Se connecterS'abonner en ligne

La France appartient-elle à la ZE Nord ou à la ZE Sud ?

Référence de l'article : IG3365
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,XERFI

Où se situe la France ? Du côté Nord, ou du côté Sud de la zone euro ? Pour le déterminer, j'ai choisi de comparer la France par rapport aux deux blocs sur cinq critères habituels de démarcation entre les deux zones :

le niveau du PIB, l'évolution des comptes extérieurs, la situation du marché de l'emploi, le niveau relatif des taux d'intérêt et la situation des finances publiques. Le « Nord de la zone euro » sera constitué de

l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique et les Pays Bas ; le Sud, par l'Italie, l'Espagne, le Portugal et la Grèce.

1.       Regardons le premier critère, celui du PIB en niveau depuis 2005.

Du côté du Nord, la richesse créée est à un sommet. Du côté du Sud, les dégâts de la récession et de la reprise avortée de 2010 sont encore bien là. La France, elle, est en position intermédiaire : elle fait moins bien que le Nord, mais a rattrapé son niveau de PIB d’avant crise et devance la zone Sud. En prenant plus de recul en revanche,

la position française devient plus claire : elle colle aux pays du Sud durant la phase montante, mais son profil épouse beaucoup plus celui du Nord après la crise de 2008-2009. Sur ce premier critère,

la France penche au Nord.

2.       Second critère, les comptes extérieurs.

Le Nord continue d'engranger de confortables excédents courants. Le solde a été propulsé au-delà de 250 milliards d'euros en 2013, selon nos estimations. C'est son record historique. Pour sa part le Sud est passé d’un déficit abyssal à un léger excédent. Le fossé s’est réduit mais il reste important. Quant à la France, elle se démarque en restant dans le rouge. En matière de comptes extérieurs

la France verse sans conteste du côté du Sud.

3.       Troisième critère, le déséquilibre du marché du travail, appréhendé via le chômage.

Il est au plus bas dans la partie Nord, à 5,5% de la population active. Il est au plus haut dans la partie Sud, à plus de 18,5%. Avec près de 11% de chômeurs la France se retrouve entre les deux et compte tenu de la dynamique actuelle de l’emploi, elle va y rester.

Pas de vraie démarcation donc sur ce critère.

4.       Les conditions d'emprunts des Etats maintenant, mesurées par le taux des obligations d’Etat à 10 ans. L’écart s’est resserré courant 2013 entre le Nord et le Sud signe de l'apaisement des craintes des marchés sur la stabilité financière de la zone euro.

Mais, les taux exigés au Sud sont toujours très élevés à plus de 4,5% contre à peine plus de 1,7 pour la partie Nord. La France avec 2,2% colle au Nord.

Une marque de plus donc du côté bleu sur cet item.

5.       Dernier critère enfin.

L'endettement public est maîtrisé dans le Nord mais reste potentiellement explosif dans le Sud où il se rapproche de 100%. Les niveaux français sont certes similaires, mais avec un risque de dynamique explosive moins aigu.

En définitive la France n’est pas le Nord, mais n’en déplaise aux Cassandres, elle n’est pas le Sud non plus. Elle est au cœur de l’Europe, le trait d’Union d’un continent écartelé.

(Mis en ligne le 28 Février 2014)
Articles similaires
R&D par habitant : la fracture entre le Nord et...Europe: Macron devrait travailler à réformer ce...Reconstruire les fondements juridiques de...Brexit : les trois principaux sujets de discordeBrexit : calendrier et modalités juridiques de...Europhorie et Macron-mania : un peu de réalisme...Déséquilibres en Europe : l'incontournable...Doit-on importer les Lois Hartz pour lutter...Souverainisme ne veut pas dire forcément...Que fera Macron face à l'ubérisation et à la...Quelles solidarités économiques entre les régions...Une stratégie pour réindustrialiser l'Europe...Que peut l'Europe face à Trump ?Zone Euro : seule l'Allemagne, en la...Faut-il fonder une Europe des Nations, à 8 ou 9,...Bruxelles devrait préparer les Peuples aux chocs...Balances courantes : Allemagne = +9%, France =...45 ans après, Merkel pourrait répondre à Trump :...Antonio TAJANI, nouveau Président du Parlement...Il faut renégocier les traités, sinon la zone...Merkel et Trump risquent de porter le coup fatal...Le Parlement européen demande à l'UE de...Le Monde post Trump: c'est l'Europe...L’UE face au Brexit : ceux qui espèrent le pire...La Russie, le nécessaire allié de demainUn partenariat 100% américain sur l'...Zone Euro: la croissance enlisée au second...Il devient URGENT de mettre fin au pillage...Europe: la débâcle, ou l'audace du retour...Les 5 inégalités les plus criantes reprochées (à...Après le Brexit, la tentation morbide...Du Brexit à l’EUxit : les erreurs d’un processus...Economie : la Zone Euro va beaucoup mieuxLa France face au Tsunami NBIC : lettre ouverte...L'extrême-droite ne fait pas son nid sur la...Pourquoi il FAUT s’opposer à la signature du...Sea Hunter : un navire militaire, entièrement...De la démondialisation à la désintégration...Turquie : comment la Commission Européenne nous...Résumé de 60 années de négociations avec l’UE...La France doit exiger une Europe de la DéfenseBrexit: Cameron lance le top départ de...Quels consommateurs européens ont mieux traversé...Face aux GAFA, l’Europe peut-elle faire le poids...La voie du rebond européenSortie de crise 2009: les fortes différences...La croissance mondiale suspendue à l'EuropeLa crise Chinoise met l'Europe face à ses...Que reste-t-il, aujourd'hui, du grand rêve...Faut-il se réjouir du solde extérieur record de...Inventer le capitalisme collaboratif d'EtatLa Grèce mettra-t-elle ses bases militaires à...