Se connecterS'abonner en ligne

Un soutien budgétaire européen devient impératif

Référence de l'article : IG3883
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,XERFI

A Jackson Hole, le 22 août dernier,

Mario Draghi brise un tabou lorsqu’il affirme que la politique monétaire ne peut pas à elle seule contrecarrer la dépression européenne et qu’elle a besoin de l’appui des politiques budgétaires. Il bouscule ainsi le confortable compromis dans lequel s’étaient installées les autorités européennes.

D’un côté, les Etats auraient pour mission de mener à bien les réformes structurelles et l’assainissement budgétaire nécessaires au rétablissement de leur offre. De l’autre, la BCE interviendrait sur le front de la demande, en impulsant le crédit aux entreprises, comme antidote de l’impact récessif des politiques d’ajustement.

L’enjeu de la coordination européenne résiderait alors tout entier dans ce que l’on appelle le policy-mix,

la politique budgétaire appuyant sur le frein, la politique monétaire sur l’accélérateur, pour un résultat neutre sur la croissance au final. Autrement dit, dans ce jeu de rôle, l’épineuse question de la coordination se résumerait à celle des instruments de politique économique….

La rechute de l’activité européenne douche maintenant les espoirs de ceux qui pensaient pouvoir faire l’impasse

sur la coordination des politiques nationales et révèle les limites du partage des rôles entre les Etats d’un côté et la banque centrale de l’autre. La BCE bute en effet sur deux écueils.

Premièrement, le trou d’air de l’activité est bel et bien là et le quantitative easing annoncé à grand renfort médiatique, en juin est encore dans les limbes.

Le bilan de la BCE n’en porte toujours pas la trace et lorsque l’on connaît les délais qui séparent les impulsions et leurs résultats tangibles sur l’économie réelle, l’inflexion politique de la BCE est arrivée bien tardivement. 

Deuxièmement, réanimer le crédit dans un contexte de retournement des anticipations de demande est mission quasi-impossible. La Banque du Japon s’y est essayée pendant des années sans succès par le passé.

Or, tout porte à croire que la léthargie du crédit aux entreprises en Europe est due d’abord à la faiblesse des projets d’investissement et non l’inverse. Difficile de susciter dans ce contexte un changement de comportement des entreprises, quand les carnets de commande se dégarnissent.

Alors certes, la BCE a réussi à faire glisser la valeur de l’euro et à doper la valeur des actifs financiers, mais il en faudrait plus bien pour inverser le cours des choses

et alors même que L’Allemagne, la France et l’Italie, soit  les deux tiers du PIB européen flirtent avec la récession, ou y sont déjà retombés. 

Mario Draghi en a pris acte logiquement. Les politiques budgétaires de la zone euro prélèvent encore

plus d’un demi-point de PIB par an pour parvenir à leurs objectifs de consolidation. La rigueur peut sembler dosée, toutes choses égales par ailleurs. Mais un demi-point lorsque la croissance est à zéro, constitue une ponction extrêmement déstabilisatrice. Et pour qu’une partie de l’Europe maintienne son effort de consolidation, il n’existe aucune autre issue qu’un relâchement de la discipline allemande. La balle est clairement dans le camp allemand maintenant.

Nota : cet article est également disponible en version video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-Un-soutien-budgetaire-europeen-devient-imperatif_1785.html

(Mis en ligne le 5 Septembre 2014)

Articles similaires
Doit-on importer les Lois Hartz pour lutter...Souverainisme ne veut pas dire forcément...Que fera Macron face à l'ubérisation et à la...Quelles solidarités économiques entre les régions...Une stratégie pour réindustrialiser l'Europe...Que peut l'Europe face à Trump ?Zone Euro : seule l'Allemagne, en la...Faut-il fonder une Europe des Nations, à 8 ou 9,...Bruxelles devrait préparer les Peuples aux chocs...Balances courantes : Allemagne = +9%, France =...45 ans après, Merkel pourrait répondre à Trump :...Antonio TAJANI, nouveau Président du Parlement...Il faut renégocier les traités, sinon la zone...Merkel et Trump risquent de porter le coup fatal...Le Parlement européen demande à l'UE de...Le Monde post Trump: c'est l'Europe...L’UE face au Brexit : ceux qui espèrent le pire...La Russie, le nécessaire allié de demainUn partenariat 100% américain sur l'...Zone Euro: la croissance enlisée au second...Il devient URGENT de mettre fin au pillage...Europe: la débâcle, ou l'audace du retour...Les 5 inégalités les plus criantes reprochées (à...Après le Brexit, la tentation morbide...Du Brexit à l’EUxit : les erreurs d’un processus...Economie : la Zone Euro va beaucoup mieuxLa France face au Tsunami NBIC : lettre ouverte...L'extrême-droite ne fait pas son nid sur la...Pourquoi il FAUT s’opposer à la signature du...Sea Hunter : un navire militaire, entièrement...De la démondialisation à la désintégration...Turquie : comment la Commission Européenne nous...Résumé de 60 années de négociations avec l’UE...La France doit exiger une Europe de la DéfenseBrexit: Cameron lance le top départ de...Quels consommateurs européens ont mieux traversé...Face aux GAFA, l’Europe peut-elle faire le poids...La voie du rebond européenSortie de crise 2009: les fortes différences...La croissance mondiale suspendue à l'EuropeLa crise Chinoise met l'Europe face à ses...Que reste-t-il, aujourd'hui, du grand rêve...Faut-il se réjouir du solde extérieur record de...Inventer le capitalisme collaboratif d'EtatLa Grèce mettra-t-elle ses bases militaires à...Zone Euro : la consommation est repartieFaut-il craindre une reprise anormale et vouée à...La confiance des ménages s'envole en zone...Peut-on éviter une restructuration des dettes en...Zone Euro: très nette amélioration, y compris en...Budget de la Défense: le fossé entre la France et...Sortir de la crise en 2015, c'est possible !