Se connecterS'abonner en ligne

Harmonisation fiscale de l'Union européenne : un échec complet, une concurrence interne maximale

Référence de l'article : IG7576
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Christian CHAVAGNEUX,Docteur en économie, Diplômé de la London Business School,(26 Mai 2019)


Plus de soixante ans après sa création, l’Union européenne reste une zone au sein de laquelle règne une féroce concurrence fiscale entre ses pays membres. Au-delà de l’harmonisation, partielle, des règles de TVA, les pays européens n’ont jamais réussi à débuter un minimum de convergence fiscale.
 
Il y a certes une bonne raison à cela. Le niveau des prélèvements obligatoires – les impôts plus les cotisations sociales – reflète le degré de socialisation jugé adapté par chaque espace démocratique national. A la question de savoir comment et jusqu’où il faut taxer les revenus et le patrimoine des plus aisés, à quel âge et à avec quel argent on peut partir en retraite, comment et combien de temps indemniser les chômeurs, etc., les réponses peuvent être, légitimement, différentes selon les sociétés.
 
On peut rêver d’une Europe engagée dans une convergence sociale ou qui taxerait ses riches de la même façon. Ce ne serait possible que dans la mesure où chacun de nous se sentirait d’abord Européen et serait prêt à ce que ses impôts permettent d’indemniser le chômeur grec ou le malade polonais. Cette « société européenne » n’existe pas.
 
A l’inverse, les entreprises font circuler à peu près sans obstacle leurs biens, leurs services et leurs lieux de production au sein de l’Union. Dans un tel espace économique intégré, mesurer et taxer les profits de la même façon paraît logique. Il n’en est rien. Mises à part les entreprises cotées qui doivent suivre des normes comptables internationales adoptées par l’Europe, pour les autres, les profits ne sont même pas mesurés de manière identique. Et ils sont taxés de manière très différente : entre les 9 % hongrois et le plus de 33 % français, la fourchette est large.
 
Et c’est sans compter avec le comportement de l’Irlande, du Luxembourg et des Pays-Bas, dont les fiscs permettent aux multinationales d’échapper aux impôts de leur pays d’origine. Les Luxleaks ont révélé des taux d’imposition des profits de 1 à 3 % au Luxembourg, une enquête de la Commission européenne a montré qu’Apple avait bénéficié en Irlande d’un taux d’imposition de ses profits européens de 0,005 %... On n’est plus dans la concurrence fiscale, mais dans le vol de recettes de la part de pays soit disant partenaires, encourageant des pratiques de transferts artificiels des profits.
 
En matière de concurrence fiscale et de lutte contre les paradis fiscaux, le constat est amer : l’Union Européenne  n’est pas la solution, elle est le problème.
 
 
Entreprises : des taux d’imposition très différents
Taux d’imposition statutaires, en %
Source : OCDE

Hongrie9
Irlande12,5
Allemagne15
République Tchèque19
Italie24
Espagne25
Belgique29
Portugal 30
France33


______________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Vidéo :
https://www.xerficanal.com/economie/emission/Christian-Chavagneux-L-echec-fiscal-de-l-Europe_3747268.html

 (Mis en ligne le 26 mai 2019 à 22h39)

Articles similaires
Après le choix des 5 Top jobs : en marche vers...Le projet européen de la France est mort et...Vers la « salvinisation » d'une grande...Industries de l'aluminium : les firmes...Les excédents allemands profitent, très peu, trop...Halloween Brexit : l’UE face à la stratégie du...« Google contre Wikileaks » : relire le livre de...GUERRE du Kosovo : deux ministres Allemands...Zone Euro : quelle riposte face au risque de...Taxation des multinationales dans l’UE : le...Quel bilan tirer de la lutte contre la déflation...Le hold up fiscal irlandais au détriment de...La débâcle de la social-démocratie...Brexit : bientôt, le moment de vérité. Sera-t-il...Taxation des GAFA : pourquoi l'Europe a...L'UE a fini par entériner ses paradis...Trump-Poutine : où nous mènera cette dangereuse...Et si la France était la grande perdante de la...Comment se préparer à l’après-OTAN ?Travail détaché : restreindre la libre...Faut-il tolérer encore des pirates fiscaux dans...R&D par habitant : la fracture entre le Nord et...Europe: Macron devrait travailler à réformer ce...Reconstruire les fondements juridiques de...Brexit : les trois principaux sujets de discordeBrexit : calendrier et modalités juridiques de...Europhorie et Macron-mania : un peu de réalisme...Déséquilibres en Europe : l'incontournable...Doit-on importer les Lois Hartz pour lutter...Souverainisme ne veut pas dire forcément...Que fera Macron face à l'ubérisation et à la...Quelles solidarités économiques entre les régions...Une stratégie pour réindustrialiser l'Europe...Que peut l'Europe face à Trump ?Zone Euro : seule l'Allemagne, en la...Faut-il fonder une Europe des Nations, à 8 ou 9,...Bruxelles devrait préparer les Peuples aux chocs...Balances courantes : Allemagne = +9%, France =...45 ans après, Merkel pourrait répondre à Trump :...Antonio TAJANI, nouveau Président du Parlement...Il faut renégocier les traités, sinon la zone...Merkel et Trump risquent de porter le coup fatal...Le Parlement européen demande à l'UE de...Le Monde post Trump: c'est l'Europe...L’UE face au Brexit : ceux qui espèrent le pire...La Russie, le nécessaire allié de demainUn partenariat 100% américain sur l'...Zone Euro: la croissance enlisée au second...Il devient URGENT de mettre fin au pillage...Europe: la débâcle, ou l'audace du retour...Les 5 inégalités les plus criantes reprochées (à...Après le Brexit, la tentation morbide...