Se connecterS'abonner en ligne

Lu pour vous : Making in America, de Suzanne Berger

Référence de l'article : IG3494
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Aurélien DUTHOIT,XERFI

On ne sort jamais indemne de l’externalisation de compétences clefs. C’est le message central de Suzanne Berger dans le livre Making in America. Avec les équipes du MIT, qui ont fait des centaines d’entretiens directs avec des dirigeants d’entreprise, elle a dressé un diagnostic précis des maux qui ont rongé l’industrie américaine ces dernières décennies. L’externalisation de la production au grand-large y apparait comme l’un des moteurs les plus dévastateurs, une leçon que l’on pourrait tout autant appliquer à la France, tant les stratégies de nos grands groupes présentent des points de similitude avec leurs confrères américains.

Avec les effets conjugués de la fin du communisme et des accords de libre-échange,  des centaines de millions de travailleurs bon marché sont entrés sur le marché mondial du travail en Asie, en Europe de l’Est et en Amérique du Sud. La baisse du coût du travail a encouragé l’externalisation à outrance de maillons entiers de la chaîne de valeur. Mais l’impact sur les processes de production va bien au-delà du simple bilan comptable sur l’emploi ou les déficits des balances commerciales, c’est ce que conclut cette analyse implacable.

Premièrement, quand une entreprise externalise sa production, l'effet d'apprentissage lié à la proximité entre la recherche, le développement et la production se réduit considérablement. Or, exemples à l'appui, Making in America souligne que les allers-retours entre laboratoire et usine sont décisifs pour l’innovation incrémentale, pour améliorer non seulement le processus de production, mais aussi les fonctionnalités et les caractéristiques du produit.

Deuxièmement, quand la production part au grand large, c’est tout l'écosystème industriel local qui s'appauvrit, entrainant le tarissement du potentiel d'innovation. Ainsi, quand une start-up industrielle se rend compte que ses fournisseurs potentiels sont tous en Asie, la tentation est grande d'y localiser la production, précisément parce que les interactions entre R&D et production sont décisives pour passer à la production en série.

Troisièmement, les compétences parties off-shore ne sont pas perdues pour tout le monde, loin de là.

En Chine notamment, des entreprises autrefois sous-traitantes dans les hautes technologies sont devenues expertes dans l'art de concevoir des systèmes de production. Mieux, certaines d'entre elles ont capitalisé sur ce savoir-faire pour inonder les marchés internationaux de produits parfois supérieurs à ceux de firmes occidentales, avec des prix imbattables ou des fonctionnalités à forte valeur ajoutée nées de l'émulation entre R&D et production.

Ce que nous dit Suzanne Berger, c’est que les concepts de core business et d'offshoring appliqués à l'extrême ont accéléré le déclin de l'industrie américaine. Une tentation fatale à laquelle ont beaucoup moins succombé les Allemands, mais dans laquelle sont tombées nombre de grandes entreprises françaises. Tout comme les Etats-Unis, la France a disposé de grands champions industriels dont la production a quitté le territoire. Plusieurs d’entre eux n’existent plus, où sont passés sous contrôle étranger.

Avec la tentation du fabless, de la production sans usine, nous avons non seulement perdu des unités de production sur le territoire national, mais aussi les effets d’expérience liés à la proximité et à la communication des équipes. C’est ainsi que champions français et américains ont gâché leur savoir-faire dans  la transformation de leur R&D en produits et en optimisation du process de production. Et bien sûr, dans le même temps, leurs fournisseurs mettaient eux aussi la clef sous la porte, tandis que leurs sous-traitants du grand large devenaient de véritables concurrents.

Making in America, c’est un livre à lire et sur lequel méditer. En délocalisant des maillons entiers de notre de chaîne de valeur vers les pays à bas salaires, nous avons certes baissé les coûts. Mais nous avons aussi perdu une expérience essentielle pour passer de l’idée au produit industriel. En voulant à tout prix améliorer la rentabilité à court terme, nous avons à long terme transmis un savoir-faire stratégique à de nouveaux concurrents. En perdant la proximité, c’est tout un écosystème productif que nous avons détruit.

Nota: cet article est également disponible en version video : http://www.xerficanal.com/emission/Aurelien-Duthoit_Making-in-America-de-Suzanne-Berger_1471.html

(Rédigé le 26 Mars 2014)
Articles similaires
Facebook, un État plus peuplé que la Chine et...Pourquoi Trump veut disloquer l'EuropeDéficits des balances courantes : les créanciers...Cybersécurité : la « stratégie du sabre laser» au...Les États-Unis rejettent de fait la justice...La taxe GAFA : une mini réponse à un maxi...L’OCDE, ainsi que 90 autres pays, travaillent à...USA-Chine : vers un Yalta mi-commercial,...Quelle est la première puissance industrielle :...Inégalités mondiales : la célèbre courbe de...Davos : de nombreuses analyses à côté de la...Chine et Égypte : un partenariat stratégique...Pour une réforme de la vague actuelle de..."Trump et Xi Jinping : les apprentis...À qui profite vraiment l’aide au développement...Les effets macro du protectionnisme américain...Le nouvel ordre mondial, selon Donald TrumpL’autre raison majeure, peu connue, de la crise...« Les sanctions économiques ? Une guerre qui ne...Les Pays émergents pourraient-ils affaiblir la...Le yuan glisse, glisse...Jusqu'où ?...La guerre économique, vue du côté de Trump:...Bilan de quelques exemples de taxes à...Mondialisation : les raisons du reflux en coursQue penser de la théorie du « ruissellement »...Les 3 raisons qui expliquent la stagnation des...Si la guerre commerciale déclenchée par Trump...Trump ou « le nouveau désordre mondial »Rôle de l’ONU : D.Trump, E.Macron et T.May ont...USA, Chine, Japon, UE : qui est davantage...Déséquilibres commerciaux, GAFA et numérique : 3...Protectionnisme est-il forcément synonyme...2018 : sous la reprise, les dégâts profonds de...USA-Chine : comment dessiner les contours de...Les USA empêchent la France de vendre 12 Rafale à...2018 sera-telle l'année de la sortie de la...Une croissance trop forte des inégalités freine...Résumé des facteurs générant de la compétition...Les sanctions américaines ne sont qu'un...Dernier opus de Dani Rodrik : comment corriger...USA et UK affaiblis, la France et l’Allemagne...Londres et Manchester: 3 attentats, 3 conclusionsLa stagnation séculaire redevient-elle le...Pourquoi investir rapidement 10 milliards€ de...Les 7 règles du capitalisme au XXIe siècleUSA-Royaume-Uni : la tentation du cocon...Le protectionnisme peut-il s'appliquer à...Les classes moyennes européennes et américaines,...Les classes moyennes européennes et américaines,...Retour du protectionnisme ? Davantage...L'ONU : encore un marécage à assainir pour...La grande révolte des classes moyennes