Se connecterS'abonner en ligne

Pression fiscale sur les ménages : un bien triste bilan....

Référence de l'article : IF5182
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,Directeur des Synthèses,XERFI (26 Février 2016)

Quel bilan de la fiscalité pesant sur les ménages durant les quinquennats Sarkozy et Hollande ? Je ne vais pas faire le match, car en fait  tout s’est joué à cheval sur les deux présidences.

Il suffit de regarder l’historique de la pression fiscale et de connaître le timing des lois de finance pour comprendre que les deux dernières lois de finance de Nicolas Sarkozy contribuent largement aux inflexions, l’essai étant transformé, sans faillir par François Hollande.
Bilan, le poids des prélèvements obligatoires 

a connu le gros de son augmentation entre fin 2010 et fin 2014. Durant cette période de responsabilité partagée, où la fiscalité franchit une nouvelle marche, le poids des prélèvements obligatoires augmente de 3,7 point de PIB. Sur ces 3,7 points, 2,2 points sont le fait de la fiscalité des ménages (en y intégrant les indépendants) ; plutôt de 1,6 point lorsque l’on cherche au maximum à expurger les chiffres de ce qui relève des entreprises indépendantes.  A quoi il faudrait ajouter 0,2 point pour la TVA, et 0,4 point pour les autres impôts indirects (notamment, convention d’assurance, électricité, boissons), même s’il est abusif de les affecter aux ménages exclusivement.
Si je resserre maintenant l’observation sur la législature actuelle autrement dit,

entre la mi-2012 et le dernier point connu, soit le 3ème trimestre de 2015, le poids des prélèvements obligatoires a augmenté globalement de 1,9 point, dont 1,4 point se concentre sur les ménages. A quoi on peut encore ajouter 0,1 point de TVA et 0,2 point pour les autres impôts indirects.
Responsabilité partagée donc, avec quelques distinguos :

Nicolas Sarkozy cherche à faire refluer la fiscalité des ménages en début de mandat, notamment en haut de la distribution. François Hollande cherche à inverser cette courbe en fin de mandat, mais plutôt sur le bas de la distribution.  Et autre distinguo, compte tenu du pacte de responsabilité, l’effort contributif s’est finalement bien davantage polarisé sur les ménages sous François Hollande que sous Nicolas Sarkozy.
Si l’on regarde maintenant par quels impôts transite cet effort des ménages, depuis 2010, on trouve en haut du palmarès :

l’IR 1/ avec au menu, parmi les mesures les plus commentées, la désindexation du barème jusqu’en 2013, la limitation des niches sociales sur l'épargne salariale, la suppression des allègements sociaux attachés aux heures supplémentaires et complémentaires de travail, l’abaissement du seuil de l'abattement personnel applicable aux donations en ligne directe, la réduction de l’avantage lié à l’exonération des plus-values à long terme réalisées à l’occasion de la cession de titres de participation, la nouvelle tranche de 45%, le plafonnement du quotient, l’imposition au barème des revenus du patrimoine, hors assurance-vie, etc…En 2/  les impôts indirects avec là encore une myriades de mesures essaimées et en 3/ une hausse de la CSG pour certains produits d’épargne et pour les retraités.
J’arrête là une énumération, qui est très d’être exhaustive, et où la question de l’ISF apparaît finalement de deuxième ordre. Il ressort de tout cela que l’essaimage a pris le dessus sur une véritable stratégie fiscale.

Derrière cet inventaire, c’est finalement la fiscalité du capital, déjà élevée en France qui a été fait l’objet de tirs croisés, pour faire écho au récent rapport de COE REXECODE.  Mais sans que soit véritablement prise en compte la question de la mobilité des bases, question cruciale pourtant.

Résultat, il ressort que  la plupart des mesures censées viser le haut de la distribution a eu certes un résultat positif en termes de recettes, mais avec un rendement systématiquement en deçà des attentes.  Résultat, aussi, ce sont les ménages les plus riches, mais n’appartenant pas à la catégorie des hyper-riches, autrement dit ceux qui recyclent leurs revenus sur le territoire sans avoir l’échelle de fortune leur permettant de jouer à plein l’optimisation, aidés de conseillers et de la complaisance de l’Etat, qui se retrouvent en cœur de cible.

Et une nouvelles fois, la fiscalité du capital bouge, sans que soit opéré un véritable distinguo entre ce qui est productif, et ce qui ne l’est pas. 

__________________________________________________________

Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-La-pression-fiscale-sur-les-menages-le-bilan_3225.html
 
(Mis en ligne le 26 Février 2016)
 

 
Articles similaires
France : pas de véritable choc fiscalRetraites : que penser du dernier Rapport du COR...France : la compétitivité des services s'est...Le diable Jupitérien est dans les détailsQuel est l'impact économique du report du...La flexisécurité génére-t-elle de bons résultats...Le financement de la protection sociale...Diminution charges sociales, hausse CSG : les...Pourquoi la contribution additionnelle de 3%...En 2016, 55 000 entrepreneurs au chômage : un...Chômage : adieu les faux remèdes électoralistes,...Patrimoine de Macron: le Procureur de la...Retraites: les 5 programmes des 5 principaux...Taxer les robots : bonne ou mauvaise idée ?Les 5 approches très différentes de la fiscalité,...Faut-il accorder une indemnité chômage aux...Comment ponctionner 28 milliards d'euros aux...Coût du travail qualifié: comment se situe la...Les délires extravagants du loyer fictif, tels...Quand le RSI double l'addition et envoie ses...Le projet fou de taxer les loyers fictifs...L'ancien dircab de Valls, et ancien préfet...Politique fiscale française : confessions...Pourquoi la baisse de l'IS serait une mesure...Où en serait Agnès SAAL, si on lui appliquait la...Bitcoin et blockchain: comment le fisc va-t-il...Les classes moyennes supérieures devenues les...Fiscalité: il faut favoriser la prise de risques,...Le revenu de base universel: une dangereuse...Comme l'ISF ruine l'Etat à petit feu,...Coût du travail: cette incapacité chronique à...Dès 1898, Yves GUYOT décrivait très bien les...Swissleaks, Luxleaks, Panama Hack : le coup de...Evasion fiscale : concurrence ou connivence en..."Panama Papers": réunion de l'OCDE...Panama : le monde de la fraude fiscale en émoiLa loi Travail vaut-elle encore la peine...La loi El-Khomri : déjà en retard d'une...Fiche de paie simplifiée : le véritable objectif...La loi El-Khomri : un coup de maître politique?Les pièges du projet de loi El-KhomriUE : RV mercredi 27 contre l'optimisation...L'impunité fiscale, ou la forte tolérance...Qui sont les privilégiés, en richesse, revenus,...De la différence entre riche et pauvre selon que...Dividendes des start-up: le lobby des médecins à...Prélèvements sur le travail : la France,...L’exonération fiscale, ou le populisme en...Et si les Assises de la Fiscalité décidaient de...Urgences et priorités fiscales du gouvernement...Paradis fiscaux: coût pour la FranceL’inquisition fiscale est en marche