Se connecterS'abonner en ligne

Le nouvel ordre mondial, selon Donald Trump

Référence de l'article : IG7127
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,Directeur des synthèses,XERFI (14 octobre 2018)


Quel est ce nouvel ordre économique mondial dans lequel nous fait entrer Trump ? Est-ce celui du protectionnisme, de la guerre commerciale et monétaire, de la « real politique » agressive et polluante ?
Assurément, l’Amérique a quitté ses habits d’hégémon bienveillant. Trump donne de la voix et joue la manière forte pour faire primer l’intérêt de son pays. L’art du deal chez Trump,



c’est d’abord l’art du non deal. Torpiller l’existant dont la liste s’allonge : désengagement du traité commercial Trans-Pacifique,retrait de l'Accord de Paris, rejet de l’Alena, sortie de l'accord sur le nucléaire iranien, parachèvement du retrait de l’UNESCO, menaces de sanctions à l’égard de la Cour pénale internationale….,etc.

C’est ensuite l’art de la dramatisation et de la surenchère.



Le grand bluff, qui permet d’intimider l’adversaire.
C’est enfin  l’absence de toute éthique au niveau mondial, de reconnaissance d’intérêts supérieurs à ceux de la prospérité américaine, autrement dit supérieurs aux intérêts du business américain. Ce qui le conduit au déni



des enjeux climatiques, de ceux d’une régulation  prudentielle  de la finance planétaire. Ou encore du principe déjà largement écorné de réciprocité, qui fonde le libre-échange.

Tous ces enjeux transversaux sont, pour ceux qui rêvent d’une mondialisation soutenable, équitable, l’affaire du multilatéralisme et des organisations trans- ou supranationales. D’une gouvernance mondiale qui fait figure de chimère. De tous ces machins impuissants, qui brillent plus par leur impuissance et leur inertie, que par la prise en charge véritable des enjeux vitaux pour la planète. Cela Trump n’en veut pas. Le consensus, l’exposition au risque de veto, la recherche de l’unanimité… qui ne permet ni de reculer, ni d’avancer, ce n’est pas de son goût.

Vive le bilatéralisme donc, qui permet de prendre au collet l’adversaire, de l’entrainer au fond d’une impasse pour lui faire lâcher du lest.
Cela veut-il dire qu’il faut faire table rase du vieil ordre velléitaire et que la mondialisation va



virer au pugilat ? Que le capitalisme financiarisé va devenir sauvage ? Et que le libre-échange va bientôt rendre l’âme, entravé par la floraison de nouvelles barrières tarifaires et non tarifaires?

Pas forcément, car, dans la dramaturgie Trumpienne, les méchants en font des masses, mais sont moins méchants qu’il n’y paraît. La testostérone coule à flots, mais à la fin, il y a la paix des braves, la troisième mi-temps où c’est moins le résultat que l’intensité de l’action qui compte. On en a eu un aperçu saisissant avec les combat de coqs entre Trump et Kim Jong Un … entre « le vieil homme fou, la fripouille, le gangster », et « le petit gros », « le petit rocket man », pour reprendre les termes fleuris des deux protagonistes. Pour que Trump confie in fine, avec « Kim, nous sommes tombés amoureux… ». Sans que le président américain ne soit trop regardant sur la dot, autrement dit la démilitarisation, de la mariée.

Bis repetita avec l’ALENA.



Le « mauvais accord » a été balayé. Il a été renégocié âprement, en bilatéral, avec ultimatums et menaces à la clé. Et pourtant au bout du chemin, peut-on vraiment parler de la fin de la zone de libre-échange…. Non.  Dire qu’il y a eu beaucoup de bruit pour rien serait trop fort. Des lignes ont bougé. De façon circonscrite dans l’automobile avec le Mexique. Dans le domaine laitier avec le Canada. Bref, ce qu’il fallait pour répondre aux attentes de la clientèle électorale de Trump. Mais sous un nouveau label, la zone de libre-échange a survécu, et s’est même parfois enrichie.

L’ordre mondial n’en est pas bouleversé. Il est traversé de corps à corps successifs, destinés à en modifier quelques paramètres circonscrits. C’est l’avantage de bilatéralisme de Trump. Il est guerrier, mais il limite aussi le risque de dégénérescence en conflit économique mondial. Les prochaines parties, avec la Chine ou l’Allemagne, ne manqueront pas de maintenir les marchés en haleine. Goliath l’emportera à la fin, se gargarisera de son « good deal », ce qui ne veut pas dire que ce sera une grande victoire, ni que les David repartiront sans leur chemise…

Et pendant ce temps, la gouvernance de la soutenabilité mondiale recule… mais comme elle n’avançait pas, peut-on vraiment parler de rupture ?

_____________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-Le-nouvel-ordre-mondial-selon-Trump_3746384.html
 
(Mis en ligne le 14 Octobre 2018)         
 

Articles similaires
L’autre raison majeure, peu connue, de la crise...« Les sanctions économiques ? Une guerre qui ne...Les Pays émergents pourraient-ils affaiblir la...Le yuan glisse, glisse...Jusqu'où ?...La guerre économique, vue du côté de Trump:...Bilan de quelques exemples de taxes à...Mondialisation : les raisons du reflux en coursQue penser de la théorie du « ruissellement »...Les 3 raisons qui expliquent la stagnation des...Si la guerre commerciale déclenchée par Trump...Trump ou « le nouveau désordre mondial »Rôle de l’ONU : D.Trump, E.Macron et T.May ont...USA, Chine, Japon, UE : qui est davantage...Déséquilibres commerciaux, GAFA et numérique : 3...Protectionnisme est-il forcément synonyme...2018 : sous la reprise, les dégâts profonds de...USA-Chine : comment dessiner les contours de...Les USA empêchent la France de vendre 12 Rafale à...2018 sera-telle l'année de la sortie de la...Une croissance trop forte des inégalités freine...Résumé des facteurs générant de la compétition...Les sanctions américaines ne sont qu'un...Dernier opus de Dani Rodrik : comment corriger...USA et UK affaiblis, la France et l’Allemagne...Londres et Manchester: 3 attentats, 3 conclusionsLa stagnation séculaire redevient-elle le...Pourquoi investir rapidement 10 milliards€ de...Les 7 règles du capitalisme au XXIe siècleUSA-Royaume-Uni : la tentation du cocon...Le protectionnisme peut-il s'appliquer à...Les classes moyennes européennes et américaines,...Les classes moyennes européennes et américaines,...Retour du protectionnisme ? Davantage...L'ONU : encore un marécage à assainir pour...La grande révolte des classes moyennesCommentaires approfondis du tweet : "Un...Les conséquences géopolitiques de l’élection de...François HOLLANDE : un Président insignifiant ou...Mettre fin à Bretton Woods: une bien mauvaise...Protectionnismes sans frontières : les...Le dogme ultra-libéral, c'est fini !Ouf ! De 47% d'emplois supprimés, on...Pourquoi les rémunérations des grands patrons...Relocaliser pour se réindustrialiser :...L’économie du triple zéro : inflation, taux...Apple contre le FBI : le bras de fer risque de...Désarroi des classes moyennes et montée des...Et maintenant: en route vers la démondialisation...Le gagnant rafle tout: bienvenue chez GOOGLELe Bilan de la COP21, vu du côté des...Taux, changes, Pétrole, OR, PIB, inflation: bilan...Marché transatlantique, 11ème round : des...