Se connecterS'abonner en ligne

Nous sommes en plein dans la 3ème phase de la grande crise

Référence de l'article : IG4036
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,XERFI (22 oct 14)


Par déficit de coordination et par myopie, l’Europe et le monde sont entrés dans la troisième phase de la crise mondiale qui les déstabilise depuis 2008. Une crise qui a pris racine dans un excès d’épargne mondiale
un déficit chronique de demande donc, et dont chaque étape, chaque complication successive, révèle le vrai visage et la profondeur.
La première manifestation de la crise fut l’explosion de la bulle de crédit aux Etats-Unis,


Ce premier épisode a sanctionné les limites du rééquilibrage de la croissance mondiale par les sur-consommateurs américains.



La seconde est celle des dettes souveraines qui a pris une tournure catastrophique au Sud de l’Europe. Elle a marqué les limites du rééquilibrage de la demande par l’endettement public


La troisième phase, qui se précise jour après jour, est celle des débouchés et de la déflation.
Cette troisième phase était inscrite, je viens de le dire, dans les gènes de la crise dès le commencement. Mais elle ne prend corps pleinement qu’aujourd’hui, sanctionnant le fait que pendant 6 ans les gouvernements se sont attaqués aux symptômes et non aux causes profondes du mal.

Et sa gravité se précisera d’autant plus que sur le gâteau de plus en plus étroit des débouchés, les pays sont entrés en lutte, cédant aux stratégies néo-mercantilistes non coopératives.
Et à ce jeu de surenchère sur l’offre, deux pays ont gagné la bataille : les Etats-Unis et l’Allemagne.

Revers de la médaille cependant, en surmontant l’adversité, ils se sont imposés comme modèles de règlement de la crise et chaque pays s’est aligné sur ce qui faisait figure de stratégie gagnante. Modérer sa demande et doper la compétitivité de son offre,par des dévaluations interne ou externe, et par une réduction de ses chaînes de valeur pour renforcer son territoire.
Chaque région du monde a de la sorte participé au renforcement du déséquilibre initial entre l’offre et la demande.
Les États-Unis et l’Allemagne ont ainsi remporté une bataille, mais ils n’ont pas remporté la guerre. L’extension de la crise des débouchés est en train de se refermer sur eux comme un piège.

Le basculement allemand est maintenant manifeste. Mais le cavalier seul des Etats-Unis suscite également de plus en plus d’inquiétude.

Le fait que le mouvement de réappréciation du dollar se soit interrompu est symptomatique du manque de confiance sur la possibilité de cette économie d’emporter le reste du monde dans son sillage.
Résultat, l’Allemagne,

aveuglée et enivrée par le fait de toucher le point de nirvana que constitue pour ses dirigeants le déficit budgétaire zéro est  en passe de faire basculer l’Europe entière dans une déflation longue. Et les Etats-Unis, redevenus les leader d’un instant, rattrapés par la crise des émergents et de l’Europe, et donc  l’affaiblissement de la demande mondiale, risquent d’être de moins en moins en mesure de jouer les sauveurs de la reprise.

Seule issue possible, une relance coordonnée des demandes intérieures à échelle mondiale, autant dire que l’espoir de s’arracher du scénario noir devient de plus en plus ténu...

Nota : cet article est également disponible en version video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-La-3eme-phase-de-la-grande-crise_1941.html

(Mis en ligne le 24 octobre 2014)
Articles similaires
USA et UK affaiblis, la France et l’Allemagne...Londres et Manchester: 3 attentats, 3 conclusionsLa stagnation séculaire redevient-elle le...Pourquoi investir rapidement 10 milliards€ de...Les 7 règles du capitalisme au XXIe siècleUSA-Royaume-Uni : la tentation du cocon...Le protectionnisme peut-il s'appliquer à...Les classes moyennes européennes et américaines,...Les classes moyennes européennes et américaines,...Retour du protectionnisme ? Davantage...L'ONU : encore un marécage à assainir pour...La grande révolte des classes moyennesCommentaires approfondis du tweet : "Un...Les conséquences géopolitiques de l’élection de...François HOLLANDE : un Président insignifiant ou...Mettre fin à Bretton Woods: une bien mauvaise...Protectionnismes sans frontières : les...Le dogme ultra-libéral, c'est fini !Ouf ! De 47% d'emplois supprimés, on...Pourquoi les rémunérations des grands patrons...Relocaliser pour se réindustrialiser :...L’économie du triple zéro : inflation, taux...Apple contre le FBI : le bras de fer risque de...Désarroi des classes moyennes et montée des...Et maintenant: en route vers la démondialisation...Le gagnant rafle tout: bienvenue chez GOOGLELe Bilan de la COP21, vu du côté des...Taux, changes, Pétrole, OR, PIB, inflation: bilan...Marché transatlantique, 11ème round : des...L'efficacité dans l'incertitudeDéfense : les milliards ne suffisent plusCommentaires d'un Ancien DG de société du...Menaces de krach : les risques d'éruption du...Missiles russes lancés depuis la Caspienne:...L'alibi chinois masque le mouvement de...L'austérité, preuves en mains, booste la...Les 3 mensonges de la FinanceArmes imprimées 3D: difficile à contrôler !Echapperez-vous à l'Ubérisation de VOTRE job...USA, Chine, Europe : un match à 3, ou un match à...Que signifie le dégel des relations diplomatiques...Faiblesse de la productivité, talon d’Achille du...Le déficit le plus grave, c'est celui de la...Un véritable système monétaire international est...Programme Darpa : bienvenue dans un nouveau...Quels sont les droits et les devoirs d’un Pays,...Croissance 2015 : les pays avancés relèvent la...Quels sont les pays qui ont le mieux traversé la...On sait baisser le chômage sans croissance:...Comment faire pour augmenter la production...Gouvernement Mondial ou Gouvernance Mondiale ?Perspectives 2015 pour l'économie mondiale :...