Se connecterS'abonner en ligne

Berlin met au point un accord sur une aide financière à Madrid

Référence de l'article : IG332
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook

L'Allemagne met la dernière main à un accord qui permettrait à l'Espagne de recapitaliser ses banques avec l'aide financière de ses voisins européens tout en évitant d'avoir à mettre en œuvre de nouvelles réformes économiques imposées de l'extérieur, a-t-on appris auprès de responsables allemands le 6 juin.

Si l'Espagne demande officiellement l'aide du Fonds européen de stabilité financière (FESF), elle n'aurait pas à appliquer un programme aussi strict que les réformes adoptées par la Grèce, le Portugal et l'Irlande placés dans une situation semblable, a-t-on ajouté. Madrid n'aurait qu'à accepter de nouvelles conditions liées à la réforme de son secteur bancaire. Berlin, qui rejette fermement les demandes de Madrid pour que le FESF prête directement de l'argent aux banques, étudie en revanche la possibilité de verser l'aide au fonds de sauvetage espagnol des banques, le Frob, afin de pointer les banques et non les finances publiques comme la cause des problèmes de l'Espagne. L'évolution de l'Allemagne sur la question est le dernier signe en date que la chancelière Angela Merkel adoucit sa position sur les mesures à prendre pour avancer vers une résolution de la crise de la dette dans la zone euro.

Début juillet au plus tard

La dernière semaine de mai, l'Allemagne s'était déjà prononcée en faveur d'un délai supplémentaire d'un an à accorder à l'Espagne pour que le pays ramène son déficit sous les 3% du PIB requis par l'Union européenne. Avec la publication d'un rapport du FMI la semaine du 11 juin, tous les éléments seront en place pour élaborer dans les jours qui suivront un accord sur une aide financière à l'Espagne, selon les responsables allemands interrogés.

Une enveloppe financière devrait être versée début juillet au plus tard, après un audit indépendant des banques espagnoles dont les résultats sont attendus d'ici la fin du mois. « On peut imaginer que la conditionnalité se concentrera surtout sur les banques, puisque l'Espagne a déjà mis en œuvre d'autres réformes », a déclaré un haut fonctionnaire allemand, qui a souhaité garder l'anonymat en raison de la sensibilité du sujet. Il a ajouté que les plans de sauvetage n'avaient pas pour but de « punir » les pays, mais de s'assurer que les « réformes nécessaires » étaient adoptées.

Luis de Guindos, le Ministre espagnol de l'Economie, a répété mercredi que son pays ne projetait pas de demander un plan de sauvetage dans l'immédiat, et attendait le résultat de l'audit des banques. L'Allemagne a de son côté affirmé qu'elle ne faisait pas pression en ce sens sur l'Espagne. « Les principes sont clairs, la demande d'aide doit être faite par un gouvernement », a déclaré le 6 juin Steffen Seibert, porte-parole du gouvernement allemand, lors d'une conférence de presse. Il avait tenu des propos similaires deux jours plus tôt. Martin Kotthaus, porte-parole du Ministère des Finances, s'est fait l'écho de ces déclarations en affirmant que « seule l'Espagne peut décider ce qu'elle fait ou ne fait pas » (Mis en ligne le Vendredi 8 Juin 2012).

DR, avec Reuters

Articles similaires
R&D par habitant : la fracture entre le Nord et...Europe: Macron devrait travailler à réformer ce...Reconstruire les fondements juridiques de...Brexit : les trois principaux sujets de discordeBrexit : calendrier et modalités juridiques de...Europhorie et Macron-mania : un peu de réalisme...Déséquilibres en Europe : l'incontournable...Doit-on importer les Lois Hartz pour lutter...Souverainisme ne veut pas dire forcément...Que fera Macron face à l'ubérisation et à la...Quelles solidarités économiques entre les régions...Une stratégie pour réindustrialiser l'Europe...Que peut l'Europe face à Trump ?Zone Euro : seule l'Allemagne, en la...Faut-il fonder une Europe des Nations, à 8 ou 9,...Bruxelles devrait préparer les Peuples aux chocs...Balances courantes : Allemagne = +9%, France =...45 ans après, Merkel pourrait répondre à Trump :...Antonio TAJANI, nouveau Président du Parlement...Il faut renégocier les traités, sinon la zone...Merkel et Trump risquent de porter le coup fatal...Le Parlement européen demande à l'UE de...Le Monde post Trump: c'est l'Europe...L’UE face au Brexit : ceux qui espèrent le pire...La Russie, le nécessaire allié de demainUn partenariat 100% américain sur l'...Zone Euro: la croissance enlisée au second...Il devient URGENT de mettre fin au pillage...Europe: la débâcle, ou l'audace du retour...Les 5 inégalités les plus criantes reprochées (à...Après le Brexit, la tentation morbide...Du Brexit à l’EUxit : les erreurs d’un processus...Economie : la Zone Euro va beaucoup mieuxLa France face au Tsunami NBIC : lettre ouverte...L'extrême-droite ne fait pas son nid sur la...Pourquoi il FAUT s’opposer à la signature du...Sea Hunter : un navire militaire, entièrement...De la démondialisation à la désintégration...Turquie : comment la Commission Européenne nous...Résumé de 60 années de négociations avec l’UE...La France doit exiger une Europe de la DéfenseBrexit: Cameron lance le top départ de...Quels consommateurs européens ont mieux traversé...Face aux GAFA, l’Europe peut-elle faire le poids...La voie du rebond européenSortie de crise 2009: les fortes différences...La croissance mondiale suspendue à l'EuropeLa crise Chinoise met l'Europe face à ses...Que reste-t-il, aujourd'hui, du grand rêve...Faut-il se réjouir du solde extérieur record de...Inventer le capitalisme collaboratif d'EtatLa Grèce mettra-t-elle ses bases militaires à...