Se connecterS'abonner en ligne

Le projet européen de la France est mort et enterré

Référence de l'article : IG7590
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,Directeur des synthèses,XERFI (2 Juin 2019)


Voici deux décennies que la France porte avec une certaine constance un projet de réforme économique de l’Europe, qui demeure lettre morte. Ce projet dans sa formulation de façade repose sur un postulat principal.



L’édifice monétaire doit être complété d’un volet budgétaire, pour que la zone euro fonctionne de façon harmonieuse. Un budget qui aurait trois fonctions principales :
1/ Un rôle de stabilisateur en cas de crise ;
2/ Un rôle de drainage de l’investissement vers des secteurs d’intérêt stratégique pour la zone ;
3/ Le développement de transferts entre les différentes régions d’Europe, pour favoriser une péréquation régionale et atténuer l’effet récessif des réformes structurelles.

Le second axe, c’est de



limiter la concurrence fiscale et sociale. Par une harmonisation de la fiscalité et des droits sociaux sur l’espace économique européen (instauration de salaires minimums européen, au pluriel, proposition de bouclier social).

Le troisième axe,



c’est de porter un projet de croissance, aujourd’hui verte, en assouplissant le carcan des règles budgétaires, en permettant notamment l’émission de titres de dettes européens, les Eurobonds, qui permettraient de mutualiser une partie des risques.

Aucun des trois derniers présidents français n’a réussi à infléchir les positions allemandes en la matière. Sur le sujet emblématique de la mutualisation de la dette,



Nicolas Sarkozy avait essuyé un refus sans appel de l’Allemagne en aout 2011. François Hollande de son côté a très rapidement lâché prise face au mur Merkel-Schauble dans son projet d’insertion d’un volet croissance dans le pacte de stabilité.

Emmanuel Macron déchante lui aussi à son tour, alors même qu’il avait déclaré au début de son mandat que la croissance était avant tout une affaire européenne.

Il pensait infléchir l’intransigeance allemande en posant pour préalable la réalisation de réformes à la Schröder en France. Or, sa voix ne porte pas plus que celle de ses prédécesseurs. Sa tribune de mars,



 « pour une renaissance européenne », a eu pour réplique immédiate la réponse cinglante  de la nouvelle patronne de la CDU allemande : « Le centralisme européen, l'étatisme européen, la mutualisation des dettes, l'européanisation des systèmes sociaux et du salaire minimum seraient la mauvaise voie ». Et cette voie française trouve encore moins de répondant du côté des gouvernements populistes, avant tout préoccupés de renforcer le degré de liberté au plan national face au « trop d’Europe ».

La France tente ainsi d’avancer sur les questions sur lesquelles elle peut trouver un écho favorable en Allemagne :



les questions de sécurité, de défense, et l’assouplissement des règles de concurrence pour faire émerger des champions européens.

Or, le nouveau parlement issu des élections de juin ferme toujours plus le jeu pour la France.  L’Europe sociale et budgétaire est la grande perdante du scrutin. Même si plusieurs jeux d’alliances peuvent faire émerger des majorités au sein du nouveau parlement, il est clair que politiquement la ligne budgétaire et sociale française sort très affaiblie du scrutin.



Même en mettant bout à bout la part des représentants des courants sociaux-démocrates, de la gauche plus radicale et des écologistes (loin d’être unanimes sur la question du budget), ces derniers représentent un tiers de l’assemblée. Et si le nouveau positionnement français, en pointe sur l’écologie, peut sembler pouvoir trouver un écho au parlement, tant la thématique écologique traverse l’ensemble des courants, c’est une fausse apparence. La vision française, très axée sur l’investissement massif et accéléré, armé par le budget européen et une banque du climat, n’a que très peu de relais dans les différents partis qui composent le parlement.

Ce n’est pas pour rien que la France place aujourd’hui ses propositions sécuritaires et militaires en tête de gondole de ses propositions, et qu’elle appuie sur les thématiques de la protection des investissements stratégiques et de l’amendement des règles de concurrence en faveur d’une concentration des entreprises européennes.

Car oui, effectivement, sur ces terrains défensifs, il y a un vrai relais politique en Europe.

____________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Vidéo :
https://www.xerficanal.com/economie/emission/Olivier-Passet-La-mort-du-projet-europeen-de-la-France_3747311.html
 
(Mis en ligne le 2 Juin 2019)                

 

Articles similaires
Après le choix des 5 Top jobs : en marche vers...Vers la « salvinisation » d'une grande...Industries de l'aluminium : les firmes...Harmonisation fiscale de l'Union européenne...Les excédents allemands profitent, très peu, trop...Halloween Brexit : l’UE face à la stratégie du...« Google contre Wikileaks » : relire le livre de...GUERRE du Kosovo : deux ministres Allemands...Zone Euro : quelle riposte face au risque de...Taxation des multinationales dans l’UE : le...Quel bilan tirer de la lutte contre la déflation...Le hold up fiscal irlandais au détriment de...La débâcle de la social-démocratie...Brexit : bientôt, le moment de vérité. Sera-t-il...Taxation des GAFA : pourquoi l'Europe a...L'UE a fini par entériner ses paradis...Trump-Poutine : où nous mènera cette dangereuse...Et si la France était la grande perdante de la...Comment se préparer à l’après-OTAN ?Travail détaché : restreindre la libre...Faut-il tolérer encore des pirates fiscaux dans...R&D par habitant : la fracture entre le Nord et...Europe: Macron devrait travailler à réformer ce...Reconstruire les fondements juridiques de...Brexit : les trois principaux sujets de discordeBrexit : calendrier et modalités juridiques de...Europhorie et Macron-mania : un peu de réalisme...Déséquilibres en Europe : l'incontournable...Doit-on importer les Lois Hartz pour lutter...Souverainisme ne veut pas dire forcément...Que fera Macron face à l'ubérisation et à la...Quelles solidarités économiques entre les régions...Une stratégie pour réindustrialiser l'Europe...Que peut l'Europe face à Trump ?Zone Euro : seule l'Allemagne, en la...Faut-il fonder une Europe des Nations, à 8 ou 9,...Bruxelles devrait préparer les Peuples aux chocs...Balances courantes : Allemagne = +9%, France =...45 ans après, Merkel pourrait répondre à Trump :...Antonio TAJANI, nouveau Président du Parlement...Il faut renégocier les traités, sinon la zone...Merkel et Trump risquent de porter le coup fatal...Le Parlement européen demande à l'UE de...Le Monde post Trump: c'est l'Europe...L’UE face au Brexit : ceux qui espèrent le pire...La Russie, le nécessaire allié de demainUn partenariat 100% américain sur l'...Zone Euro: la croissance enlisée au second...Il devient URGENT de mettre fin au pillage...Europe: la débâcle, ou l'audace du retour...Les 5 inégalités les plus criantes reprochées (à...Après le Brexit, la tentation morbide...