Se connecterS'abonner en ligne

Brexit: Cameron lance le top départ de l'éclatement de l'Europe

Référence de l'article : IG5156
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Emmanuel BLEZES,(19 Février 2016)

Que le Royaume-Uni sorte ou non de l’Union Européenne, les conséquences seront sans précédent.

L’Europe retient son souffle. Encore. Hier et aujourd’hui, les chefs d’État se réunissent en conseil pour finaliser l’accord qui fixera les conditions d’un éventuel maintien de la Grande Bretagne au sein de l’Union Européenne. Alors que le peuple britannique sera appelé aux urnes d’ici 2017, les plus récentes études témoignent d’une réelle progression du camp du « non », devenu bientôt majoritaire.Que le Royaume-Uni sorte ou non de l’Union Européenne, les conséquences seraient grandes.

Premiers inquiets, les près de 3 millions de ressortissants européens vivant au Royaume-Uni. Une sortie de l’Union Européenne aboutirait, de fait, à un rétablissement des visas et autres permis de travail, à une inflation des démarches administratives. Partir ou rester ? Nul doute que beaucoup prendront le large.
 
Les services britanniques connaissent d’ailleurs une forte hausse des demandes de naturalisation ces derniers mois. Signe, peut-être, que l’éventualité d’un Brexit ne laisse pas indifférent.
 
Ce sont aussi les capitaux qui s’en iraient. Déjà, de grandes banques américaines font peser le risque de délocalisations. Entre avantages fiscaux et ouverture sur le marché européen, elles avaient trouvé en Grande-Bretagne un terrain idéal. Morgan Stanley, Goldman Sachs, Citigroup étudient déjà les conséquences financières d’un transfert de siège à Paris ou à Francfort. Lundi 15 février, le président de la banque britannique HSBC s’est même dit prêt à déménager en partie  à Paris en cas de Brexit ou d’accord trop contraignant. « Si nous devions quitter l’Union Européenne et s’il devait y avoir des restrictions […] nous avons la capacité de déplacer notre activité et notre personnel de Londres vers Paris». (il a parlé ensuite de transférer 1 000 postes NDLR).

Une Europe à la carte

David Cameron, Premier ministre britannique, milite pour le « oui ». Un « oui mais ». Il exige entre autres la limitation pendant quatre ans des prestations sociales pour les travailleurs d’autres pays de l’Union Européenne travaillant en Grande Bretagne. Plus de 700 000 sur le territoire britannique, les expatriés polonais seraient les premiers touchés. Varsovie s’est légitimement inquiété du sort de ses compatriotes, obtenant de Londres que cette mesure ne soit appliquée qu’aux seuls nouveaux arrivants. C’est pour parvenir à un accord définitif que Donald Tusk réunira le conseil européen jeudi et vendredi.
 
Les États-Nations ont légitimement le droit de définir le champ de leur souveraineté. Mais l’Union Européenne s’est construite sur des règles communes, acceptées par tous les États dès lors qu’ils ont eux-mêmes signé les traités communautaires, sans y être forcés. C’est son essence même. David Cameron cherche ici à préserver les avantages d’une présence dans l’Union Européenne, sans souffrir de ce qu’il juge être ses inconvénients. La Grande Bretagne pourrait ainsi prendre part aux décisions de l’eurozone, sans pour autant adopter la monnaie commune.

Vers l’éclatement ?

Pourra-t-on alors parler d’« union » dès lors qu’une minorité se soustrait aux règles auxquelles d’autres sont soumises ? Si la Grande-Bretagne reste dans l’Union Européenne, ce ne sera certainement que sur la base d’un accord fort contraignant. Il y a encore du travail » pour aboutir à un accord satisfaisant estime David Cameron. C’est dire que ses exigences sont hautes. Le risque d’un effet de contagion est certain, touchant en premier lieu la Pologne, également à l’avant-garde d’une Europe des nations souveraines. Tendance déjà à l’œuvre que celle d’une « Europe à la carte », depuis que les traités européens prévoient des options de retrait (opt-out) pour le Danemark, l’Irlande, la Pologne et Royaume-Uni. Les traités européens compteront bientôt autant de clauses que d’État signataires. Dénués de sens dès lors que la signature n’engage plus, l’éclatement de l’Europe ne sera qu’un logique aboutissement, le désengagement total.
 
Fallait-il s’unir pour ensuite tout défaire ? Alors que les citoyens européens se voient déçus par une Europe dont on leur avait loué les merveilles, engluée dans une crise migratoire appelée à durer, suspendue au jeu poutinien dans le conflit syrien, voilà une brèche dans laquelle les partis eurosceptiques sauront s’engouffrer. Donald Tusk évoque un contexte proche de celui qui a précédé la première guerre mondiale.
 
Que la Grande-Bretagne quitte l’Union Européenne ou non, c’est un nouveau coup porté au principe fondamental de l’Europe communautaire : le choix d’un destin commun. Ce coup pourrait bien lui être fatal. Prévu au plus tard en fin d’année 2017, c’est par voie référendaire que le peuple britannique en fera peut-être notre Sarajevo.
 
______________________________________________

Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.contrepoints.org/2016/02/19/239362-brexit-ou-leurope-du-desengagement
 
(Mis en ligne le 19 Février 2016)

 
Articles similaires
Faut-il fonder une Europe des Nations, à 8 ou 9,...Bruxelles devrait préparer les Peuples aux chocs...Balances courantes : Allemagne = +9%, France =...45 ans après, Merkel pourrait répondre à Trump :...Antonio TAJANI, nouveau Président du Parlement...Il faut renégocier les traités, sinon la zone...Merkel et Trump risquent de porter le coup fatal...Le Parlement européen demande à l'UE de...Le Monde post Trump: c'est l'Europe...L’UE face au Brexit : ceux qui espèrent le pire...La Russie, le nécessaire allié de demainUn partenariat 100% américain sur l'...Zone Euro: la croissance enlisée au second...Il devient URGENT de mettre fin au pillage...Europe: la débâcle, ou l'audace du retour...Les 5 inégalités les plus criantes reprochées (à...Après le Brexit, la tentation morbide...Du Brexit à l’EUxit : les erreurs d’un processus...Economie : la Zone Euro va beaucoup mieuxLa France face au Tsunami NBIC : lettre ouverte...L'extrême-droite ne fait pas son nid sur la...Pourquoi il FAUT s’opposer à la signature du...Sea Hunter : un navire militaire, entièrement...De la démondialisation à la désintégration...Turquie : comment la Commission Européenne nous...Résumé de 60 années de négociations avec l’UE...La France doit exiger une Europe de la DéfenseQuels consommateurs européens ont mieux traversé...Face aux GAFA, l’Europe peut-elle faire le poids...La voie du rebond européenSortie de crise 2009: les fortes différences...La croissance mondiale suspendue à l'EuropeLa crise Chinoise met l'Europe face à ses...Que reste-t-il, aujourd'hui, du grand rêve...Faut-il se réjouir du solde extérieur record de...Inventer le capitalisme collaboratif d'EtatLa Grèce mettra-t-elle ses bases militaires à...Zone Euro : la consommation est repartieFaut-il craindre une reprise anormale et vouée à...La confiance des ménages s'envole en zone...Peut-on éviter une restructuration des dettes en...Zone Euro: très nette amélioration, y compris en...Budget de la Défense: le fossé entre la France et...Sortir de la crise en 2015, c'est possible !Zone euro : la sortie de crise, enfin !Union européenne : nos hélicoptères bientôt...Union Européenne: Juncker commence la vente à la...5 signaux favorables à une reprise dans la Zone...Europe et libre-échange transatlantique : la...Un soutien budgétaire européen devient...Europe du Sud : le piège se refermeAttention aux faux espoirs des décisions de la...