectif -, admis partout, à l'aise avec tous, accordé à tous les milieux parce que n'ayant de mépris pour personne, il étincelait, éblouissait, rayonnait et gardait pour lui les démons que son extrême intelligence et sa sensibilité ne devaient pas manquer de faire surgir dans ses tréfonds. Doué pour le bonheur certes mais n'ignorant pas, j'en suis sûr, à partir de lui, que la condition humaine était, selon sa belle expression, "une fête en larmes", drôle à pleurer.

Jean d'Ormesson a eu une existence tellement intense, riche, immense, désinvolte et grave, si éclatante et en définitive si respectée qu'on pourrait souhaiter, pour rendre hommage à ce qu'elle a été, à ce qu'il fut, par contraste, le silence, le recueillement, la simple mémoire nue.
C'est déjà l'inverse. Evidemment.
Dans toutes les émotions, ce saisissement : ainsi Jean d'Ormesson n'était pas immortel...

_________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'Auteur :

http://www.philippebilger.com/

(Mis en ligne le 8 décembre 2017)
 
 

Articles similaires
De la mort lente de la démocratie...Un président absent a toujours tort !La perversion de la généralisation, la facilité...Enfin des César réussis !La naïveté comme seule politique….Marianne, Simone Veil, et la montée sans fin de...A.Benalla : LE bodyguard qui voulait tutoyer les...1 796 condamnations, dont 316 à de la prison...Emmanuel Macron a osé suggérer : « L’État doit...L’Elysée et Matignon ne savent plus comment se...Que penser du projet de Loi anticasseurs ?Montesquieu banni ! De la fusion charnelle en...Benjamin Griveaux devrait parfois se... taire !Traité d'Aix la Chapelle : un affront au...Cesare Battisti : fin de la simili-cavale, et...Qui veut désarmer la Police ?Deux poids, deux mesures (suite) : cagnotte...Toute conviction est-elle une maladie ?Police, CRS : doit-on interdire le Flash-Ball® en...Que l'on sorte de l'affaire Benalla, et...Voitures brûlées à la Saint Sylvestre ? Zéro...Emmanuel Macron : coup d'Etat, an II ?Etienne Chouard mangerait-il les petits enfants ?Fragments épars d'une France déprimée...Emmanuel Macron dos au mur« Mur des cons » : mais où est l’impartialité de...Champs-Elysées (!) : honte, mais pour qui ?Acquittement de Coutances : la raison prise en...Ah! si Emmanuel Macron était Georges...La religion catholique ne reçoit pas que des...Général de CASTELNAU : comment il nomme Pétain en...France : la liberté d’expression bien mal en...Jair Bolsonaro : un coup de tonnerre ou une...Emmanuel Macron et les années 30 : ignorance et...Comment je n’ai pas « questionné » Marine Le...Onfray, Garcin et BHL : le jour et la nuit !Le genre, l'animal, la mort : quand la...Police, gendarmerie : suicides en forte hausseOutrage sexiste : ça y est, Chère Madame...Emmanuel Macron : ni Bonaparte, ni surtout pas de..."Metoo" contre l'état de droit:...Charles Aznavour avait-il lu Destin français...Succession du Procureur François Molins :...Téléfilm Sauvage sur TF1 : autopsie d’une...Il ne faut pas libérer Jean-Claude Romand...Et maintenant, une expertise psychiatrique : la...Affaire Méric : quand la Justice prend des...L'insécurité ou Ubu en République !Affaire Darmanin : le droit pénal pour les NulsEncore et toujours Frédéric Taddéi !Emmanuel Macron en marche... sur les pas de...USA, France, Italie : la justice pénale contre le...