Se connecterS'abonner en ligne

Pourquoi Trump veut disloquer l'Europe

Référence de l'article : IG7633
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,Directeur des synthèses,XERFI (21 Juin 2019)

L’Amérique de Trump n’a pas lancé de grande offensive ouverte contre l’UE. Nous en sommes aujourd’hui au stade de la guérilla verbale, sur fronts multiples, avec une alternance de chaud et de froid dont est coutumier le Président américain :



Menaces de représailles sur les subventions à Airbus, allongement de la liste des produits exposés à des menaces de droits de douane supplémentaires : l’automobile d’abord, dont les importations mettraient en péril la sécurité nationale (sic) des États-Unis, selon un rapport du Département du commerce, l’aéronautique, mais aussi toute une série de produits alimentaires emblématiques, disséminant la menace sur tous les pays européens : les filets de saumon pour le nord de l’Europe, les fromages et les vins pour la France, ainsi que les fruits, l'huile d'olive ou les steaks d'espadon pour le sud.

Soutien au « Brexit dur », assorti d’une promesse d’un accord de libre-échange historique avec le Royaume-Uni et d’un encouragement de ce dernier à ne pas s’acquitter de la somme de 50 milliards correspondant à leurs engagements budgétaires à l’égard de l’UE. Soutien appuyé aux leaders nationalistes européens, stigmatisation de la politique migratoire européenne, etc.  

Les Européens, fragilisés, tiraillés par des forces centrifuges multiples, sont en droit de se demander l’intention véritable derrière cette offensive à tout-va.



Les Américains mènent-ils une simple stratégie de pression, pour faire aboutir un nouvel accord commercial plus favorable, comme ils l’ont fait avec le Canada et le Mexique ? Où cherchent-ils plus radicalement à accélérer le processus de décomposition de l’UE au moment où cette dernière est le plus vulnérable et incapable d’organiser la riposte ?

Dans l’optique pro-business américain de Trump, on pourrait penser que le problème numéro 1 des États-Unis est d’abord affaiblir les concurrents qui les laminent sur les marchés internationaux.



La photographie des déficits commerciaux en 2018 offre a priori un verdict sans appel. La Chine contribue à 47 % du déficit commercial américain et l’UE à 19%... A elles deux, ces puissances participent aux deux-tiers des déboires commerciaux américains. Ce sont les deux blocs à abattre, au plan économique et politique. 
Mais cette vision est beaucoup trop sommaire.



Car l’UE, c’est aussi le premier excédent en matière de services pour les États-Unis, et surtout la première source de revenus primaires du Monde pour les États-Unis. Première zone d’investissement pour les agents privés américains, l’UE est en effet à l’origine de 118 milliards d’excédent de revenus, soit plus de 48 % des entrées nettes sur le territoire américain. Et au total,



la balance des flux de biens, de services et de revenus est équilibrée entre les États-Unis et l’UE, contrairement à la Chine, au Japon ou au Mexique. Cette configuration fait que la stabilité et la dynamique intérieure de la zone, demeure un atout pour les États-Unis. La guerre commerciale a, de ce point de vue, de bonnes raisons de demeurer circonscrite.

Reste la question du rôle stratégique de l’UE, face à la guerre qui s’engage entre les États-Unis et la Chine sur le leadership technologique et capitalistique du monde. L’UE, en l’état, puissance économique, mais nain diplomatique, ayant pris comme cheval de bataille la question de la transition écologique est



un maillon faible, voire un empêcheur  plus qu’un allié, dans la tentative américaine d’endiguement de la Chine et d’isolement de la Russie. Sur ce terrain, la tentation américaine est incontestablement de disloquer les solidarités européennes et d’accroître leur emprise une somme de pays, petits ou intermédiaires, divisés, se raidissant sur la protection de leurs frontières, et sans le projet commun de se constituer en troisième protagoniste face au duopole sino-américain.

Et c’est bien ce qui se joue aujourd’hui. Soit l’UE dépasse ses frictions, pour relancer son projet en tant que protagoniste d’un jeu trilatéral, jouant inévitablement une partie ambiguë entre les États-Unis et la Chine, soit elle se laisse submerger par ses dissensions, pour devenir une constellation d’États, dans l’orbite du pivot américain.  

______________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Vidéo :
https://www.xerficanal.com/economie/emission/Olivier-Passet-Pourquoi-Trump-veut-il-disloquer-l-Europe_3747401.html 
 
(Mis en ligne le 21 Juin 2019)
 
 

Articles similaires
Récession : seule la date de son début est...G7 : les prix augmentent (actions, obligations et...Facebook, un État plus peuplé que la Chine et...Déficits des balances courantes : les créanciers...Cybersécurité : la « stratégie du sabre laser» au...Les États-Unis rejettent de fait la justice...La taxe GAFA : une mini réponse à un maxi...L’OCDE, ainsi que 90 autres pays, travaillent à...USA-Chine : vers un Yalta mi-commercial,...Quelle est la première puissance industrielle :...Inégalités mondiales : la célèbre courbe de...Davos : de nombreuses analyses à côté de la...Chine et Égypte : un partenariat stratégique...Pour une réforme de la vague actuelle de..."Trump et Xi Jinping : les apprentis...À qui profite vraiment l’aide au développement...Les effets macro du protectionnisme américain...Le nouvel ordre mondial, selon Donald TrumpL’autre raison majeure, peu connue, de la crise...« Les sanctions économiques ? Une guerre qui ne...Les Pays émergents pourraient-ils affaiblir la...Le yuan glisse, glisse...Jusqu'où ?...La guerre économique, vue du côté de Trump:...Bilan de quelques exemples de taxes à...Mondialisation : les raisons du reflux en coursQue penser de la théorie du « ruissellement »...Les 3 raisons qui expliquent la stagnation des...Si la guerre commerciale déclenchée par Trump...Trump ou « le nouveau désordre mondial »Rôle de l’ONU : D.Trump, E.Macron et T.May ont...USA, Chine, Japon, UE : qui est davantage...Déséquilibres commerciaux, GAFA et numérique : 3...Protectionnisme est-il forcément synonyme...2018 : sous la reprise, les dégâts profonds de...USA-Chine : comment dessiner les contours de...Les USA empêchent la France de vendre 12 Rafale à...2018 sera-telle l'année de la sortie de la...Une croissance trop forte des inégalités freine...Résumé des facteurs générant de la compétition...Les sanctions américaines ne sont qu'un...Dernier opus de Dani Rodrik : comment corriger...USA et UK affaiblis, la France et l’Allemagne...Londres et Manchester: 3 attentats, 3 conclusionsLa stagnation séculaire redevient-elle le...Pourquoi investir rapidement 10 milliards€ de...Les 7 règles du capitalisme au XXIe siècleUSA-Royaume-Uni : la tentation du cocon...Le protectionnisme peut-il s'appliquer à...Les classes moyennes européennes et américaines,...Les classes moyennes européennes et américaines,...Retour du protectionnisme ? Davantage...L'ONU : encore un marécage à assainir pour...