Se connecterS'abonner en ligne

L’économie mondiale à l’heure de la « démondialisation »

Référence de l'article : IG3951
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Véronique RICHES-FLORES,Riches Flores Research

La rupture intervenue sur le front des échanges mondiaux constitue l’une des illustrations les plus visibles des changements consécutifs à la crise de 2008. Un temps relégué au rang de phénomène conjoncturel, le mouvement prend depuis deux ans une tournure de plus en plus structurelle dont l’origine tient, pour l’essentiel, au changement de paradigme de l’économie chinoise. Les conséquences de cette rupture sont considérables d’implications pour la croissance mondiale, la valorisation des entreprises mais également la dimension géopolitique du risque.

1990-2008 : multiplication des échanges

Entre 1990 et 2008, le volume des échanges mondiaux a été multiplié par près de deux, correspondant à une croissance 1,8 fois plus rapide que celle de la production mondiale. Politique de libre-échange, émergence des pays d’Asie, délocalisation et déséquilibres des comptes courants, expliquent pour l’essentiel cette évolution puis, dans son sillage, le mouvement de globalisation économique et financière qui a caractérisé les années 2000. Rares sont les pays n’ayant pas bénéficié d’une croissance exceptionnelle de leurs exportations pendant ces années, y compris les plus mauvais, dont on lisait la sous-performance par la perte de parts de marchés -expression d’une croissance moins rapide que celle du reste du monde- plutôt que par un déclin absolu de leurs ventes. En France, le volume des exportations a été multiplié par 2,5 entre 1990 et 2008, quand la production industrielle augmentait de moins de 15 %.

Le développement des échanges a eu un effet d’entraînement inestimable sur la croissance mondiale des vingt dernières années avant la crise, permettant tout à la fois aux plus pauvres de se construire une base industrielle sur laquelle asseoir leur développement et aux plus riches de se refaire une jeunesse, après deux décennies médiocres qui avaient suivi les deux chocs pétroliers de 1973 et 1981. Le mouvement de globalisation qui s’en est suivi a, par ailleurs, changé la face du monde. Aux flux commerciaux ont succédé les flux d’investissements internationaux, les flux financiers, ceux de travailleurs en même temps que de touristes, quand la stratégie des entreprises n’a plus eu de sens que par ses initiatives internationales.

2009-2014 – la mondialisation en marche arrière

Le commerce mondial ne s’est jamais véritablement remis de la crise économique et financière de 2008. Si le volume des échanges a renoué avec ses niveaux d’avant-crise dès 2009, les choses n’ont guère évolué depuis. Stagnant depuis 2011, le contenu en importations de la croissance mondiale reflue ces derniers mois et pourrait bien...

Pour lire la suite de cette analyse, merci de cliquer sur le lien ci-dessous.

(Mis en ligne le 26 Septembre 2014)
Document mis en Annexe :
Articles similaires
Facebook, un État plus peuplé que la Chine et...Pourquoi Trump veut disloquer l'EuropeDéficits des balances courantes : les créanciers...Cybersécurité : la « stratégie du sabre laser» au...Les États-Unis rejettent de fait la justice...La taxe GAFA : une mini réponse à un maxi...L’OCDE, ainsi que 90 autres pays, travaillent à...USA-Chine : vers un Yalta mi-commercial,...Quelle est la première puissance industrielle :...Inégalités mondiales : la célèbre courbe de...Davos : de nombreuses analyses à côté de la...Chine et Égypte : un partenariat stratégique...Pour une réforme de la vague actuelle de..."Trump et Xi Jinping : les apprentis...À qui profite vraiment l’aide au développement...Les effets macro du protectionnisme américain...Le nouvel ordre mondial, selon Donald TrumpL’autre raison majeure, peu connue, de la crise...« Les sanctions économiques ? Une guerre qui ne...Les Pays émergents pourraient-ils affaiblir la...Le yuan glisse, glisse...Jusqu'où ?...La guerre économique, vue du côté de Trump:...Bilan de quelques exemples de taxes à...Mondialisation : les raisons du reflux en coursQue penser de la théorie du « ruissellement »...Les 3 raisons qui expliquent la stagnation des...Si la guerre commerciale déclenchée par Trump...Trump ou « le nouveau désordre mondial »Rôle de l’ONU : D.Trump, E.Macron et T.May ont...USA, Chine, Japon, UE : qui est davantage...Déséquilibres commerciaux, GAFA et numérique : 3...Protectionnisme est-il forcément synonyme...2018 : sous la reprise, les dégâts profonds de...USA-Chine : comment dessiner les contours de...Les USA empêchent la France de vendre 12 Rafale à...2018 sera-telle l'année de la sortie de la...Une croissance trop forte des inégalités freine...Résumé des facteurs générant de la compétition...Les sanctions américaines ne sont qu'un...Dernier opus de Dani Rodrik : comment corriger...USA et UK affaiblis, la France et l’Allemagne...Londres et Manchester: 3 attentats, 3 conclusionsLa stagnation séculaire redevient-elle le...Pourquoi investir rapidement 10 milliards€ de...Les 7 règles du capitalisme au XXIe siècleUSA-Royaume-Uni : la tentation du cocon...Le protectionnisme peut-il s'appliquer à...Les classes moyennes européennes et américaines,...Les classes moyennes européennes et américaines,...Retour du protectionnisme ? Davantage...L'ONU : encore un marécage à assainir pour...La grande révolte des classes moyennes