Se connecterS'abonner en ligne

Les Pays émergents pourraient-ils affaiblir la croissance mondiale en 2019 ?

Référence de l'article : IG7077
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et de la prévision,XERFI (21 Septembre 2018)

Le risque est clairement en train de basculer du côté des émergents. On le voit avec la crise en Turquie, en Argentine. Mais ça tangue également sérieusement au Brésil, en Afrique du Sud, ou en Indonésie et la liste n’est pas exhaustive. Du coup, de nombreux indices actions et monnaies du monde émergent ont basculé dans le rouge.



L’indice MSCI Emerging Markets, un indicateur boursier mesurant les performances des places financières de 24 pays émergents, a ainsi perdu 12% de sa valeur depuis le début de l’année et même 20% par rapport à son dernier point haut de la fin janvier. L’inquiétude monte et maintenant, c’est le risque de contagion de ces turbulences au reste du monde qui pointe.

Pour déterminer le degré d’exposition de l’économie mondial au risque émergent, il faut d’abord clairement définir de quelle nature est ce risque, avant d’en explorer les canaux de transmission. Les pays actuellement en difficulté souffrent tous



d’une insuffisance d’épargne, qui conduit à un déficit courant chronique financé par des capitaux étrangers. Longtemps ces économies ont profité de la « quête de rendement ». Quand les taux sont proches de zéro chez eux, les investisseurs se ruent vers ces régions aux actifs plus risqués, donc plus rémunérateurs. Mais les Etats-Unis ont sifflé la fin de partie et se sont engagés dans un cycle de durcissement monétaire. Autrement dit, le marché américain devient de plus en plus attractif, d’autant plus qu’est venu se greffer dans certains de ces pays, comme la Turquie, un risque politique, facteur de méfiance supplémentaire.

En conséquence, les financements externes se sont asséchés déclenchant une crise de change. Il en résulte une dépréciation de la monnaie, la hausse de l’inflation et des taux d’intérêt. La croissance se dérobe ce qui aggrave la sortie des capitaux et le cercle vicieux se referme. Et l’incendie est difficile à éteindre.



Malgré un prêt de 50 milliards de dollars accordés cet été à l’Argentine par FMI, le peso a poursuivi sa chute, contraignant la Banque centrale argentine à monter ses taux d’intérêt à 60% fin août sans plus de succès. Le bilan, c’est une monnaie dont la valeur a été divisée par plus de 2 depuis le début de l’année face au dollar. Il faut impérativement scinder en deux groupes les principaux pays émergents pour mesurer l’étendue du risque, avec d’un côté les pays en excédents courants, et de l’autre, les pays déficitaires.



Dans la zone à risque élevé se retrouvent la Turquie, l’Argentine, l’Afrique du Sud, le Mexique, l’Indonésie, le Brésil et l’Inde, mais pas la Chine, ni la Russie et encore moins la Thaïlande.
Premier constat,



la Chine seul pays émergent qui représente un risque systémique, ne fait pas partie de la liste.

Second constat, excepté en Amérique Latine, les pays risqués sont géographiquement éparpillés, ils ne font donc pas masse avec un risque de contamination aux pays frontaliers, même en bonne santé. En d’autres termes, ni l’Inde, ni l’Afrique du Sud seules, n’ont la capacité d’entrainer dans leur chute les économies voisines. Le ralentissement, voire la perte de croissance d’une partie des émergents, va bien entendu avoir des répercussions sur les autres économies émergentes par le biais du commerce mondial. Toutefois, malgré le renforcement de leurs liens commerciaux, l’impact sera contenu.

Quant aux pays avancés, la situation ne leur est pas défavorable. Profitant du reflux des capitaux, ils se financent à bon compte (les taux vont rester bas) et siphonnent donc en partie la croissance des émergents. C’est donc à un déplacement de la croissance mondiale que la situation actuelle conduit. Ce n’est pas la première fois.



De 1998 à 1999, au pire de la crise asiatique, la croissance a été en moyenne de 4,6% aux Etats-Unis, de 3,4% en France et de 2,8% dans la zone euro. Ce scénario peut se reproduire, mais il y a un aléa de taille. La Chine, ou plutôt la montée des tensions entre Washington et Pékin.

Car si la Chine flanche, le frein actuel sur la croissance mondiale se compliquera d’un vrai risque systémique.

_____________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video 
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Alexandre-Mirlicourtois-La-croissance-mondiale-cassee-par-les-emergents-_3746307.html
 
(Mis en ligne le 22 Septembre 2018)

Articles similaires
Le nouvel ordre mondial, selon Donald TrumpL’autre raison majeure, peu connue, de la crise...« Les sanctions économiques ? Une guerre qui ne...Le yuan glisse, glisse...Jusqu'où ?...La guerre économique, vue du côté de Trump:...Bilan de quelques exemples de taxes à...Mondialisation : les raisons du reflux en coursQue penser de la théorie du « ruissellement »...Les 3 raisons qui expliquent la stagnation des...Si la guerre commerciale déclenchée par Trump...Trump ou « le nouveau désordre mondial »Rôle de l’ONU : D.Trump, E.Macron et T.May ont...USA, Chine, Japon, UE : qui est davantage...Déséquilibres commerciaux, GAFA et numérique : 3...Protectionnisme est-il forcément synonyme...2018 : sous la reprise, les dégâts profonds de...USA-Chine : comment dessiner les contours de...Les USA empêchent la France de vendre 12 Rafale à...2018 sera-telle l'année de la sortie de la...Une croissance trop forte des inégalités freine...Résumé des facteurs générant de la compétition...Les sanctions américaines ne sont qu'un...Dernier opus de Dani Rodrik : comment corriger...USA et UK affaiblis, la France et l’Allemagne...Londres et Manchester: 3 attentats, 3 conclusionsLa stagnation séculaire redevient-elle le...Pourquoi investir rapidement 10 milliards€ de...Les 7 règles du capitalisme au XXIe siècleUSA-Royaume-Uni : la tentation du cocon...Le protectionnisme peut-il s'appliquer à...Les classes moyennes européennes et américaines,...Les classes moyennes européennes et américaines,...Retour du protectionnisme ? Davantage...L'ONU : encore un marécage à assainir pour...La grande révolte des classes moyennesCommentaires approfondis du tweet : "Un...Les conséquences géopolitiques de l’élection de...François HOLLANDE : un Président insignifiant ou...Mettre fin à Bretton Woods: une bien mauvaise...Protectionnismes sans frontières : les...Le dogme ultra-libéral, c'est fini !Ouf ! De 47% d'emplois supprimés, on...Pourquoi les rémunérations des grands patrons...Relocaliser pour se réindustrialiser :...L’économie du triple zéro : inflation, taux...Apple contre le FBI : le bras de fer risque de...Désarroi des classes moyennes et montée des...Et maintenant: en route vers la démondialisation...Le gagnant rafle tout: bienvenue chez GOOGLELe Bilan de la COP21, vu du côté des...Taux, changes, Pétrole, OR, PIB, inflation: bilan...Marché transatlantique, 11ème round : des...